Skip to main content

3 ans sur Wii : le bilan

Nous sommes en mai 2005. La guerre des consoles frappe plus que jamais le secteur du jeu vidéo. Sega a échoué, au plus grand regret de plusieurs millions de fans, Microsoft est arrivé et Sony domine. Entre le tank Xbox et la classe de la PS2, une petite console en forme de cube nommée Gamecube a déjà perdu malgré des atouts importants. La politique Nintendo venait d’échouer. Mais la relève était assurée, la DS, dernière née des portables de Nintendo, était déjà promise à un succès incroyable. C’est alors que la Révolution, console de salon aux particularités étonnantes, qui en Mai 2006 sera officiellement appelée Wii, va changer le monde du jeu vidéo à jamais. Le phénomène Wii est en marche.

Échec, nouvelle politique, et victoire.

S’il arrive à Nintendo de commettre plusieurs fois les mêmes erreurs, comme le support CD 12 cm qui ne sera finalement adopté qu’avec la Wii, il est une erreur que la firme n’a pas réitérée. Le Gamecube, malgré des capacités étonnantes, parfois considéré comme la console la plus puissante de sa génération, n’a pas satisfait les joueurs. La console fera des ventes très correctes (près de 22 millions de Gamecube vendus à travers le monde) mais restera loin des chiffres faramineux de la PS2 (140 millions de consoles écoulées!) et le manque d’exclus de la part des tiers n’aidera pas. Seuls les jeux Nintendo qui pour la plupart restent des valeurs sûres sauront rendre le Gamecube attractif.

C’est dans l’optique de relancer Nintendo sur le devant de la scène que la Nintendo DS (pour Dual Screen, ou double-écran) débarque sur les sols japonais et américains fin 2004, puis en mars 2005 en Europe. C’est le début d’une nouvelle aventure pour la firme. Petite sœur de la GameBoy Advance alors reine du marché portable, la DS doit réitérer l’exploit, et surtout annoncer la couleur de la nouvelle politique. Deux écrans, dont un tactile, des capacités graphiques supérieures à une Nintendo 64 et un gameplay qui se veut novateur: le jeu vidéo ne sera plus pareil. Tout est intuitif et simple d’accès, précis et agréable, la recette prend. Dès les premières semaines de ventes, la Nintendo DS s’écoule à un rythme effréné. Le joueur n’est plus seulement le jeune adolescent, le public s’élargit. Nintendo veut toucher toutes les tranches d’âges, les hommes comme les femmes. Des titres comme Mario Kart DS, Super Mario 64 DS, New Super Mario Bros DS ou Nintendogs font cartons pleins sur le court comme le long terme. La DS Tank, emplies de petits défauts, se voit alors remplacer par la DS Lite qui amorce une nouvelle folie dans les ventes de console. A ce jour, en 2009, la DS comptabilise plus de 100 millions de consoles vendues, et devrait dépasser la GBA d’ici peu. En tout cas, en 2005, Nintendo en a la certitude, sa politique paye. Car le phénomène ne fait alors que commencer, une nouvelle console va débarquer. La révolution est en marche.

DS Lite Avec la DS, ici la DS Lite, Nintendo marque un tournant dans le marché portable.

Nom de code: Révolution.

