Skip to main content

Pokémon Stadium

1169905067-1.jpg Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, mul­ti­pliez, rem­plis­sez la terre, et l’assu­jet­tis­sez; et domi­nez sur les pois­sons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout ani­mal qui se meut sur la terre. Alors les Poke­mon se répan­di­rent sur la Terre et égayè­rent nos jour­nées.
Le nou­veau Tes­ta­ment, selon Sato­shi Tajiri, ver­set 1:28.

  • Édi­teur : Nin­tendo
  • Déve­lop­peur : Nin­tendo
  • Genre : Com­bat de Poké­mon
  • Plate-forme : Nin­tendo 64
  • Clas­si­fi­ca­tion : 3+
  • Date de sor­tie : 7 Avril 2000

C’est en 1999 que l’inva­sion Poke­mon débuta en France : des­sin animé, jeu de carte et racket, jeux vidéo, pelu­ches… Une véri­ta­ble défer­lante qui s’abat.

Ici, point de dou­ble ver­sion avec une cou­leur atti­trée : uni­que­ment Sta­dium. Que nous réserve ce jeu ? Nin­tendo a aban­donné l’aspect jeu rôle pour se con­cen­trer uni­que­ment sur les affron­te­ments entre Poké­mon. Un jeu de com­bat d’un style bien par­ti­cu­lier donc. Outre le mode com­bat direct vous oppo­sant à l’ordi­na­teur sans aucun choix pos­si­ble, il existe le mode “Stade”.

poks64013.jpg

Tel un véri­ta­ble parc d’attrac­tion, ce mode se divise en de mul­ti­ples acti­vi­tés :

  • La Cita­delle des Cham­pions : C’est le seul mode un tant soit peu scé­na­risé. Et encore, en se con­ten­tant du strict mini­mum ! Il s’agit de bat­tre les cham­pions et leur dis­ci­ples pour par­ve­nir au fameux Con­seil des 4 et à son Maî­tre. Ces der­niers pro­vien­nent tout droit des ver­sions Game Boy. Aucune ori­gi­na­lité. Cepen­dant, un bonus fort sym­pa­thi­que vous est octroyé à cha­que fois que vous en venez à bout ! L’un de ces Poké­mon rare vous sera offert : Kick­lee, Tygnon, Sala­mè­che, Bul­bi­zarre, Cara­puce, Amo­nita ou Kabuto. Il vous sera ensuite pos­si­ble de le trans­fé­rer sur votre car­tou­che Game­Boy à l’aide du Trans­fer Pak et ce der­nier sera au niveau 5. Un pré­sent bien sym­pa­thi­que évi­tant échange ou par­tie à recom­men­cer.

ME0000011416_2.jpg

  • Le coli­sée : C’est le mode prin­ci­pal du jeu. Il se décom­pose en 4 Coupe, cha­cune ayant des res­tric­tions qui lui sont pro­pres con­cer­nant les niveaux des Poké­mon ou encore leur mor­pho­lo­gie (taille et poids) . Cha­cune des cou­pes est dis­po­ni­ble en 4 niveaux de dif­fi­cul­tés. C’est dans ce mode que se trou­vent les prin­ci­paux élé­ments à déblo­quer. Mal­gré l’aspect enfan­tin du jeu, cette dif­fi­culté est bien pré­sente et se fera sur­tout sen­tir dans les der­niers matchs. Le mieux est donc d’impor­ter ses Poké­mon. En effet, je n’ai pas abordé ce point cru­cial. De base, 149 Poké­mon peu­vent être choi­sis : leurs carac­té­ris­ti­ques et atta­ques sont fixées par la machine et res­tent inchan­gées. Mais les joueurs ayant entrai­nés leur Poké­mon sur leur ver­sion Game Boy peu­vent les impor­ter pour leur faire pren­dre part aux com­pé­ti­tions. Une pra­ti­que se révé­lant qua­si­ment indis­pen­sa­ble pour cer­tains com­bats.

Pokemon_Stadium.jpg

  • Com­bat libre : Rien à gagner à la clé, on choi­sit les règles de coupe à appli­quer et c’est parti pour un match. Le mode idéal pour s’amu­ser avec un ami !
  • Club Junior : Un des modes les plus inté­res­sants et amu­sants à jouer à plu­sieurs. En effet, les com­bats se mon­trent très sou­vent rébar­ba­tifs et assez ennuyeux, et ce même à plu­sieurs ! Rien de tel que quel­ques mini-jeux bien sym­pa­thi­ques.
    Ils ne néces­si­tent l’usage que d’un ou deux bou­tons et ont donc une prise en main quasi-ins­tan­ta­née. Au pro­gramme : dégus­ta­tion de Sushi avec Exce­lan­gue, saut de Magi­carpe, course de Rat­tata… La diver­sité est pré­sente dans ces 9 mini-jeux assez lou­fo­ques recon­nais­sons-le.

