Skip to main content

Nintendo 3DS, nos impressions !

Arti­cle écrit con­join­te­ment par Nadrien et yoann007

logo Elle n’arrive que le 25 Mars, elle sera con­si­dé­rée comme révo­lu­tion­naire et va se ven­dre par palet­tes mais je la déteste déjà.

La pro­chaine con­sole por­ta­ble de Nin­tendo intè­grera comme vous le savez un écran 3D sans lunet­tes. Mais qu’en est-il en dehors de cette spé­ci­fi­cité ? La rédac­tion de Café Gaming vous pro­pose un petit arti­cle pour par­ta­ger notre opi­nion sur la 3DS après avoir été invité à tes­ter la con­sole cette semaine.

L’avis de Nadrien

(note : ceci n’est pas un arti­cle anti-Nin­tendo ni de trol­ling gra­tuit, mais mon sim­ple opi­nion. Tout com­men­taire non-cons­truc­tif sera sup­primé et vous serez tra­qués par Hadopi, le FBI et le KGB.)

2

La Nin­tendo 3DS est cri­ti­qua­ble sur de nom­breux points. Outre son prix et son auto­no­mie (cela a été abordé de nom­breu­ses fois donc je ne vais pas y reve­nir), la con­sole est bien repré­sen­ta­tive de la men­ta­lité actuelle de Nin­tendo. Les japo­nais nous mon­trent encore une fois leur man­que total d’ima­gi­na­tion en res­sor­tant ses stars oubliées (Kid Ica­rus Upri­sing… après toute la bran­lette effec­tuée à l’appa­ri­tion de Pit dans SSBB, Big N a du sen­tir le poten­tiel…on retrouve même Pilot­wings quoi, PILOT­WINGS.) ou bien les licen­ces habi­tuées des sor­ties de con­so­les dont les seuls chan­ge­ments rési­dent dans les menus (Super Mon­key Ball, Ridge Racer, Puzzle Bob­ble…). Pour cou­ron­ner le tout, même des rema­kes en relief des jeux dans ancien­nes con­so­les seront dis­po­ni­bles (OOT, Star­fox 64) tout comme des licen­ces usées jusqu’à la moelle mais qui plai­sent tou­jours (Ani­mal Cros­sing, Mario Kart…) … le tout vendu jusqu’à 60 euros le jeu. Aie.

Me pla­çant dans une posi­tion « anti-3D », je pense que la 3DS annonce l’arri­vée véri­ta­ble de la 3D dans le jeu vidéo, pla­çant cette mode encore plus en avant pour mon plus grand déplai­sir. Nin­tendo a tou­te­fois le mérite d’appor­ter la 3D au grand public pour un prix « hon­nête », con­trai­re­ment à la 3D de la PS3, uni­que­ment com­pa­ti­ble avec une TV 3D (au moins 1000 euros) et les lunet­tes qui vont avec (75 euros la paire envi­ron). Mais étant donné que le suc­cès sera au ren­dez-vous, on peut espé­rer une dis­pa­ri­tion des lunet­tes 3D au cinéma dans les années à venir… si la qua­lité du relief n’est pas affec­tée ! Car en effet, si sur la con­sole la sen­sa­tion de relief est assez impres­sion­nante, on réa­lise vite qu’elle est aussi per­ti­nente que celle des car­tes magi­ques des paquets de céréale.

