Skip to main content

[Aperçu] Nous avons testé la Wii U

Enfin ! Un an après son annonce et en attendant sa sortie d’ici la fin de l’année 2012, c’est dans un spacieux immeuble parisien que nous avons enfin eu la possibilité de tester la Wii U, prochaine console de Nintendo. C’est donc dans ce merveilleux article que je vous retrouverez notre ressenti sur la console, son Game Pad et sur ses douze jeux jouables, tous prévus pour la période de lancement de la console.

 

La console et ses manettes

D’après ce que nous avons pu voir, il faut tout d’abord avouer que la Wii U présente un bon affichage haute-définition, plus ou moins propre selon les jeux. Nous arrivons sur un rendu quasiment similaire à ceux offerts par la Xbox 360 et la PS3 actuellement ; une remise à niveau nécessaire pour Nintendo, qui se situera à un pied d’égalité jusqu’au lancement des prochaines consoles Sony et Microsoft donc.

 

 

Lors des tests, nous avons eu l’occasion de tester les différentes configurations de manettes proposées par la console : le Wii U Game Pad bien entendu, mais aussi la manette Wii U Pro et l’indémodable Wiimote première du nom, accompagnée de son Nunchuck. La « mablette », grande nouveauté de la Wii U, propose une excellente prise en main. Les boutons et sticks sont de bonne qualité mais forte de ses 500g, le Game Pad pèse son poids après un certain temps, notamment lorsqu’un jeu propose des phases de tir où il faut aligner sa manette à la télévision (croyez-nous, ça fait les bras!). Petit point noir, l’écran du Game Pad ne propose pas une image d’une qualité exemplaire, qui peut se trouver être bourrée d’aliasing selon les jeux. La détection des mouvements reste sommaire tout comme sa consoeur la Wiimote et les hauts-parleurs intégrés, de mauvaise qualité, proposent un son immonde si l’on a le malheur de le mettre trop fort. De plus, étant donné que le Game Pad propose bien souvent les mêmes bruitages et musiques que la Wii U à l’écran de télévision, autant couper le son de la mablette pour éviter un doublon qui peut même entraîner un décalage.

S’il fallait accorder un carton rouge à la console, ce dernier serait accordé sans hésitation à la manette Wii U Pro. Son ergonomie bancale ruine l’expérience de jeu, la faute à un inversion de l’emplacement du stick analogique droit et des boutons par rapports aux autres manettes utilisées chez les autres constructeurs, faite surement afin de se démarquer de la manette Xbox 360 dont elle copie grossièrement l’apparence. Or, cet important changement est fatal et nous perd complètement lors des phases de jeux. Un important temps d’adaptation sera nécessaire pour se faire à la manette pro qui ne fera surement pas l’unanimité chez son public cibles, les gamers.

 

 

Mais ici, nous n’étions pas là pour tester en détail la Wii U sous tous ses angles. Loin de toute l’interface Miiverse ou des features multimédia de la console (notamment le rideau, coup de cœur de l’E3 2012 par la rédaction), Nintendo nous a notamment présenté les jeux qui constituerons le line-up de lancement de la Wii U. Avec douze jeux jouables, voilà un aperçu de la majorité des titres présentés.

 