ME0000011429_2.jpg

  • Le Labo Poké­mon : Le labo­ra­toire du pro­fes­seur Chen vous per­met une ges­tion sim­pli­fiée et plus rapide des boî­tes Poké­mon du PC de Léo. C’est aussi ici que vous pour­rez trans­fé­rer les Poké­mon gagnés lors de la ligue Poké­mon. De plus, les échan­ges sont pos­si­bles mais néces­si­tent 2 Trans­fer Pak. Autre alter­na­tive : sto­cker les Poké­mon dans les Boî­tes Nin­tendo 64 pour les trans­fé­rer ensuite sur l’autre car­tou­che. Une sorte d’échange mais qui ne fait pas évo­luer des Poké­mon comme Spec­trum ou Kada­bra. De même, des objets peu­vent aussi être trans­fé­rés de cette manière. Un mode de ges­tion vrai­ment bien pensé sim­pli­fiant la ges­tion lente et archaï­que de la ver­sion Game Boy.
  • Palais Vic­toire : Il s’agit juste d’un musée réper­to­riant les Poké­mon avec les­quels vous avez gagné les com­pé­ti­tions Poké­mon. Un peu inu­tile, il per­met néan­moins de déblo­quer un petit bonus une fois que les 151 socles seront ornés.
  • Mode Game Boy : Ce mode per­met tout sim­ple­ment de jouer aux ver­sions Game Boy Bleu, Rouge et Jaune sur votre TV par l’inter­mé­diaire du Trans­fer Pak. Une sorte de Super Game Boy réservé aux jeux Poké­mon. On peut par ailleurs modu­ler la vitesse du jeu à con­di­tion de l’avoir déblo­quée.

doduomode.jpg

D’un point de vue tech­ni­que le jeu est fran­che­ment agréa­ble à con­tem­pler. Aucun repro­che à appor­ter à la modé­li­sa­tion, et la mise en scène se révèle être très effi­cace et nous donne enfin une image con­crète des scè­nes ima­gi­nées dans les ver­sions Game Boy. C’est mal­heu­reu­se­ment l’aspect audio qui pêche : on retrouve les mêmes défauts que dans les ver­sions de poche à savoir des pis­tes musi­ca­les ultra-répé­ti­tive noyées dans les cris de Poké­mon. Rajou­tez à ceci des com­men­tai­res insi­pi­des et fran­che­ment lourd, et vous obte­nez un enfer audio.

Le jeu se mon­tre tout même répé­ti­tif et on ne peut que regret­ter l’absence d’un vrai jeu Poké­mon avec un aspect jeu de rôle.Les com­bats devien­nent las­sants sur­tout pour un seul joueur. Le jeu prends fina­le­ment toute son ampleur et sa saveur à l’aide du Trans­fer Pak offrant ges­tion sim­pli­fiée, jeu sur TV et com­bat avec une excel­lente mise en scène. La durée de vie s’en trouve aug­men­tée : celle-ci est en effet assez dif­fi­cile à juger tant le jeu est las­sant en mode solo.

ME0000011414_2.jpg

Au final, ce jeu est à réser­ver avant tout aux afi­cio­na­dos des Poké­mon ou aux joueurs pos­sé­dant aussi une ver­sion Game Boy, cas dans lequel le jeu prends toute sa dimen­sion.

On retien­dra sur­tout…

  • Mise en scène, mimi­ques et gra­phis­mes effi­ca­ces
  • Com­pa­ti­bi­lité avec le jeu Game Boy
  • Mini-jeux

On regret­tera…

  • Les com­men­tai­res audio, abso­lu­ment insup­por­ta­bles
  • Très répé­ti­tif et las­sant
  • Assez creux si on ne pos­sède pas une ver­sion Game Boy

Avis final : 14/20

Retrou­vez cet arti­cle sur Gee­kou­net’s Blog

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

10 réponses à “Pokémon Stadium

  1. Ha Pokémon Stadium que de souvenirs avec cette grosse boite et son accessoire qui n’a plus trop été utilisé (à tord)

  2. Ouep, d’ailleurs si mes souvenirs sont exacts, il n’était vendu qu’avec Pokémon Stadium premier du nom. Un comble pour généraliser un accessoire étant donné le prix du jeu : grosso modo 430F !
    Un comble 😀
    Edit : je viens de chercher et apparemment, on ne le trouvait pas seul :s

    Si quelqu’un a des infos à ce sujet…

  3. SI TA MEW
    JE TE LAISSRAI FAIR UN COMBAT
    ET SI TU ME GAGNE JE DONNERET UN BADGE
    DE POKEMON ARGENT QUUAND JAVAIS BATUS
    OH-OH ET TOI TU LA OH-OH SI TU LA TES DANS MON EQUIPE SI TU VEUX
    ET AU FETTE SES QOIS TES
    POKEMON DIS LES MOI REGARDE JE
    VAIS TE MONTRER MES POKEMON

    PIKACHU

    ARBOK

    DRAGON FEU

    ETOURAPTOR

    ROUQUARNAGE

    ECTOPLASMA

    ET VOILA TOUT MES POKEMON.

Laisser un commentaire