boite chocapic

Du point de vue tech­ni­que, la 3DS n’est pas sans lacune, loin de là. Le son est à peine meilleur que la DS, la con­sole est moins puis­sante que la PSP, la réso­lu­tion est à la ramasse, n’amé­lio­rant pas le rendu gra­phi­que… alors que l’iPhone 4 et son écran rétina s’impose de plus en plus, l’écran supé­rieur de la 3DS a une réso­lu­tion équi­va­lente à celle d’un peu plus de 2 icô­nes sur l’écran d’accueil du télé­phone d’Apple. De plus, pour per­ce­voir cor­rec­te­ment le relief, il faut se pla­cer EXAC­TE­MENT en face de l’écran. Si vous vous déca­lez un petit peu ou si l’écran n’est pas par­fai­te­ment bien orienté, la 3D déconne et il est très dif­fi­cile de voir cor­rec­te­ment. Péni­ble, très péni­ble. À ce pro­pos, on a beau rire de la pré­ven­tion « après 20 minu­tes de jeux, repo­sez vous 10 min » pré­sente sur cer­tai­nes démos de jeux, la con­sole fati­gue vrai­ment les yeux. J’ai testé avec la 3D au maxi­mum dans un pre­mier temps, puis après avoir modéré l’effet de relief, je me suis rendu compte qu’il fal­lait mieux jouer avec la 3D désac­ti­vée pour pro­fi­ter au maxi­mum.

1

La 3DS s’appa­rente vrai­ment à une Wii Por­ta­ble, dans le sens où on retrouve de nom­breux points com­muns avec la con­sole de 2006 : l’inter­face, plein de peti­tes appli­ca­tions amu­san­tes 10 minu­tes au grand maxi­mum (la réa­lité aug­men­tée, le mini-jeu « la guerre des têtes » etc), les Mii… mais aussi son line-up de lan­ce­ment hon­teux. Mais une chose est cer­taine : les jeux 3DS vont se ven­dre, car il ne faut pas oublier que les N-sexes et le grand public est prêt à ache­ter tou­jours les mêmes jeux au prix fort. Et si vous n’êtes pas con­tents, n’ache­tez pas ces rema­kes avec un stu­pide effet 3D, et ce n’est qu’après que Nin­tendo essayera de créer des jeux ori­gi­naux…

L’avis de Yoann

C’est avec un mau­vais a priori que je me rend mer­credi à une ses­sion d’essai orga­ni­sée par Nin­tendo pour la 3DS. Inu­tile de dire que je débar­que curieux, mais sans trop d’illu­sions en tête, Nin­tendo étant une firme que je n’appré­cie plus guère depuis (au moins) l’orien­ta­tion prise par la DS… Néan­moins, en bon blo­gueur (?), je décide de lais­ser sa chance à la machine.

Pre­mier cons­tat, con­cer­nant l’orga­ni­sa­tion de l’évé­ne­ment : il sem­ble évi­dent que Nin­tendo a mis les bou­chées dou­bles pour per­met­tre à un maxi­mum de monde de pou­voir tes­ter sa 3DS, en invi­tant aussi bien la presse et les blo­gueurs que de sim­ples clients Nin­tendo. Il est vrai que la 3DS a ceci de par­ti­cu­lier qu’il est impos­si­ble de vrai­ment don­ner un aperçu de son rendu 3D par les moyens tra­di­tion­nels (trai­lers, vidéos, pho­tos…), d’où l’idée de faire venir un maxi­mum de monde sur place. Et les moyens étaient bien là : plus d’une cin­quan­taine de machi­nes, dont une grande par­tie joua­bles et prê­tes à se faire tri­po­ter le stick toute la jour­née, étaient dis­po­sées dans une grande salle car­rée.

Mais la machine en elle-même n’a (hélas) rien d’impres­sion­nant. L’écran 3D, prin­ci­pale attrac­tion mise en avant par Nin­tendo, ne rem­plit pas son office. L’effet de relief est bien là, et ne fait pas spé­cia­le­ment mal aux yeux une fois un léger délai passé (une dizaine de minu­tes auront été néces­sai­res pour m’accli­ma­ter) mais aucun titre pré­senté ne per­met­tait réel­le­ment de dis­tin­guer de la 3D : dans le meilleur des cas, on aura l’impres­sion de dis­tin­guer deux niveaux de pro­fon­deurs (pre­mier plan, et arrière-plan), mais jamais de réel­les nuan­ces entre les deux. Même Kid Ica­rus ou le mode “Pers­pec­tive” de Super Street Figh­ter IV, pour­tant cen­sés don­ner une pro­fon­deur de champ maxi­male, ne par­vien­nent pas à réel­le­ment impres­sion­ner. Le réglage d’inten­sité de la 3D, dis­po­ni­ble sur le flanc droit de la con­sole, ne per­met pas de chan­ger la donne ; en fait, il per­met sur­tout à cha­cun d’adap­ter l’affi­chage à sa vision, un peu comme on fait le focus avec une len­tille. Une fois le bon réglage trouvé pour son oeil, on n’y tou­chera plus.

