Skip to main content

Critiques flash: Borderlands, Beyond Good and Evil, Left 4 Dead 2, Mirror’s Edge

cadeau.png J’ai pro­fité de la récente liqui­da­tion des prix sur Steam pour me pro­cu­rer plu­sieurs titres, qui méri­tent bien un avis rapide ici… au menu, un RPG-FPS, le meilleur jeu de l’uni­vers (!), un DLC à €50, et de la plate-forme cheap.

Un petit rap­pel: les sol­des recom­men­cent le 26 décem­bre sur Steam, donc fai­tes atten­tion à quand vous fai­tes vos achats!


borderlands_logo.png

Ain’t no rest for the wicked ; Role-Playing Shoo­ter d’un autre monde

Bor­der­lands est un RPG-FPS joua­ble en solo, ou a plu­sieurs. Pour faire court, vous pour­riez vous ima­gi­ner Fal­lout 3, mais à qua­tre, et en mieux! L’atout prin­ci­pal est la créa­tion abso­lu­ment aléa­toire de tous les équi­pe­ments que vous trou­ve­rez; envi­ron dix-sept mil­lions de com­bi­nai­sons sont pos­si­bles, mais en pra­ti­que, on tourne autour de trois mil­lions. Par exem­ple, je pos­sède un fusil à pompe qui fait beau­coup de dégâts, une bonne préi­ci­son mais n’a qu’une capa­cité stan­dard, et pas de bonus ailleurs (temps de rechar­ge­ment, par exem­ple). J’ai éga­le­ment trouvé un Revol­ver élé­men­taire avec des bal­les cor­ro­si­ves, extrê­me­ment puis­san­tes; cepen­dant, il tire len­te­ment. LEN­TE­MENT. Les armes ne sont jamais “trop” puis­san­tes.

Du côté de l’his­toire, elle est assez mince en appa­rence, bien que quel­ques théo­ries inté­res­san­tes (atten­tion, spoi­lers) la con­cer­nant sont à vous faire tour­ner la tête. La bande-son est bien fou­tue; elle mélange la musi­que typi­que des wes­tern avec un peu d’ambient-élec­tro­ni­que. Quel­que peu indes­crip­ti­ble, tout comme le style gra­phi­que:

borderlands_screen.jpg

Le jeu est assez ouvert, c’est limite un mini-MMO; cepen­dant, il est assez court pour un joueur passé maî­tre dans l’art des FPS (hum), puisqu’il m’a pris une ving­taine d’heu­res. Je ne compte pas le fait qu’il est pos­si­ble de recom­men­cer le jeu avec le même per­son­nage et tous vos objets lors de la “Play­through 2”, ou tout devient sacré­ment dif­fi­cile. Pas trop d’intê­ret. Un peu plus dif­fi­cile à ava­ler quand on sait que les DLC seront payants…

Bien entendu, ne jouez pas au jeu en fran­çais. Je ne le dirai jamais assez.

8,5/10 — style très sympa, game­play quel­que fois léger, gros poten­tiel.


bge_logo.jpg

Six ans de retard sur le jeu le plus sous-noté jamais réa­lisé

Je ne sais pas par où com­men­cer… bon. Vous êtes Jade, une jeune jour­na­liste pho­to­gra­phe, et vous devez ne pas vous arrê­ter au sim­ple juge­ment de “gen­tils/méchants” (d’où le titre du jeu) pour dévoi­ler la cons­pi­ra­tion inter­pla­né­taire qui se déroule sur la petite pla­nète d’Hyl­lis.

C’est Zelda à la sauce fran­çaise, mais en mieux. BEAU­COUP MIEUX. Tout est excel­lent. Abso­lu­ment tout, sauf quel­ques énig­mes vrai­ment tor­dues, la caméra quel­que fois un peu capri­cieuse, et la voix de Jade qui fait un peu sur­jouée. Enfin, c’est pas ma faute, c’est celle d’Emma de Cau­nes. Et puis, pour un jeu qui date de 2003, il est sacré­ment bien foutu gra­phi­que­ment.

La bande-son est un chef d’œuvre absolu. Télé­char­gez la (léga­le­ment), vous ne le regret­te­rez pas. Et c’est un euphé­misme!

Le seul gros défaut du jeu est sa lon­gueur: envi­ron dix heu­res pour le ter­mi­ner… mais ce sont dix heu­res à vous faire tom­ber par terre, donc FON­CEZ. Ah, et si vous l’ache­tez sur PC, le por­tage est mal foutu et souf­fre de pro­blè­mes de syn­chro­ni­sa­tion et de cor­rup­tion gra­phi­que (selon mes inves­ti­ga­tions, il ne faut pas jouer au jeu en haute réso­lu­tion, et il faut que bge.exe ne tourne que sur un cœur si vous avez un pro­ces­seur multi-core).

bge_opening.jpg

Bien entendu, ne jouez pas au jeu en anglais; c’est un jeu vidéo made in France, bon sang!

