Skip to main content

Metroid Fusion

516709_21796_front.jpgSi Metroid Fusion devait être résumé à une chose, un ressenti, un souvenir… Ce serait un bruit de pas métallique dans une station spatiale vide. C’est en 2002 – 8 ans après le mythique Super Metroid – que Samus fait sa réapparition sur Game Boy Advance.

  • Éditeur : Nintendo
  • Développeur : Intelligent Systems
  • Type : Action / Plateforme
  • Support : Game Boy Advance
  • Sortie : 22 novembre 2002
  • Classification : 7+

C’est au cours d’une mission de routine que notre bien-aimée Samus est assaillie par le parasite X. S’attaquant au système nerveux et au tissu organique de Samus, le X sera finalement éliminé grâce à un vaccin à base d’ADN de Metroid. A cette occasion, Samus obtient la capacité d’absorber le parasite X, qui lui rends alors de la vie ou des munitions.

La combinaison de notre héroïne sera envoyée sur une station spatiale, qui ne tardera pas à bientôt émettre un signal de détresse.
Guidée par un mystérieux ordinateur, Samus devra enquêter sur les évènements ayant eu lieu à bord. Ce sera l’occasion de récupérer aussi ses anciens pouvoirs conférés par l’armure, mais aussi d’être confrontée à son double : le SA-X, copie créée par les X à l’aide des l’aide des lambeaux de combinaisons.

018.jpg

Les affrontements contre le SA-X virent en course poursuite souvent stressantes…

Une ingénieuse narration qui amène le principe d’upgrade et ce sentiment de montée en puissance propre à la série. En effet, dans les dédales de la station, Samus récupérera, souvent au terme d’un combat contre un boss, des fonctions apportées par sa combinaison. Outre d’autres types de laser, missiles, bombes, saut spatial, ou encore attaque en vrille sont de la partie. Pas de révolution majeure dans la série à ce niveau, mais qui s’en plaindra ?

003.jpg

Samus réagit au doigt et à l’oeil et le gameplay bien que relativement aisé à aborder devra être parfaitement maîtrisé pour arriver au terme de l’aventure. Parmi ses différentes aptitudes, Samus disposera d’un saut spatial, en vrille et peut etre autre s’accrocher aux rebords.

Sentiment de puissance puis de vulnérabilité -contre les boss- s’enchaîneront à un rythme qui ne vous laissera aucun répit. Se dégage de ces épreuves un réel sentiment de satisfaction après l’affrontement avec certains boss, ou encore le SA-X. Pas de guide magique ou je ne sais quoi, vous ne pourrez compter que sur vous même ! En contrepartie de ce rythme soutenu, le jeu se finit assez rapidement… Comptez grand maximum 5h pour finir le jeu, mais sans pour autant récupérer 100% des objets (réserves d’énergies, bombes de puissances ou missiles).

030.jpg

Techno, techno, technologic

Nous avons droit à un bon vieux scrolling différentiel horizontal. Le jeu est vraiment très agréable à l’oeil, soigné et dans un style similaire à celui de Metroid : Zero Mission (ou plutôt l’inverse). And at last but not least, l’environnement sonore si particulier des Metroid. Toute la magie de l’univers est parfaitement retranscrite et suscite des émotions telles que découvertes ou encore crainte chez le joueur. Cependant, j’aurais tendance à privilégier l’utilisation d’un casque pour profiter en au maximum.

025.jpg

Samus a donc effectué un retour de toute beauté. Tout y est : graphismes léchés, gameplay aux petits oignons, immersion sonore et un scénario original ne trahissant en rien l’esprit de la série.

A noter : le jeu est compatible avec Metroid Prime et permet en outre de débloquer le tout premier Metroid sorti sur Nes (en version d’origine. Oui oui, celle vendue 20€ sur Game Boy Advance).

On retiendra surtout…:

  • Challenge élevé
  • Scénario
  • Ambiance
  • Retour efficace

On regrettera…:

  • Trop courte durée de vie
  • Un boss Ridley’culous

Avis final : 18/20

Retrouvez cet article sur Geekounet’s Blog

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

Laisser un commentaire