Enfin, comme l’indi­que Nadrien, l’effet ne ren­tre en compte qu’en se posi­tion­nant très exac­te­ment en face de la con­sole : c’est assez dif­fi­cile de res­ter cor­rec­te­ment dans l’ali­gne­ment alors qu’on est bien tran­quille les cou­des posés sur une table, alors ima­gi­nez en métro ou en voi­ture. Dès lors, il est pro­ba­ble qu’une fois passé l’effet de nou­veauté, on laisse tom­ber la 3D et on ne l’uti­lise plus, tant son acti­va­tion ris­que de deve­nir con­trai­gnante. De la même manière que sur DS, per­sonne n’a jamais vrai­ment uti­lisé à bon escient le micro dans un jeu (ou la dra­gonne cen­sée faire office de stick sur l’écran tac­tile : vous en sou­ve­nez-vous ?), l’écran de la 3DS fleure bon le gad­get.

Là où le bât blesse réel­le­ment, c’est plu­tôt en ter­mes de qua­lité glo­bale de l’écran : la réso­lu­tion, plu­tôt pau­vre, est à peine supé­rieure à la DS pre­mière du nom (la légère aug­men­ta­tion s’expli­quant sur­tout par l’agran­dis­se­ment de l’écran du haut pour pas­ser à un ratio 16/9). Dom­mage, d’autant qu’une réso­lu­tion plus “moderne” (sans attein­dre les som­mets d’un HTC HD ou d’un iPhone 4) aurait sans doute con­tri­bué à ren­for­cer l’effet 3D, avec des con­tours bien plus nets. Et pour­quoi dia­ble ne pas avoir amé­lioré l’écran tac­tile à l’heure où tout le monde a pris l’habi­tude des écrans mul­ti­touch capa­ci­tifs comme on en voit sur tous les smart­pho­nes ? On aurait aimé pou­voir enfin jeter le sty­let…

screens.png

L’écran de la 3DS, en com­pa­rai­son de celui d’un iPhone 4…
(image hon­teu­se­ment volée à Doc­teur Cube de Puis­sance-Nin­tendo)

Cer­tes, Nin­tendo a renoncé à pro­po­ser des gra­phis­mes de der­nière géné­ra­tion, ce n’est pas nou­veau ; mais tout de même, on aurait aimé que la machine soit suf­fi­sam­ment per­for­mante pour nous épar­gner cet alia­sing de mau­vais aloi, par­ti­cu­liè­re­ment nota­ble sur Super Street Figh­ter IV ou les mini-jeux inté­grés à la con­sole comme le Mii Plaza. On est con­tent d’avoir enfin sous les mains une con­sole capa­ble de pro­duire une 3D décente (com­paré à la DS), mais rien n’impres­sionne réel­le­ment, sur­tout pour les pos­ses­seurs actuels de PSP qui n’y ver­ront qu’une légère amé­lio­ra­tion par rap­port à leur con­sole. Entre un Super Street IV mécham­ment aliasé et un Dead or Alive plus pro­che de la Dream­cast que de la Xbox, on ne sait pas vrai­ment s’il faut rire ou pleu­rer.