Fort du succès de la DS et soutenu par la fameuse politique « Iwata », du nom du nouveau PDG de la firme, Nintendo annonce en mai 2005, durant l’E3, sa nouvelle console de salon: la Révolution. On en sait peu mais les quelques informations sont alléchantes. Le design « jouet », c’est officiellement terminé. La Révolution affiche un style sobre, clair et classe. Elle est belle, attire l’œil. Sa taille étonne, elle n’est pas plus grande que trois boîtes de DVD empilées. Elle possède 512 Mo de Ram, 2 ports USB, un accès Wi-Fi intégré, une carte graphique avec un chipset d’ATI nommé Hollywood, un processeur central nommé Brodway ainsi que des manettes sans fils. Nintendo revient enfin au niveau de ses concurrents: la Révolution fonctionne avec des DVD de type 12cm permettant un stockage d’informations plus important. Iwata promet une parfaite rétro-compatibilité des jeux Gamecube et la possibilité de télécharger tout le catalogue des jeux Nintendo des consoles précédentes, de la NES à la Nintendo 64, via un service payant de qualité. La mémoire globale de la console pourra être augmentée via des accessoires alors non-spécifiés. Pour terminer, Nintendo annonce de nombreux jeux pour sa future console comme la suite de Super Smash Bros. Melee, un nouvel épisode aux licences connues comme Metroid et Zelda et bien d’autres surprises. La firme laisse sous-entendre que son atout face à ses concurrents sera la manette de la Révolution. D’après de nombreuses rumeurs, la Révolution devrait faire sa grande arrivée sur la scène mondiale courant 2006. Bien des mystères en cette année 2005, mais il n’en fallait pas plus pour faire rêver les joueurs…

Nintendo Révolution Et oui, à l’origine avec la Révolution, La Wii était noire!

2006: le début pour la Wii.

Début 2006, les premières images de la fameuse manette font leur apparition et c’est la surprise pour le monde vidéo-ludique: avant d’être une manette, c’est une sorte de télécommande aux multiples boutons à laquelle il est possible de brancher un accessoire avec un stick que les joueurs découvrent. On ignore encore tout de ses fonctions mais le succès de la DS revient en tête: Nintendo aurait-il pris le risque de suivre le même chemin avec sa console de salon ?

C’est en mai 2006, à l’E3, que la réponse est donnée. La console sera une révolution, mais ce ne sera pas son nom. La Wii (à prononcer « We » comme pour « Nous » en anglais) est annoncée en délaissant son nom de code, et mieux, ses facultés et ses atouts sont dévoilés. En contradiction totale avec ses concurrents qui prônent la puissance, Nintendo donne le ton avec sa Wii dont le nom fait déjà crier bien des fans: « ce sera ce nom et ce sera le seul! ». Le design n’a pas changé d’un pouce mais le blanc remplace le noir. La manette, ainsi appelée Wiimote, et son accessoire, le Nunchuk, montre à tous leurs particularités. Le jeu traditionnel, c’est terminé, la DS l’a déjà prouvé. Maintenant le gameplay et le plaisir l’emporte sur les démonstrations techniques. La Wiimote est donc équipée d’une fonction gyroscopique étonnante et d’une fonction de pointage précise. Le Nunckuk, inutile dans de nombreux jeux, permet de jouer de façon plus classique. C’est avec une démonstration sur un prototype de Wii Music et Wii Sports que Nintendo prouve au monde l’étendue de son savoir-faire. Même si ce n’est pas une prouesse graphique, le tout semble particulièrement jouissif et amusant. Des jeux destinés à toute la famille, aussi appelés jeux « casuals », comme Wii Sports et des jeux plus conventionnels, appelés jeux « gamers », comme Twilight Princess ou Red Steel d’Ubisoft sont présentés. Ces deux genre de jeux marquent plus que jamais la différenciation entre deux types de joueurs, certains adorent, d’autres critiquent. En tout cas l’annonce de la Wii en mai 2006 ne laisse personne indifférent. D’autant que la console doit sortir en automne de cette même année.

C’est finalement le 8 Décembre 2006, lors d’une sortie quasi-mondiale, qu’elle débarque. La Wii de Nintendo est dans toutes les mentalités. La politique Iwata reste inchangée: la Wii doit toucher toutes les tranches d’âges. C’est pourquoi à l’inverse du Japon, l’Europe et les États-Unis profitent d’un pack spécial comprenant la console et le fameux Wii Sports, jeu le plus vendu au monde actuellement. Moins chère (250€) que ses concurrentes, plus ergonomique, plus discrète, amusante et totalement à l’encontre des clichés des joueurs ordinaires de jeu-vidéo, le phénomène Wii se ressent aussi (et surtout!) via des chiffres de ventes absolument incroyables: le 12 décembre, Nintendo annonce que sa console s’est écoulée à 325000 exemplaires en Europe en seulement deux jours. C’est plus tard, en Janvier 2007, que les chiffres officiels sont dévoilés: 3 millions d’unités vendues sur les trois territoires. Côté jeu, c’est The Legend of Zelda Twilight Princess (jeu Gamecube à l’origine) qui se démarque en réalisant des ventes records dans de nombreux pays. Les ruptures de stock pour la console sont fréquentes mais courtes et Nintendo parvient à réapprovisionner constamment le marché. L’année 2006 terminée, la Wii semble dès lors suivre le même chemin que la DS…