Les jeux

I- Les jeux Nintendo

Avec la Wii U, Nintendo semble maintenir pour lancer la prochaine console sa politique casual avec comme jeu phare le party game Nintendo Land, déjà présenté à l’E3 au début du mois. Si le jeu possèdera 12 mini-jeux différents, nous avons pu finalement tester les 5 jeux disponibles. Si trois d’entre eux m’ont laissé indifférents (un jeu de lancer d’étoiles ninja, présentant surtout le gameplay du Game Pad à la verticale, un jeu reprenant l’esthétique de Donkey Kong où l’on déplace un chariot très fragile au sein d’un labyrinthe ou bien un jeu du chat et de la souris avec l’univers d’Animal Crossing vite oublié), deux d’en eux se sont révélés amusants. Le premier, Zelda Battle Quest, est un jeu sur rail où les joueurs équipés de Wiimote se battent à l’épée et le joueur détenant le Game Pad se bat à l’aide d’un arc. Si le jeu à la Wiimote reflète des expériences de jeu déjà vues sur Wii, le combat à l’arc est sympathique et est une bonne introduction au système de visée proposé par le pad. L’autre jeu, présenté à la conférence E3 dans l’incompréhension générale mais s’avérant au final très fun, est Luigi’s Ghost Mansion. Le mini-jeu, jouable à 5, place 4 chasseurs de fantômes (joueurs à la Wiimote) au sein d’un labyrinthe vu de haut ayant comme mission de se débarrasser d’un fantôme invisible qui ère dans le manoir, le tout équipé de la fameuse lampe torche de Luigi’s Mansion. Le joueur au Game Pad incarne lui le dit fantôme facétieux qui aura comme objectif d’évoluer grâce à l’écran de la mablette pour à la fois fuir ses poursuivants mais aussi de tenter de les éliminer tour à tout sans se faire repérer. Ce mini-jeu débouche sur une expérience de jeu fort conviviale où chaque camp doit élaborer sa stratégie pour l’emporter. Amusant donc. Nintendo Land servira pour sur au constructeur de piédestal pour présenter sa console au grand public à travers ses expériences de jeu simplistes.

 

 

Absent de la conférence E3 mais testable, Game & Wario aura aussi les honneurs de figurer dans le catalogue Wii U. Et oui ici pas question de Wario Ware dans le titre du jeu car le système de micro-jeux qui a fait la renommée de la licence a été abandonnée au profit d’une construction plus classique, qui se révèle être d’ailleurs identique à celle de Nintendo Land. Au menu, 10 « mini-jeux » seront jouables mais pour vous donner une idée, ces jeux sont à classer à l’échelle des niveaux Boss des Wario Ware mais dans des versions rallongés. Parmi les quatre épreuves testées, ces dernières duraient seulement une poignée de minutes et étaient expédiées sans retrouver la totalité de l’énergie absurde de l’univers du némésis de Mario. Il est évident qu’une formule plus « wario ware-esque » aurait été plus appréciable, que ce soit pour l’expérience de jeu mais aussi pour son degré de rejouabilité qui s’avère ici bien maigre, entre une épreuve de Ski bouclée en moins de 30 secondes (véridique), un jeu de lancer de flèche, un jeu de photographie et un jeu du gendarme et voleur, on se rapproche trop de Nintendo Land au niveau des systèmes de jeu pour ne pas sentir l’esbroufe à plein nez. Et vu que l’on parle de supercherie (excusez ma transition bancale), évoquons le cas de New Super Mario Bros. Wii U. Si le jeu proposera comme « nouveauté » deux costumes (un Mario en écureuil volant, ça ne vous dit rien ?), la plus value principale de cet opus se trouve dans le Game Pad qui permettra à un cinquième joueur de placer des plateformes avec l’écran tactile de la mablette, afin d’aider à atteindre les endroits habituellement inaccessibles… une fonction tellement gadget qu’elle ne convainc pas sachant que la franchise ne cherche visiblement pas à évoluer d’un pixel. À éviter absolument vu que Nintendo ne ressert encore une fois le même jeu en prenant son public fan de Mario pour un pigeon.

 

 

Nintendo a aussi proposé ce qui s’avère être LE jeu gamer proposé jusque là par les studios nippons : Pikmin 3. Et il est important de dire que le jeu gagne énormément par sa maniabilité agréable et adaptée au système de jeu de Capitaine Olimar (NB : jeu testé au combo Wiimote/Nunchuck). Quoi qu’il en soit, Pikmin reste Pikmin. Au delà de la haute-définition qui apporte un confort visuel, rien de nouveau au bataillon même si retrouver la licence reste plaisant. Un bonne démo donc, en espérant que le jeu complet saura apporter du renouveau pour convaincre entièrement, Pikmin 3 ne se présentant pas pour l’instant comme un futur jeu incontournable.

 

 

Ils étaient aussi jouables mais n’ont pas été testé par votre humble serviteur : Wii Fit U, même si l’on peut dire sans se tromper que Nintendo n’a surement pas modifié d’un centième sa formule, ainsi que le Wii U Panoramic View, petit jeu (inclut dans la console ou vendu sur la future chaîne boutique Wii U?) permettant de visiter plusieurs lieux (Londres, le carnaval de Rio, Tokyo…) en employant la Wii U Game Pad pour se balader à 360° dans l’espace en question.