9,75/10 — por­tage PC moyen, durée de vie un peu fai­ble, sinon abso­lu­ment irré­pro­cha­ble!


theparish.png

Left 4 Dead 2: un DLC à €50

Bon­jour! Aujourd’hui, je vous appren­drai com­ment bien se moquer (le mot choisi est fai­ble) de plu­sieurs mil­lions de joueurs fan­boys en jus­ti­fiant une suite par l’ajout d’une ving­taine de niveaux. Oui, pro­por­tion­nel­le­ment, d’autres jeux ont reçu beau­coup plus que Left 4 Dead 2, pour pas un rond. Non, je ne trolle pas! Regar­dez donc la liste du nou­veau con­tenu:

  • Qua­tre nou­veaux sur­vi­vants.
  • Trois nou­veaux infec­tés spé­ciaux.
  • Envi­ron vingt niveaux.
  • Un mode de jeu. Non, le Rea­lism n’est PAS un mode de jeu.
  • Nou­vel­les musi­ques (une grande quan­tité a été recy­clée, cepen­dant).
  • Une dizaine d’armes en plus (beau­coup de recy­clage ici aussi, je pense notam­ment au Chrome Shot­gun qui est le Pump Shot­gun res­kinné, avec un son dif­fé­rent, et juste une dif­fé­rence minime sur l’effi­ca­cité de l’arme en elle-même).

Bien évi­dem­ment, je n’inclus pas tout ce qui est “iné­dit” (comme le fait que les nou­veaux per­son­na­ges aient évi­dem­ment besoin de dou­bleurs, etc.), mais bon, faut que je vous dise quel­que chose; L4D1 et L4D2, c’est comme Fifa 08 et Fifa 09. On fait payer la mise à jour, tarif com­plet.

Ah, et j’allais oublier; les niveaux, qui auraient du être “aléa­toi­re­ment modi­fiés”, ne le sont en fait pas. A moins que vous ne con­si­dé­riez “bar­rer un pas­sage pour faire un con­tour qui prend cinq secon­des” comme une dif­fé­rence.

Ce coup de gueule passé, il faut admet­tre que le jeu reste diver­tis­sant en mode Ver­sus (le seul qui vaut la peine), avec 7 potes, et le Sca­venge n’est pas mal, puisqu’il enlève la com­po­sante la plus inef­fi­cace et frus­trante du jeu (les infec­tés nor­maux). A part ça, tout le reste se base sur les mêmes prin­ci­pes fon­da­men­ta­le­ment mau­vais du pre­mier épi­sode, donc sauf si vous avez de l’argent à dépen­ser, pas­sez votre che­min.

5/10 — tou­jours aussi répé­ti­tif et inin­té­res­sant, dom­mage pour le poten­tiel qu’il pos­sède.


melogobigwi72.png

Un cliff­han­ger qui tombe à plat

me_town.jpg Je l’ai eu pour seu­le­ment €4, donc je ne plains pas trop. C’est de la pla­te­forme à la pre­mière per­sonne, du par­kour. Mal­heu­reu­se­ment, tout est vite gâché par le level design qui casse sou­vent la flui­dité de votre pro­gres­sion (s’arrê­ter vingt secon­des pour cher­cher où aller est frus­trant), et les com­bats sont abso­lu­ment ridi­cu­les… et vous êtes obligé de les subir. Le gros point noir du jeu.

Le design gra­phi­que est cepen­dant vrai­ment agréa­ble; on sent bien que c’est une équipe sué­doise qui a déve­loppé le jeu; enfin, peut-être que je fais trop le rap­pro­che­ment avec IKEA, allez savoir. Cepen­dant, le scé­na­rio est aussi épais que celui du jeu cri­ti­qué juste au des­sus, et l’aven­ture est très, très très courte. A peine plus lon­gue que Por­tal.

6,5/10 — ne le pre­nez qu’en des­sous de €8, sinon votre achat n’est pas jus­ti­fié.

maxofs2d

Fanboy officiel de Valve au lancement du site. Rétrogradé, il s'est vengé sur ses cours d'anglais, et est désormais de corvée de sous-titrage pour les vidéos de Café Gaming. Il est également développeur et machinimiste : vous pouvez voir ses productions sur son site ou sa chaîne Youtube...

2 réponses à “Critiques flash: Borderlands, Beyond Good and Evil, Left 4 Dead 2, Mirror’s Edge

  1. Merci pour le lien vers les musiques de BGE ! C’est un de mes jeux préférés, découvert et savouré sur gamecube. Écouter les musiques rappelle de très bon souvenirs ! 🙂

Laisser un commentaire