Skip to main content

A propos du site

Café Gaming, c’est un espace où vous trouverez, soigneusement mitonnés rien que pour vous, tests, aperçus, billets d’humeur, et autres coups de cœur et coups de gueule sur le jeu vidéo. Rien de bien original, a priori.

On a donc pris soin d’y glisser des dossiers, rétrospectives et analyses en tout genre, aussi fouillés que possible ; et pour les gros appétits, on produit parfois quelques émissions en vidéo : C.R.A.X (notre émission de vidéo-tests de jeux), nos micro-trottoirs funs, Bruit blanc (un magazine sur les musiques de jeux vidéo), des émissions spéciales pour l’E3, et d’autres encore.

On ajoute une grosse pincée d’humour (jeux de mots foireux, vannes douteuses sur les juifs et les handicapés). On saupoudre d’amateurisme, on incorpore quelques thèmes récurrents (game music, dématérialisation…), on laisse reposer, et on sert frais. Avec un café.

Né en mars 2008, CG se voulait à l’origine être un webzine multi-rédacteurs assez ouvert, accueillant un maximum d’avis divergents dans ses colonnes. Il a petit à petit évolué vers un format « blog » plus traditionnel, mais conserve tout de même quelques principes fondateurs :

  • Ce n’est pas un site d’actu. D’autres font ça bien mieux que nous. Du coup, on peut parler du dernier jeu sorti comme d’une bouse du fin fond du catalogue de la Vectrex.
  • On parle de jeu vidéo. Pas de critique ciné, pas de hors-sujets savamment dosés, pas de sorties à la galerie d’art de la prison de Fleury-Mérogis ni de test du dernier surgelé Fleury-Michon.
  • Pas de billets sponso. D’aucune sorte. Jamais. Et on n’accepte les partenariats d’éditeurs que si notre totale garantie de liberté de ton est conservée.
  • On aime bien nos visiteurs… et c’est pour ça qu’on ne sacrifiera jamais un peu de pertinence dans le contenu contre l’opportunité d’attirer plus de monde. Si notre site est populaire, tant mieux ; s’il ne l’est pas, tant mieux.

En bref, Café Gaming c’est un blog jeux vidéo qui tente tant bien que mal d’échapper aux codes de la blogosphère. Ouais, c’est un peu sans concessions le truc, tavu ?