Côté joua­bi­lité, les bou­tons res­tent un peu trop pro­ches de la dis­po­si­tion adop­tée sur DS, ce qui n’est pas spé­cia­le­ment pour me plaire. Tou­te­fois, le stick (qui est tota­le­ment nou­veau) m’a pro­curé une excel­lente impres­sion, il faut le signa­ler. Il tombe bien sur le pouce, n’est pas trop petit, et accro­che bien le doigt de par sa matière et sa forme creu­sée. Petit regret : dif­fi­cile de se faire une bonne opi­nion sur son niveau de sen­si­bi­lité. Il sem­ble qu’il ne soit pas encore très bien implé­menté dans tous les jeux : sur Super Street Figh­ter IV, il a ten­dance à par­tir trop faci­le­ment vers le haut (et donc faire sau­ter le per­son­nage à tout bout de champ) ; sur Puzzle Bob­ble, alors que je comp­tais jau­ger de sa pré­ci­sion, je me suis vite aperçu que l’ana­lo­gi­que n’était tout sim­ple­ment pas pris en compte par le jeu. Le stick y est uti­li­sa­ble, mais ne dis­pose que d’un seul niveau de “pres­sion”, tout comme la croix.

Nintendo-3DS-01.jpeg

Un stick qu’on a envie de titiller… ^_^

J’aurais aimé me con­cen­trer plus sur la ludo­thè­que mais je n’en ai pas retenu grand-chose et cela sem­ble être le plus gros point noir de la con­sole. Nin­tendo s’aven­ture sur des ter­rains incon­nus avec quel­ques mini-jeux basés sur la réa­lité aug­men­tée, comme on en trouve déjà par dizai­nes sur smart­pho­nes : très sym­pa­thi­ques lors de la décou­verte, ils per­met­tent d’expé­ri­men­ter de nou­veaux types de game­play (et l’usage de la caméra per­met aussi à d’autres jeux de secouer sa 3DS par­tout pour viser, comme dans Oca­rina of Time) mais il y a des chan­ces qu’on s’en lasse aussi vite qu’un Pic­to­chat à la lon­gue.

Le jeu le plus mis en avant par Nin­tendo était sans doute Kid Ica­rus Upri­sing. Autant vous le dire tout de suite : je ne suis pas un gros fan de la “licence” Kid Ica­rus. Ici, on se retrouve devant un jeu de shoot, assez banal au demeu­rant : on se déplace au stick, on vise au sty­let, et on fait face à des vagues pro­gram­mées d’enne­mis. Le game­play est tota­le­ment suran­née, c’est comme si Nin­tendo décou­vrait Space Har­rier avec 25 ans de retard. Alter­na­ti­ve­ment, on se retrouve avec des pha­ses à pied, un peu plus ori­gi­na­les, qui ne sont pas sans faire pen­ser à Sin & Punish­ment. Elles sont net­te­ment plus appré­cia­bles, même si la joua­bi­lité laisse un peu à dési­rer à cer­tains moments. A mon avis, ce genre de jeu (shoot) néces­site géné­ra­le­ment un cer­tain niveau d’excel­lence en terme de gra­phis­mes, de mise en scène et de design géné­ral (TREA­SURE !! hur­le­rait Kendo s’il était là), à défaut de pro­po­ser un game­play riche et varié ; l’ambiance, c’est ce qui fait la dif­fé­rence, en somme. Kid Ica­rus n’a pas grand-chose pour lui sur ce ter­rain et, en plus, il arbore le nom d’une chan­son hor­ri­pi­lante de Muse. On passe !

Tout comme le meilleur jeu de la période de lan­ce­ment de la DS était Super Mario 64 DS, il y a de for­tes chan­ces pour qu’Oca­rina of Time soit le choix pré­féré des joueurs avec une 3DS. Durée de vie con­sé­quente, game­play tout à fait bien pensé pour la 3DS, et des gra­phis­mes un poil amé­lio­rés (les décors et enne­mis sont très N64 mais Link s’est bien fait réno­ver la façade !). Il serait sur­pre­nant qu’il ne mar­che pas… Pour­tant, la pers­pec­tive que le meilleur jeu de la machine soit, une fois encore, un remake datant de l’âge d’or de la N64 laisse fran­che­ment amer, et per­plexe con­cer­nant la stra­té­gie de Nin­tendo.

ocarina-of-time-3DS.jpeg

Un énième remake jus­ti­fie-t-il l’achat d’une con­sole à 250 euros ?