Philosophie Wii La philosophie Nintendo dans toute sa splendeur…

2007: une année peu commune.

Alors que les ventes ne faiblissent pas, l’euphorie des premiers jours tassée et la découverte d’un système nouveau passé, un malaise s’installe sur le monde vidéo-ludique. Car si la console se vend et que Twilight Princess reste bon, le line-up de la Wii est dans l’ensemble vraiment mauvais: Red Steel est cousus de défauts, Call of Duty 3 ou Need For Speed Carbon sont incapables d’utiliser la Wiimote correctement, et Far Cry ou Monster 4×4 sont littéralement des daubes. Wii Sports est bon mais n’est au final qu’une démo des capacités gyroscopiques de la manette. Manette qui est loin de tenir toutes ses promesses au passage, elle est souvent imprécise, mal dosée, mal utilisée. Seul le pointeur fait vraiment ses preuves: un comble. Évidemment, capacités réduites obliges, les jeux restent souvent laids et moches, surtout quand l’on voit ce que fait la concurrence à côté. Pourtant ce qui fait peur, ce n’est pas la trop mauvaise utilisation de la Wiimote par les éditeurs-tiers, c’est l’absence de jeux Nintendo. Où sont les jeux que l’on nous avait si ardemment promis? Metroid Prime 3 Corruption qui devait débarquer avec la console est repoussé à la fin de l’année 2007. C’est une période creuse pour la Wii que le premier semestre de cette année. Malgré des jeux sympathiques comme Excite Truck, Dragon Ball Z Budokaï Tenkaïchi 2 ou Mario Party 8, on s’ennuie ferme sur Wii…

C’était sans compter sur la fin d’année qui allait permettre à Nintendo de revenir sur le devant de la scène avec des jeux tous meilleurs les uns que les autres. Entre Metroid 3 qui permet à la Wiimote de dévoiler ses véritables capacités, Super Paper Mario qui fait office de jeu de réflexion sympathique, et Super Mario Galaxy qui met à terre tous les autres jeux du moment, la fin d’année sur Wii vaut son pesant d’or. Côté casual, Mario et Sonic aux Jeux Olympiques devient le jeu familiale par excellence. Le joueur est rassuré, les jeux sont bons et le manque de puissance de la console ne se fait pas ressentir. Le matraquage publicitaire continue de plus belle, et la console se vend de plus en plus. Wii Play, titre simpliste similaire à Wii Sports, provoque également une déferlante de ventes de Wiimote. Le jeu restera premier des ventes durant de longues semaines.

Super Mario Galaxy* Super Mario Galaxy, le meilleur jeu sur Wii.

2008: le revers de la médaille.

A peine plus d’un an après sa sortie et la Wii aura déjà tout connu niveau planning de jeu avec 2007. La console se porte toujours aussi bien. La politique Iwata fait des merveilles, comme avec la DS. Début 2008 on est en tout cas dans le même schéma: la console se vend, les bons jeux ne sont pas nombreux mais bel et bien présents, bref le joueur y trouve son compte. Pourtant les bons jeux viennent presque uniquement de Nintendo et les tiers se font attendre. C’est alors que début 2008 débarque de nombreux jeux agréables et sympathiques. On notera Zack and Wiki: Le trésor de Barbaros et No More Heroes pour ne citer qu’eux. C’est toujours peu mais la qualité est au rendez-vous. D’autant que Super Smash Bros Brawl fait énormément parler de lui à travers son site régulièrement mis à jour et crée l’attente chez de nombreux joueurs. Pourtant, sa sortie ratée donnera lieu à 5 mois de retard entre la version américaine et la version européenne, l’Europe qui n’y goutera qu’en Juin 2008. Dommage. Heureusement, un autre jeu annoncé très tard et sorti courant Avril deviendra l’un des indispensables de la console: Mario Kart Wii. Le jeu est bon, très bon même, et les chiffres de ventes s’en ressentent: il est le jeu le plus vendu de l’année avec près de 9 millions d’unités écoulées.

