Skip to main content

Astérix et ses amis : Ils sont fous ces romains !

Avant de commencer cette critique, il y va de soi qu’une petite chansonnette s’impose pour être parfaitement dans l’ambiance des bandes-dessinées d’Astérix. A mon signal : 3, 2, 1…

♫ ASTÉRIX EST LÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀ !!
ÇA VA FAIRE MAL, CA VA COGNER LA BAGAAAARRE !
ASTÉRIX EST LÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀ !!
SEUL CONTRE LES DIEUX, CONTRE L’ODIEUX CÉSAAAAR ! ♫

Maintenant on peut commencer.

Mais qui est derrière ce jeu ?

Le jeu Web/Facebook Astérix et ses amis est développé par le studio autrichien Sproing, et édité conjointement par Deutsche Telecom (la plus grande société allemande et européenne de télécommunications avec un chiffre d’affaire à plus de 59 milliards d’euros en 2011) et SEE Global Entertainment (cf. le communiqué de presse).

Cette dernière, la Special Entertainment Events Inc., est une entreprise spécialisée dans le divertissement depuis 1997 avec deux activités : les jeux vidéo en ligne et les parcs d’attractions. Si on regarde de plus près leur site, on peut apprendre qu’ils ont été responsables du jeu Planet Michael et qu’ils donneront bientôt des nouvelles de futurs jeux comme Men In Black, Total Recall, WaterWorld, Universal Studios Monsters and Van Helsing et War of the World. Pour la partie parcs d’attraction, l’entreprise avait acquis les droits de Star Trek, Titanic et Tutankhamun. Elle est dirigée par un certain Martin Biallas — je vous invite à regarder son site internet de beau gosse.

Terminons avec le studio Sproing, studio indépendant depuis 2001, fondé par Harald Riegler et Gerhard Seiler qui ont commencé à développer des jeux vidéo depuis le début des années 90. Les jeux les plus connus du studio sont le free-to-play Skyrama, le jeu de survie Cursed Montain sur Wii, Sigils – Battle for Raios sur iOS et enfin le jeu Astérix et ses amis.

Comment ça il est pas frais mon poisson ?

Cela va faire un bon moment que je ne suis plus retourné sur ce jeu, mais grâce à Café Gaming et la paye que j’ai reçue pour mon premier article, je me voyais mal arrêter en si bon chemin.

<em<Astérix et ses amis est un free-to-play sur navigateur et Facebook où votre objectif sera de gérer au mieux votre village gaulois. Car oui, au début de votre partie, votre village a été complètement détruit et vous commencerez donc naturellement à le rebâtir. Vous allez d’abord commencer à incarner le personnage de Joystix (oui c’est facile) et ensuite donner un nom pour votre village (pour ma part ce fut Bramanix… oui ça veut rien dire et alors ?).

Après cette première étape, il vous faudra donc trouver des ressources et construire des bâtiments. C’est là que le jeu est très bien pensé car plus vous allez améliorer votre village, plus de nouveaux Gaulois vous rejoindront, plus les ressources se feront rares, plus vous aurez de nouvelles quêtes, plus vous aurez d’ennemis à combattre, plus vous aurez des zones à explorer… Et ce n’est pas chose facile !

En ce moment je suis au niveau 27 et j’ai déjà ouvert quelques établissements comme la forge, la maison du druide, un atelier de couture, des granges et bien d’autres bâtisses que je vous laisserai découvrir. Par exemple il me reste 3 niveaux pour pouvoir ouvrir une taverne.

Lorsque vous aurez un niveau suffisant pour accueillir de nouveaux habitants, vous devrez construire leur propre maison. C’est une caractéristique importante si vous voulez les entraîner. Le niveau des habitants de votre village constitue votre « Force » face aux légions romaines, donc plus vous les améliorerez, plus vous aurez de chances de battre facilement vos ennemis. Par contre c’est aussi là que le jeu devient addictif (n’est-ce pas aussi le but caché d’un free-to-play ?). Voici un exemple : mon barde est actuellement au niveau 2, mais si je veux le faire évoluer au niveau 3 je dois atteindre le niveau 29 du jeu. Si j’atteins ce niveau je devrai encore trouver des ressources à dépenser pour son entrainement.

De la potion magique, par Toutatis !

Mais du coup comment on gagne des niveaux ? C’est très simple. Autour de votre village se trouvent des légions romaines à tabasser, de la pierre à tailler, des poissons à pêcher, du bois à couper et de la paille à récolter. D’ailleurs je ne sais pas si vous avez remarqué mais quand vous dites deux fois « paille » en bégayant ça donne le fruit papaye (#juliencourbetD8). Le gain d’expérience est représenté par une étoile bleue qui ira directement dans votre barre de progression en haut à droite de l’écran. Mais attention toutefois : récolter et se battre vous fait perdre un stock de nourriture. Si vous n’en avez plus assez, il est toujours possible de chasser du sanglier, cela vous donne un point de nourriture pour vous rattraper ainsi qu’un autre point d’expérience et une ressource utile pour la confection d’objets. Car c’est aussi là que le jeu est très intéressant ! Comme signalé un peu plus haut vous aurez des patrouilles romaines qui sont à côtés de ces ressources. Si vous les voulez il va donc falloir se battre.