Dis, Big N, la pro­chaine fois, si tu pas­sais un peu moins de temps à essayer de nous faire croire que l’inno­va­tion vidéo­lu­di­que passe par le hard­ware (avec tes “nou­vel­les façons de jouer” et ta 3D pas ter­ri­ble), et un peu plus de temps à nous déve­lop­per des grands jeux pro­fonds, beaux et ambi­tieux ? Tu te sou­viens, comme à la bonne épo­que ? Quand Zelda était encore une réfé­rence abso­lue qui écra­sait toute con­cur­rence ?
Sans ran­cune, gros bisous. Reviens-nous vite !
— Yoann

Bonus track

L’avis des rageux de Café Gaming, à chaud, en vidéo. Avec Nadrien et Jay­cota !

nadrien

Je suis l'éternel mioche de la rédaction. En tant qu'étudiant en cinéma, je voue la majorité de mon temps à la glande. J'aime battre Yoann à Rock Band (défaites qu'il nie toujours) et Eldroth à Fifa (idem). Par contre pour battre Kendo à quoi que ce soit je passe la main. J'écris aussi des critiques de films sur mon blog Moutarde & Cinéma.

8 réponses à “Nintendo 3DS, nos impressions !

  1. Je propose un autre nom pour cette console: La FaceBook Console.
    La console est entièrement basée sur la communauté et la connectivité (je ne sais pas si vous connaissez StreetPass).StreetPass se charge de récupérer les données de l’ autre 3DS que l’on croise.

  2. StreetPass on ne l’a pas évoqué tellement ça n’en vaut pas la peine. C’est du même niveau que la CWF ou la connectivité GC-GBA : une de ces “innovations” survendues par Nintendo, ayant 10 ans de retard…

    Et honnêtement je ne vois même pas à quoi ça pourrait réellement servir à part des trucs nazes qui n’amusent que les éditeurs : je vois déjà venir le syndrome “rencontrez 50 joueurs du même jeu et gagnez un item bidon in-game” 😛

  3. Ce qui est génial et véritablement révolutionnaire, c’est que pour la première fois de son histoire, Nintendo sort une console portable qui a un résolution verticale égale à leur Famicom (1983). Encore bravo !

  4. En lisant juste l’entête de l’article je n’ai même pas lu la suite ! Ton avis n’est même pas constructif et la vidéos est sans comment ! si tu aime autant la psp achète en une ne vas pas critiquer une console que tu as à peine tester vu ton point de vue !

    Enfin bon, bref sa se dit testeur de jeux vidéos… Dans un test il ne faut pas laisser apparaitre son jugement, dommage tu ne fait que sa !

    Tu sais un test doit montrer les qualité et les défaut de ce que tu présente, mais défaut la c’est toi !

  5. En lisant juste l’entête de l’article je n’ai même pas lu la suite ! Ton avis n’est même pas constructif et la vidéos est sans comment ! si tu aime autant la psp achète en une ne vas pas critiquer une console que tu as à peine tester vu ton point de vue !

    Enfin bon, bref sa se dit testeur de jeux vidéos… Dans un test il ne faut pas laisser apparaitre son jugement, dommage tu ne fait que sa !

    Tu sais un test doit montrer les qualité et les défaut de ce que tu présente, mais défaut la c’est toi !

  6. “ceci n’est pas un arti­cle anti-Nin­tendo ni de trol­ling gra­tuit, mais mon sim­ple opi­nion. Tout com­men­taire non-cons­truc­tif sera sup­primé”

    Il était donc dispensable d’utiliser le terme Nsex ( qu’il y ait une légitimité ou non à ne pas comprendre qu’ils puissent s’émerveiller de Nintendogs ou autre portage bête et méchant ).

    Sans compter le “à chier” ou “de merde” dans la vidéo.

    Cela dessert grandement vos propos alors que certains arguments n’étaient pas mauvais. Dommage.

Laisser un commentaire