Skip to main content

The Cave

La semaine dernière, une icône du jeu vidéo était parmi nous pour nous dévoiler sa prochaine œuvre éditée par SEGA, The Cave, La Caverne en bon français. Je veux bien évidemment parler de Ron Gilbert, le papa de Monkey Island, qui s’est associé avec The Double Fine et donc Tim Schafer pour nous proposer un jeu d’aventure qui renouvelle le genre.

The Cave, suite spirituelle de Maniac Mansion 2 ?

Après une présentation par l’équipe de Ron, ce dernier a insisté sur le fait que son jeu n’avait pas été développé pour frustrer le joueur avec une progression par l’échec, bien au contraire. Le jeu avance progressivement et le joueur doit découvrir de nouvelles choses. Cette fois-ci Ron bouscule les règles du point & click pour ne se concentrer que sur l’aventure. Un inventaire ? Il n’en existe pas. Et on s’en passe volontiers après quelques minutes pad en main.

Sept personnages venus de différents horizons pourront être contrôlés (par équipe de 3) et chacun a un but bien particulier. On aperçoit déjà le nombre assez conséquent de combinaisons, qui laisse une replay value bien large pour les plus mordus. Il existe un huitième personne qui n’est d’autre que le « personnage principal » si je peux me le permettre, la caverne. C’est en l’explorant qu’on en saura plus sur les motivations des protagonistes. La caverne nous conte l’aventure elle-même avec un humour très gilbertesque, de l’ironie à l’infini.

L’aventure se fait par équipe de 3 et pour la démo, la sélection nous était donnée d’office : une scientifique, des jumeaux (qui ne comptent que pour un perso) et le pèquenaud. Chaque personnage a une caractéristique spéciale lui permettant d’être indispensable face à une situation donnée. On nous jette dans le bain et une première énigme nous tombe dessus d’emblée. Simple, mais qui nous sert de tutoriel bien utile. Puis on découvre un peu plus loin une fête foraine avec moult activités et surtout escrocs. Le passage suivant était bloqué par une horrible créature, une femme blonde, et pour la passer il fallait trouver 4 tickets de loterie pour débloquer un ours en peluche et lui offrir… Sacrée vénale.

Tel est pris qui croyait prendre.

On fait un petit tour des lieux et on s’aperçoit que c’est grand comme environnement, que des gens trichent, que les fêtes foraines sont vraiment des arnaques même dans les jeux vidéo donc il va falloir ruser et profiter des pouvoirs de certains pour tromper les escrocs. Alors comment procède-t-on ?

On explore. Aucune carte n’est disponible, pas d’inventaire, The Cave est centré sur l’exploration et la réflexion pour trouver les bons enchaînements. Pas de monstres à zigouiller, faut juste se montrer plus malin avec les PNJ. La maniabilité est d’une simplicité à toute épreuve : le joystick sert à diriger le personnage, une touche pour sauter, une touche pour attraper un objet, une autre pour lâcher un objet, un autre bouton pour utiliser la capacité spéciale du personnage. Et ensuite la croix directionnelle va servir à sélectionner le personnage souhaité à n’importe quel moment de l’aventure.

On peut rater ses tentatives mais le personnage ne meurt pas à proprement parler. Une fumée blanche l’enveloppe et on retourne à la dernière position donnée, pour réitérer sa tentative. Pas de progression par l’échec frustrante, on peut vraiment recommencer de manière illimitée.

Jeu de baston local inavoué

The Cave se joue par équipe de 3 (3 fois que je répète j’espère que vous avez bien compris), que l’on soit joueur solo ou bien entouré. Petite pensée nostalgique, vous vous rappelez qu’avant, un seul avait la manette mais on était 15 derrière à kiffer (enfin chez moi c’était comme ça) et c’est donc avec un réel plaisir que j’accueille le multijoueur local. On peut y jouer jusqu’à 3 en local, chacun maîtrise donc un personnage et bien sûr il faut se coordonner pour réussir à franchir les différentes épreuves. Pas d’écran splitté, le jeu se centre uniquement sur le personnage dirigé. Bien sûr, chacun peut interagir et décider de jouer mais c’est là où le bordel commence. Va falloir être très discipliné sinon c’est pad dans la tête.

03

Les développeurs ont mijoté une patte cartoon pour The Cave. Le rendu est propre et enfantin mais en même temps il y a un côté sobre qui s’en dégage. L’ambiance n’est pas en reste, on plonge entièrement dans la caverne et on ne ressort que lorsque le travail est effectué.

Prometteur ?

Assurément. Même si les innombrables allers retours dans les niveaux me gavent déjà, il est évident que le jeu d’aventure tient un client sérieux, pas cher, et prochainement disponible sur les Xbox Live et PlayStation Network. Quid de la Wii-U ? Ron et son équipe n’ont pas voulu en parler mais les vrais savent. Ca arrivera et peut-être verra-t-on l’arrivée d’une carte ou d’un inventaire, visible sur le gamepad ? Spéculations, quand tu nous tiens.

Remerciements à toute l’équipe de SEGA America, Ron Gilbert ainsi que cousine Salima, Jo et Pilou.

Kendo

Joueur de jeux vidéo depuis très très longtemps, partisan du si tu ne sais pas, ce n'est pas grave mais apprends au lieu de raconter des salades. Mon Shin vous guidera.

Une réponse à “The Cave

Laisser un commentaire