Poursuivant sa politique d’expansion du marché, Nintendo propose un jeu au concept tout aussi novateur que sa Wiimote elle-même. Prendre le pari de vendre un jeu avec une balance est déjà osé, mais le gagner c’est presque absurde. Pourtant le pari est gagné, cela ne fait aucun doute. Avec Wii Fit, Nintendo place le joueur au centre d’un logiciel de remise en forme avec des objectifs de poids et de performance à remplir. Pas de victoires, pas de défaites, Wii Fit fait plutôt office de simple application à utiliser selon ses besoins. Sortie fin Avril, le jeu se vendra constamment sur le long terme et arrivera second des meilleurs ventes de 2008, avant Grand Theft Auto 4.

Wii Fit Wii Fit, ou quand le « casual » a du bon!

Passé les quelques premiers mois de 2008 et les sorties de jeux plutôt régulières et soutenues, le schéma catastrophique de 2007 se répète. Le planning est vide, et ce n’est pas Wii Music et Animal Crossing City Folk qui pourront le remplir. Il y a bien des jeux, mais beaucoup sont ratés ou bâclés. Le fossé entre les « gamers » et Nintendo qui était resté jusque là assez étroit s’élargit. Contrairement à la DS, la Wii manque de soutien, elle manque de jeux. Les éditeurs-tiers hésitent à se lancer dans des développements longs et couteux et préfèrent aller chez la concurrence. Nintendo se repose sur ses lauriers, c’est un fait établi, ce qui fera de Noël 2008 la pire fin d’année en terme de jeux pour les joueurs sur Wii. Côté vente de consoles, c’est encore du tout bon: les bénéfices du premier trimestre fiscal de Nintendo ont augmentés de 34% par rapport à 2007, soit 635 millions d’euros de plus dans les poches des actionnaires.

2009: entre réveil et repos.

2009 marque avant tout le retour des éditeurs-tiers sur Wii. Le retour d’un éditeur surtout: Sega. Qui aurait cru qu’un jour Sega puisse sauver Nintendo d’une année catastrophique en jeux ? Mais n’était-ce pas un peu trop tard… Via des studios talentueux comme Platinum Games ou non, Sega nous gratifie de titres incontournables comme MadWorld et The House of The Dead Overkill. The Conduit, se clamant fer de lance d’une nouvelle ère de jeux gamers sur Wii, n’était au final qu’une déception. Mais c’est plutôt au niveau des ventes que c’est décevant. Aucun de ces jeux ne rencontrera le succès escompté, confirmant ainsi à tous que les joueurs avaient déjà quitté le navire de Nintendo pour celui de Microsoft et de Sony. Dead Space Extraction, autre exemple de jeu sympathique, rencontrera un succès timide.

Confirmant à tous que la politique Iwata, passée d’honorable à exécrable pour beaucoup, devait se poursuivre, Nintendo lance sa gamme « Nouvelle façon de jouer » comprenant des rééditions de jeux Gamecube vendus au prix forts comme Pikmin ou Super Mario Tennis, à la manière de Capcom avec Resident Evil 4 (qui s’était tout de même vendu à plus d’un million d’unités dans sa version Wii). Aucun jeu n’est annoncé, 2009 reste dans la continuité de fin 2008. En début d’été, Nintendo lance le Wii Motion Plus, accessoire permettant une amélioration considérable de la reconnaissance des mouvements par la Wiimote. Nouveau succès commercial pour Nintendo qui vend 650 000 WM+ en une semaine seulement sur le territoire japonais, en bundle avec Wii Sports Resort ou en version simple. Ainsi, le prix de la Wiimote complète est de 80€ l’unité…

