Zeno Clash

profile_ghatdeadra.jpg C’est l’his­toire d’une grande, très grande famille. Un jour, vous déci­dez d’aller tuer le patriar­che pour une rai­son qui vous res­tera incon­nue, jusqu’à la fin du jeu. S’ensuit alors une course pour­suite entre vous (accom­pa­gné d’une amie, tout de même), et votre famille, jusqu’à la fin du monde! Et c’est ainsi que com­mence Zeno Clash, un jeu de com­bat à la pre­mière per­sonne, dis­po­ni­ble sur Steam pour 16€ depuis le 21 avril.

Avant de com­men­cer, la tra­di­tion dans tous mes billets: les vingt pre­miè­res minu­tes du jeu. Ah oui, aussi, si vous sou­hai­tez tâter le sys­tème de com­bat par vous même, une démo est ins­tal­la­ble via Steam.

zenoclash_macra.jpg

Le jeu est donc cen­tré sur le com­bat à la pre­mière per­sonne, super­be­ment bien inté­gré, bien qu’il soit pos­si­ble de temps à autre de ramas­ser quel­ques armes très arti­sa­na­les. Deux mou­ve­ments de base: coups nor­maux, et coup puis­sant (utile pour bri­ser la garde de son adver­saire). A ceux-là s’ajou­tent quel­ques ges­tes exé­cu­ta­bles sous quel­ques con­di­tions: fon­cer dans un adver­saire, lui faire man­ger du genou et ensuite le balan­cer sur le reste de vos adver­sai­res… assez varié, mais il est regret­ta­ble que nous ne soyons pas inci­tés à uti­li­ser la tota­lité des mou­ve­ments; un très bon exem­ple est le ren­voi d’atta­que, très effi­cace mais rare­ment effec­tua­ble (et quel­ques adju­vants arri­vent à l’esqui­ver). Arri­ve­rez-vous à ache­ver un Cor­wid en lui lan­çant votre arba­lète — oui, le méca­nisme lui-même, pas les pro­jec­ti­les — à la figure?

Vous ren­con­tre­rez de temps à autre des enne­mis beau­coup trop impo­sants pour pou­voir être tués d’une manière con­ven­tion­nelle… donc il ne vous res­tera qu’à trou­ver une arme à la hau­teur; mas­sue, mar­teau… et une varia­tion encore plus inté­res­sante — et plu­tôt dif­fi­cile à gérer pour le joueur — se déclen­che lors­que d’autres enne­mis, nor­maux cette fois, vien­nent épau­ler la grosse brute.

zenoclash_metamoq.jpg

Le game­play réserve cepen­dant quel­ques peti­tes sur­pri­ses, comme un cer­tain com­bat très inté­res­sant! Avant de décrire, je vais devoir déve­lop­per quel­ques pas­sa­ges scé­na­ris­ti­ques. Un bon mois avant de tuer son patriar­che, Ghat (le pro­ta­go­niste) quitta Hal­ste­dom (la capi­tale sup­po­sée de ce monde), car sa nature curieuse fit que le désir d’aller explo­rer les forêts exté­rieu­res à la ville était devenu trop grand. C’est là qu’il ren­con­tra les Cor­wid of the Free, un peu­ple qui a choisi de ne plus être esclave du bon sens et de la rai­son. Donc, un mois plus tard, lors de votre fuite, les signes de votre “stage” chez eux sont encore visi­bles, et votre famille pense que vous fai­tes par­tie des ermi­tes! Mais ce n’est pas le cas, puisqu’ils sont éga­le­ment hos­ti­les envers vous. Lors de votre deuxième pas­sage dans la forêt, vous aurez la sur­prise de tom­ber sur une embus­cade de votre famille, tout en étant déjà en train de s’occu­per des indi­gè­nes. Eloi­gnez-vous, ils seront trop occu­pés à se taper des­sus pour vous por­ter atten­tion, ha! Comme quoi, il y a un sem­blant de stra­té­gie dans le titre.

A noter que si vous aimez le sys­tème de com­bat, un mode Chal­lenge est dis­po­ni­ble. Il s’agit d’une tour à cinq niveaux, tous plus dif­fi­ci­les au fur et à mesure de votre ascen­sion. Pour les plus van­tards d’entre vous, vos temps seront com­pa­rés à ceux de votre liste d’amis Steam!

Ne jouez cepen­dant pas en dif­fi­culté nor­male si vous êtes un gamer vété­ran; vous vous en tire­rez bien trop vite pour avoir besoin d’aller ramas­ser des fruits de soins.

Je cite­rai une con­nais­sance: ca roske, mais moins par le game­play que par l’ambiance. Une décla­ra­tion ô com­bien vraie! L’uni­vers est abso­lu­ment uni­que, ce que les déve­lop­peurs qua­li­fient de Punk Fan­tasy. C’est un vrai dépay­se­ment. Les per­son­na­ges sont épous­tou­flants — mal­gré un dou­blage de qua­lité iné­gale. Là encore, quel­que chose vient noir­cir ce point: quel­ques tableaux sem­blent déses­pé­re­ment vides de toute vie, mal inté­grés dans la pro­gres­sion du scé­na­rio. Heu­reu­se­ment, ils sont très loin d’être en nom­bre. L’ambiance sonore est pres­que digne de Lost Eden (un vieux jeu Cryo de 1995 dont je suis un fan­boy enragé), avec une inté­gra­tion par­faite et quel­ques mor­ceaux abso­lu­ment ÉPI­QUES.

zenoclash_mucalo_night.jpg

En somme, mal­gré une durée de vie à peine supé­rieure à celle de Por­tal (l’aven­ture se bou­cle en une demi-dizaine d’heu­res) et quel­ques petits défauts, Zeno Clash est un titre que je recom­mande, tout sim­ple­ment, d’autant plus que ACE Team compte éten­dre son titre avec du con­tenu télé­char­gea­ble gra­tui­te­ment!

Maxime Lebled

Fanboy officiel de Valve au lancement du site. Rétrogradé, il s'est vengé sur ses cours d'anglais. Il est également animateur 3D dans l'industrie du JV : vous pouvez voir ses productions sur son site ou sa chaîne Youtube...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.