Skip to main content

LBP Karting

Soucieux de soutenir ses nouvelles grandes licences, Sony a souhaité étendre l’univers des jeux Little Big Planet sous un autre angle : celui du jeu de course. De karting plus exactement. Pour cela, la firme japonaise fait appel au studio de développement United Front Games, auquel le constructeur avait déjà fait appel pour le jeu Modnation Racers en 2010. Il n’est donc pas surprenant de voir Little Big Planet Karting comme une suite illégitime de ce dernier.

[box]

LittleBigPlanet Karting

  • Éditeur : Sony
  • Développeur : United Front Games, MediaMolecule
  • Type : Course
  • Support : PlayStation 3
  • Date de sortie : 7 novembre 2012
  • Classification : PEGI 7+

[/box]

N’y a t-il pas plus chatoyant que l’univers de Little Big Planet ? Sa patte si particulière possède un charme unique et une richesse infinie. Sa seule présence devient un attrait en soi (peu d’entre nous se seraient intéressé à LBP Karting autrement…) mais ne garantit malheureusement pas un bon jeu pour autant. Car derrière le vernis Little Big Planet, le jeu reste une pâle mise à jour de ModNation Racers, conservant ainsi ses lacunes.

Le problème du jeu vient du mélange même de l’univers de Little Big Planet avec celui d’un jeu de course, que je considère comme incompatibles. L’essence même de LBP consiste à la collecte d’items pour personnaliser son personnage. Ici, ces items seront disséminés ici et là dans chaque circuit – le joueur se devra alors de l’explorer, ne négligeant aucun passage secret ou coin isolé. Cette quête d’objets nous fait alors négliger la course en elle même, que l’on soit dans la mentalité d’attraper un objet ou même un seul par réflexe. Elle devient alors secondaire – un comble. À l’inverse, concentrez-vous uniquement sur les courses et vous déplorerez un manque certain d’ambition pour réaliser des courses un tant soit peu originales ou plaisantes à jouer. D’autant plus que les circuits possèdent tous le même pattern : après un cuisant échec sur la course que vous vous efforcerez à faire une première fois en tant d’obtenir quelques items – ce qui vous laissera sur le carreau, vous vous y prenez une seconde fois en vous focalisant sur la course que vous réussirez sans problème – mais sans pour autant vous amuser. LBP Karting possède une maniabilité simplifiée pour son jeune public mais oublie d’y insérer une quelconque sensation de conduite nécessaire à tout jeu du genre. Une précision de pilotage digne d’un Forza n’est pas nécessaire ici mais Mario Kart a de maintes fois prouvé qu’une bonne maniabilité et jeu de course grand public peuvent faire bon ménage. Ici, on se demande quel est l’intérêt de déraper alors que tourner simplement avec le stick analogique donne le même résultat… D’autant plus que changer de type de kart ne modifie aucunement la conduite.

Pour tenter de se diversifier, le jeu propose au delà de ses courses simples un mode bataille ainsi que différentes épreuves de rapidité ni divertissantes ni amusantes.

Comme indiqué plus tôt, Sony a eu une bonne idée en voulant développer sa licence LBP. Si nous pouvons nous enthousiasmer quant au fait d’avoir remplacé les affreux personnages de ModNation Racers par des Sackboys tout mignons, la reprise de l’interface LBP n’est pas des plus judicieuses pour un jeu de course. La confusion est facile et l’incertitude face à la mission à venir est systématique. Et en cherchant à scénariser au maximum son jeu avec de nombreuses cut-scenes sans intérêt, United Front Games semble ne pas savoir sur quel pied danser quant à manière d’exploiter l’univers sans le dénaturer. Il est en tout cas certain que le studio n’arrive pas à l’emploiter avec autant de maîtrise que l’équipe de Media Molecule, dans le fond comme dans la forme.

Véritable pétard mouillé, Little Big Planet Karting ne s’adresse ni aux fans des Sackboys qui verront dans ce jeu un affront à la licence – qui sert ici de vernis, de simple faire valoir pour cacher une amélioration inégale de ModNation Racers – ni au grand public, qui trouvera ici un jeu creux. En n’arrivant pas à atteindre son but de devenir un jeu digne d’intérêt, Little Big Planet Karting seriva, on l’espère, de leçon pour Sony qui ne confiera plus ses licences phares à un studio incapable de l’utiliser correctement.

Laisser un commentaire