En janvier 2009, la Wii s’est écoulée à 45 millions d’exemplaires à travers le monde, alors qu’aucune baisse de prix n’avait encore été effectuée. En mars elle atteint les 50 millions, puis parvient à 56 millions fin octobre dernier. Stephane Bole, directeur de Nintendo France, a affirmé pouvoir faire monter ce chiffre à 75 millions d’ici Noël grâce à la sortie de la Wii noire, au succès conjoint de Wii Fit Plus et New Super Mario Bros. Wii (autres exemples de la politique Iwata en cette fin d’année) et à la baisse de prix de 50€. Un chiffre que beaucoup qualifie d’irréalisable toutefois. Car l’année 2009 marque aussi le début des échecs commerciaux pour Nintendo. Les chiffres sont en effet très inférieurs aux résultats de 2008 et la firme au plombier a du revoir bons nombres de ses prévisions de ventes à la baisse. Les ventes nettes ont diminué de 34,5% et le bénéfice net de 52% comparé à l’année précedente. Le manque de jeux et l’arrivée tardive de la baisse de prix peuvent expliquer sans mal cette baisse. Une fin d’année morose pour les joueurs Wii comme pour Nintendo donc…

MadWorld MadWorld est l’un des meilleurs jeux de la console. A ne pas rater, ou çela me resterait sur le coeur!

L’avenir de la Wii.

3 ans, seulement 3 ans. Pourtant l’avenir de la Wii semble si incertain. Les joueurs l’ont quitté, les casuals l’ont oublié sous leur télévision, Wii Fit est empoussiéré, et les annonces sont de piètres qualités. Si seulement il pouvait y en avoir des annonces… Sin and Punishment 2 n’a rien d’exceptionnel, Super Mario Galaxy 2 n’apporte vraisemblablement rien de neuf, Metroid Other M ne vit que sous l’ombre d’un trailer cinématographique qui ne montre rien du jeu en lui-même, et Zelda Wii ne fait rêver qu’avec un artwork. C’est bien maigre pour amorcer une nouvelle année. Stephan Bole dévoilait il y a peu lors d’une interview que « les exclus n’étaient jamais mortes. » Dans ce cas, où sont-elles ? Où sont StarFox, F-Zero, Pikmin ou Luigi’s Mansion ? Les ventes étant en forte baisse, on peut même se demander si Nintendo n’a pas déjà abandonné sa console… L’E3 2010 sera décisif, l’année 2010 dans son ensemble sera décisive. Il est inconcevable que la Wii réitère le phénomène infernal de 2008 et 2009 l’année prochaine. Si une nouvelle console était annoncée, ce qui ne serait même pas étonnant finalement vu le retard technique de la Wii, Nintendo parviendrait-il à devenir premier dans les charts comme chez les joueurs ? Rien n’est moins sûr.

Les incontournables du catalogue Wii !

Les jeux suivants ne sont pas classés par ordre de préférence, mais par ordre alphabétique, et relève d’un choix évidemment subjectif.

Dragon Ball Z Budokaï Tenkaïchi 3 Encore meilleur, encore plus complet, encore plus jouissif, nombreuses sont les comparaisons qui peuvent encenser ce DBZ. Le meilleur jeu de baston sur Wii.

LostWind Si le XBLA est maître du marché de la dématérialisation, le service WiiWare propose lui aussi quelques perles. C’est le cas de LostWind, jeu à la fois rafraîchissant et ingénieux !

MadWorld Gore et jouissif. Rien de plus, rien de moins pour le meilleur jeu inédit d’éditeurs tiers sur la Wii. Vous en prendrez du plaisir à zigouiller du boss dégénéré à la tronçonneuse ou du zombi avec un club de golf. Immanquable.

Mario et Sonic aux Jeux Olympiques Qui l’eut cru ? Qui pouvait croire qu’un jour les deux ennemis des temps anciens, j’ai nommé Mario et Sonic, se défieraient lors de Jeux Olympiques ? En tout cas, le résultat en vaut la chandelle, Mario et Sonic aux Jeux Olympiques est l’un des meilleurs party-game de la console Wii.