 

II- Les jeux tiers

Nintendo compte aussi sur l’appui de titres développés par des éditeurs tiers pour étoffer son line-up. Au menu notamment : des remakes adaptés au Game Pad et un nouveau chapitre dans la romance entre l’entreprise japonaise et les français d’Ubisoft.

Parlons d’Ubisoft tiens. Le développeur hexagonal proposera deux jeux phares pour le lancement. Le premier, ZombiU, est un FPS nous plaçant dans une invasion zombie en plein cœur de Londres. Si je n’ai pas pu tester le mode solo, j’ai eu l’occasion de tester un mode versus à deux joueurs où le joueur au Game Pad incarne le Maître des Zombies et le joueur à la manette classique est un survivant. Si le mode « capture de drapeau » (où le premier joueur opère une stratégie en envoyant ses unités en vue plongeante sur la carte et le second opère tel un FPS classique) se relève être mou, le jeu possède surtout comme lacune d’être fortement repoussant visuellement. Contrairement aux promesses faites par les premières images dévoilées par le jeu, ZombiU se dévoile par passages comme étant une vulgaire bouillie de pixels immonde que même la Wii n’oserait pas abriter. Nous espérons avoir joué à une version démo car il y a encore du travail à faire pour avoir un rendu graphique digne de ce nom, déjà que ZombiU s’annonce loin d’être exceptionnel.

 

 

À côté de ça, Ubisoft proposera une suite à Rayman Origins, Rayman Legends. Au delà de la refonte graphique, cet nouvel épisode proposera d’incarner Murphy, maniable grâce à l’écran tactile du Game Pad. Le petit camarade verdâtre de notre héros aura comme mission d’aider les joueurs en les débloquant des divers obstacles qui viendront les bloquer. Si l’on retrouve l’énergie du sublime Origins, les phases avec Murphy (obligatoires pour progresser) rendent l’ensemble plus déséquilibré au niveau du rythme et créent une dépendance trop appuyée au joueur qui vous épaule. À vous donc de trouver le partenaire de jeu idéal pour tout réussir sans problème où en cas de désaccord, la partie ne sera plus vraiment une partie de plaisir. À voir donc.

Note finale, Platinum Games aura la surprise de présenter un nouveau titre, Project P-100, qui sera pourtant à oublier d’urgence. Beat-them-all brouillon, illisible et absolument pas fun, le jeu s’est révélé être un bourrinage de bouton idiot qui ne nous a absolument pas convaincu.

 

 

Ils étaient aussi jouables mais n’ont pas été testé par votre humble serviteur : les adaptations Wii U de Batman Arkham City et Ninja Gaiden 3, qui ne doivent pas constituer un grand intérêt si vous avez déjà ces jeux dans votre ludothèque ainsi que Sing, jeu de karaoké développé par Freestyle Games (DJ Hero 1 & 2, oui oui…) où les paroles seront disponibles sur le Game Pad. À noter que malgré son absence à l’évènement, Just Dance 4 sera disponible pour la sortie de la Wii U, où le joueur à la mablette pourra décider des chorégraphies pour les autres danseurs.

 

Bilan :

Après cette première prise en main, il semblerait que la Wii U veuille conserver la même philosophie que la Wii première du nom. Avec sa nouvelle manette amusante mais qui ne justifiera pas un achat à prix fort et son catalogue de jeux quelque peu bancal malgré quelques bons moments passés derrière le Game Pad, il faudra voir si la Wii U saura détenir davantage de jeux qui sauront satisfaire pleinement les joueurs, que ça soit du côté des productions Nintendo comme celles des éditeurs tiers. La balle est donc dans leur camp et c’est dès aujourd’hui que va commencer le jeu de séduction vers le public.

nadrien

Je suis l'éternel mioche de la rédaction. En tant qu'étudiant en cinéma, je voue la majorité de mon temps à la glande. J'aime battre Yoann à Rock Band (défaites qu'il nie toujours) et Eldroth à Fifa (idem). Par contre pour battre Kendo à quoi que ce soit je passe la main. J'écris aussi des critiques de films sur mon blog Moutarde & Cinéma.

Laisser un commentaire