image2

Le système de combat est très simple à prendre en main : il vous suffit de choisir parmi vos Gaulois lesquels partiront à la bagarre. Dans l’exemple ci-dessus, j’ai opté pour mon personnage Joystix, le chef du village Démocratix et l’ancien Bocomdelantix (noms déjà donnés par le jeu), ce qui me donne 89 % de chances de gagner cette bataille avec un total de 39 + 2 en bonus en « Force » contre la légion romaine qui n’en a que 25. À noter qu’il est possible d’équiper vos Gaulois avec des armes comme des épées, lances, boucliers, etc… mais ceux-ci s’useront si vous les utilisez. Tous ces objets se feront grâce à la collecte de ressources et à leur transformation dans la Menuiserie ou l’Atelier de taille de pierres. Attention, pour le combat, se battre vous fait perdre de la nourriture. Par conséquent cela influencera le total de votre « Force » car vos Gaulois ont besoin de se reposer pour avoir leurs énergies à fond. Mais si vous êtes un impatient qui veut tout casser, il est toujours possible de restaurer rapidement leur énergie en leur donnant… de la nourriture (logique).

image3

Petite information importante, les camps romains autour de votre village sont positionnés sur des bonus pour vos ressources : une carrière de pierre, une cabane en bois, une ferme, une mine et un cercle de pierre (ces deux dernières ne sont visibles que si vous battez un camp romain qui protège un pont de pierre). Vous avez deux choix, un peu comme dans les jeux Crackdown : soit vous éliminez un à un les patrouilles qui renforcent le camp romain (vous aurez une chance de remporter plus prudemment la ressource bonus mais vous utiliserez beaucoup de nourriture), soit vous foncez directement dans le camp à abattre (vous aurez donc la ressource rapidement mais les autres patrouilles romaines qui constituaient la « Force » du camp seront toujours présentes). Ces lieux vous permettent de récupérer une grosse quantité de ressources, pendant un certain laps de temps avant qu’une patrouille n’y installe un nouveau camp. Vous pourrez retarder l’arrivée des Romains en installant une tante. Enfin, on va voir que si certains ennemis campent, d’autres vont vous attaquer !

En cliquant sur l’icône « Carte des amis », on arrive sur une bonne partie de l’Armorique où il est possible de voir les villages des autres joueurs ainsi que leur niveau, mais aussi si des légions romaines les envahissent. Il est possible d’aller les aider en essayant d’affaiblir le niveau de « Force » des envahisseurs, mais cela ne sera pas une chose facile : dans l’exemple ci-dessus, j’ai un total de 78 en « Force » mais je ne peux pas attaquer car il me manque encore une « Force » supplémentaire de 15. Et même si je l’avais, mes chances de gagner seraient minimes. Il ne suffit pas d’un combat pour que la légion soit battue, bien au contraire ! Il vous faudra vous fritter avec la même légion romaine au moins 4 fois pour que celle-ci soit dissoute et que vous soyiez tranquilles pour de bon. Mais attention, avez-vous remarqué la barre au centre en haut de l’écran ? Elle a comme particularité de vous informer sur l’arrivée des Romains : plus vous les combattrez et plus ils arriveront vite aux portes de votre village. Cette barre est une nouveauté apportée par la dernière update du jeu (qui est continuellement mis à jour).

Salut Jules, ça va ?!

Il est possible de battre une légion en « one shot » grâce à Astérix et Obélix… qui débarquent dans votre village occasionnellement ! Afin qu’ils vous viennent en aide, il vous faudra remplir leurs quêtes, qui vous rapporteront beaucoup de points d’expérience. Dès qu’elles sont terminées, vous pourrez donc les utiliser dans votre armée… mais dès qu’ils ont tapé du Romain, ils vous font la bise et repartent pour de nouvelles aventures ! Ben oui, à vous de vous débrouiller sans eux jusqu’à leur retour.

Les quêtes parlons-en, elles sont toutes les mêmes : la récolte de ressources ou la confection d’un objet bien spécifique. Vive le système de free-to-play ! Certaines ressources sont rares à obtenir bien qu’il soit indiqué où l’on peut les trouver. Elles sont en revanche facilement déblocables grâce à la monnaie des casques romains. Astérix et ses amis introduit deux monnaies (comme à Cuba… ça c’est gratuit et c’est pour votre culture générale) : les casques romains et les sesterces. Les sesterces s’obtiennent grâce à la vente d’objets dans votre inventaire qui ne vous servent plus à rien et à la vente de marchandise via vos commerces. Bien entendu, plus vous améliorez ces derniers et plus vous obtiendrez de sesterces. L’amélioration des bâtiments se fait selon le même procédé que pour améliorer vos Gaulois à vous donc de gérer parfaitement vos priorités. Les casques, eux, s’obtiennent de deux façons : en remportant des succès (à la façon des succès Xbox ou les trophées Playstation), ou en déboursant quelques euros de votre carte bancaire. Vous pouvez découvrir les prix :

image6

Les casques romains vous permettent de réduire le temps de fabrication d’un objet, d’acheter une ressource rare pour la confection d’un objet encore plus rare, ou de faire évoluer le niveau de vos commerces et habitants. Mais ne vous inquiétez pas, le jeu ne va pas lancer de pubs vous insistant à passer à la caisse. Je suis arrivé au niveau 27 en ne dépensant aucun centime d’euro… euh je veux dire sesterce… enfin vous m’avez compris.