Mario Kart Wii Le meilleur jeu Wii multijoueur, le meilleur online, la meilleure ambiance: Mario Kart Wii c’est le meilleur en tout. Nettement supérieur à tous ses prédécesseurs, ce Mario Kart repose les bases de la série et c’est bon.

Metroid Prime Trilogy Mettre trois jeux excellents dans un même pack pour le prix d’un, personnellement je dis « oui »! Découvrez ou redécouvrez la série des Metroid Prime dans son intégralité avec Metroid Prime Trilogy! Passez à côté serait un crime.

Muramasa : The Demon Blade La 2D se fait rare. Pourtant il en existe encore, et celle-ci est de qualité. Muramasa vous transportera dans un monde emplis de magies et monstres ou seul votre courage et vos épées maudites pourront vous sauver. Un grand jeu.

New Super Mario Bros Wii Comme sur DS, mais en mieux, voilà ce qui définit ce jeu. Si le mode solo laisse à désirer, le mode multijoueur vous fera passer de sacrés bons moments en compagnie de Mario et toute sa clique. Compliqué par moment, NSMBWii propose un certain challenge que beaucoup qualifieront de bienvenu..

No More Heroes Original et super bien fichu, c’est sûr, avec No More Heroes on ne s’est pas moquer de nous. Pas mal de défauts viennent ternir le tableau, mais le voyage est tellement décalé qu’on les oublie bien vite. Un jeu qui sort des conventions, ça fait parfois du bien!

Okami Un portage oui, mais Okami est plus qu’un portage. Peut-être un peu moins abouti que la version PS2, Okami n’en reste pas moins un chef d’œuvre hors du commun qu’il convient d’apprécier jusqu’au bout.

Okami Qui a dit chef d’oeuvre ?

Resident Evil 4 Wii Edition En voilà un autre d’ailleurs, mais celui-ci a été retravaillé et offre une Wiimote à l’utilisation ingénieuse. Et puis soyons honnête, proposer le meilleur jeu de la Gamecube en mieux, ça ne se refuse pas et puis c’est tout.

Super Mario Galaxy S’il n’y en avait qu’un, ce serait lui. A classer au panthéon des jeux vidéos de par son ingéniosité et ses nouveautés, Super Mario Galaxy donne à la série ses lettres de noblesses. Une perle qui vous fera frémir de plaisir!

Super Paper Mario Ingénieux, c’est le mot qui me vient à l’esprit lorsqu’on parle de Super Paper Mario. Utilisant un design 2D associé à de la 3D, le jeu est prenant, intéressant, et sacrément bien fichu. A posséder!

Super Smash Bros Brawl A la fois amusant et technique, simple et complet, Super Smash Bros Brawl a tout pour lui. Pourvu d’une bande-son dantesque, d’un système de jeu bien rôdé et de personnages sublimes, la guerre sera rude sur SSBB, et vous en redemanderez.

The Legend of Zelda Twilight Princess Oui c’est un jeu Gamecube, oui ce n’est pas le meilleur Zelda, mais non ce n’est pas un mauvais jeu. Un jeu épique d’une telle envergure, on ne peut qu’en redemander même!

World of Goo Tout autant que LostWind, World of Goo figure parmi les perles du catalogue WiiWare. Un concept simpliste mais savamment mis en place, il n’en fallait pas plus pour faire de ce jeu un indispensable.

Zelda Twilight Princess Peut-être pas le meilleur, mais le plus épique, à n’en pas douter.

Conclusion générale: Nous sommes en décembre 2009. La Wii est sortie en décembre 2006. Juste 3 ans donc pour une console qui a révolutionné le monde vidéo-ludique. Une mode ? Peut-être oui, pourtant la phénomène a porté ses fruits. Aujourd’hui le jeu vidéo ne se résume plus à un comité privé, aujourd’hui c’est le monde entier qui joue, qu’importe l’âge, qu’importe le sexe! Sans la Wiimote, aurions-nous pu apprécier le très prometteur projet Natal de Microsoft ? Probablement pas. La Wii a rendu service au jeu vidéo, bien plus qu’on ne le croit. Quoi de mieux que de voir son art préféré faire autant d’émoi après tout ? Des défauts, la Wii en a, des qualités, la Wii en a tout autant et la suite promet d’être très intéressante. Rendez-vous en 2010 donc, et bon jeu que ce soit avec Nintendo ou non!

Kyubi

Je suis l'éternel mec qu'on ne voit jamais IRL pour entretenir le mythe. Tout le monde est jaloux de mon pseudo et je les comprend. Il n'est pas rare qu'on adule mes goûts musicaux et mes compétences à Mario Kart. Sinon j'aime mater des films, l'informatique et manger équilibré.

12 thoughts to “3 ans sur Wii : le bilan”

  1. Même chose pour certains jeux qui n’ont pas trop leur place dans un top wii à mes yeux…
    Mais je trouve que tu as quand même été bien sympa sur certains points…. J’aurais fait l’article ce serait un gros troll de 1000 lignes é__è

  2. J’avoue avoir aussi du mal avec l’analyse qui est faite ici, un peu comme si Nintendo était “tombé” d’un seul coup pile en 2008. Alors que qualitativement la firme est au plus bas depuis la fin Gamecube…

    Même les références n’en sont plus tellement (Zelda, Mario kart)…

    Après je ne donnerai pas mon avis sur la pseudo-innovation que constitue la wiimote, je joue depuis trop longtemps pour me faire en**** par les discours marketing pour un des pads les plus imprécis de l’histoire du JV 😉

  3. Merci à tous!

    Pour commencer je tiens à préciser que je ne voulais surtout pas faire un bilan emplis de trolls qui serait au final chiant à lire. Et puis à quoi bon faire le troll, je l’aime ma Wii moi, je l’adore même. :]

    Yoann, je crois avoir bien expliqué en quoi la Wiimote était imprécise dans un paragraphe (celui de 2007), et en quoi Nintendo perd en qualité au fil des années. Mais je comprends ce que tu veux dire. :p

  4. J’ai apprécié lire le bilan. Tu traduis bien la progression de la déception qui assaille le joueur au fil du temps.
    Pour 2009 Punch Out peut être cité comme seul “grand jeu” proposé par Nintendo pour tenter de faire revivre une certaine flamme. Personnellement je suis passé à côté, encore sous le choc de la fin d’année 2008 !

  5. Et encore, pour moi Punch Out ne vaut pas grand chose. J’ai rarement vu un jeu aussi peu complet, c’est presque affligeant tellement ça manque de contenu et de saveur.

  6. Punch Out illustre parfaitement le fait qu’un bon jeu sur NES/SNES ne fait pas un bon jeu en 2009. Eh oui, les jeux ont évolué, les attentes aussi, et il ne suffit pas de pondre la même chose en 3D pour que ce soit bien ! (C’est d’ailleurs du foutage de gueule de la part de la firme qui accuse ses concurrents de faire “juste la même chose en plus beau” sur PS360…).

    En plus son prix est aberrant ; ce genre de remake 3D aurait eu sa place sur WiiWare, pas en galette.

  7. Salut , je passais sur PN (dont le forum est toujours aussi abominable a lire ) quand je suis tombé sur ton lien , bref , article sympa et très juste , y a juste un côté que tu as oublié de soulever , c est le côté obscure de la wii ^^ , le piratage , qui est devenue une fléau tellement c est devenu simple comme un jeu d enfant .
    A+

  8. @Cake justement je crois que c’est de ce côté que les DS et WII se détache nettement de la concurrence je suis presque sûr que c’est organisé et que cela permet de marquer encore plus sa différence et pour moi ils sont dans le vrai il faut savoir perdre un peu pour gagner bien plus derrière il accroche ainsi encore mieux toute une population de joueur et surtout de gens grandement limité dans le budget.

Laisser un commentaire