Revenons rapidement sur les bâtiments : même s’ils sont déjà construits vous pouvez les changer d’emplacement sans dépenser le moindre casque ni sesterce :

image7

D’ailleurs avez-vous remarqué le ring à côté de la maison du barde ? Oui c’est le ring de la bande dessinée « Le combat des Chefs » mais ici, il vous permet de faire du PvP… OUI MON GARS TU PEUX METTRE DES BAFFES SUR UN AUTRE JOUEUR !

Ce petit mode en 3v3 est très simple, disons qu’il existe un mode « Défense » et un mode « Attaque ». Pour la défense, il suffit de choisir parmi vos habitants lorsqu’un autre joueur défie votre village pendant que vous êtes absent. L’attaque fonctionne de la même manière, sauf qu’en décidant de prendre d’assaut un village voisin vous devez parier un des objets de votre inventaire (ben oui sinon ce ne serait pas compétitif). Si vous gagnez vous remportez de l’argent, de l’XP… et si vous perdez, vous en gagnez moins et perdrez en plus votre objet.

Vous pouvez équiper vos Gaulois avec des armes ou des potions (pour ces dernières, il faudra qu’un druide soit présent dans votre village, les potions pouvant être aussi être équipés quand vous combattez des légions romaines). Dès que vous êtes prêt, il ne vous reste plus qu’à regarder le combat comme si vous regardiez votre équipe de football dans un Football Manager, l’issue étant gérée de manière aléatoire.

À l’aventure compagnon !

Si vous êtes un connaisseur des bandes dessinés d’Astérix, vous savez qu’il part vivre des aventures extraordinaires aux quatre coins du monde, et pour y aller il faut une barque. Justement, il y en a une qui vous attend près de votre village, juste derrière un camp romain… Je pense que vous avez compris. Mais (car il y a un mais) pour accéder à cette zone il va falloir se débarrasser du camp se trouvant sur le fameux pont de pierre.

Eh bien allons voir ce qui se passe si nous arrivons à prendre la barque, je vous laisse découvrir en images comme la BD.

image10

image11

image12

image13

image14

Eh oui, grâce à la barque, de nouvelles destinations vous attendent avec d’autres défis à relever, d’autres quêtes à réaliser, d’autres ennemis à tabasser… Mais est-on obligé d’emprunter tout le temps ce moyen de transport afin d’aller dans ces zones et y terminer les quêtes ? La réponse est très simple : oui.

Voilà voilà

Non plus sérieusement, vous êtes obligé de reprendre votre barque pour terminer vos objectifs, car n’oubliez pas que des patrouilles romaines arriveront tout le temps aux abords de votre village 🙂

Pour finir sur la partie sonore, les musiques font très bien l’affaire. En fonction de l’endroit où vous vous situez, elles vous mettront dans une bonne ambiance afin que vous soyez bien immergés dans le jeu.

ôté graphique, les équipes de Sproing ont fait un travail remarquable. Visuellement cela nous plonge dans l’univers d’Astérix que nous connaissons, et les animations des personnages sont certes simplistes, mais contribuent à rendre les personnages du jeu vivants.

Le jeu il marche ou pas ?

Le jeu est encore très actif depuis son lancement en avril 2013, mais c’est difficile (voir impossible) de trouver des chiffres pour se faire une idée de sa rentabilité. J’avoue que sur ce coup-là, j’ai échoué. Si on se fie aux chiffres publics de l’application Facebook, il y a plus de 100.000 joueurs qui jouent à Astérix et ses amis.

Comme indiqué un peu plus haut le jeu est toujours mis à jour et les développeurs sont très à l’écoute des joueurs que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur le forum officiel.

Pour rapidement conclure, le jeu Astérix et ses amis est un bon jeu qui vous fera passer de bons moments notamment grâce à ses graphismes mignons et sa jouabilité très simple et très efficace.

image15

MaikiGeeky

Je suis un gamer qui joue à tout et n'importe quoi et j'ai eu la chance de bosser dans l'industrie JV. Je suis le vrai noir de cette rédaction.

One thought to “Astérix et ses amis : Ils sont fous ces romains !”

  1. Coucou,
    J’ai eu la chance d’obtenir une clé qui m’a permis de jouer à la bêta d’Astérix & ses amis, et je dois dire que c’était très agréable. Ce que j’ai apprécié par-dessus tout, c’est le graphisme qui est resté fidèle à la bande dessinée.

Laisser un commentaire