Skip to main content

Arkedo Series – 001 Jump!

Initialement développé pour le XNA par le studio français Arkedo et récemment porté sur PS3, Arkedo Series – 001 Jump! est un petit jeu de plateforme aux codes rétro inspiré du pixel art et d’un certain Super Mario Bros.

[box]

Arkedo Series – 001 Jump!

  • Éditeur : Arkedo
  • Développeur : Arkedo
  • Type : Plateforme
  • Support : PS3 & Xbox 360 (XBLA & PSN)
  • Date de sortie : 24 août 2011 (PS3), 7 octobre 2009 (Xbox 360)
  • Classification : +3

[/box]

Le postulat de départ est simple : une sorte de robot crabe ou un truc du genre, pas beau et tout méchant attaque la terre à coup de bombes. Bref, votre mission si vous l’acceptez sera de récupérer ces bombes dans 30 niveaux avant la terrible confrontation finale.
Vous l’aurez compris, ce n’est vers le scénario qu’il faudra chercher la force de ce jeu. Mais plutôt du côté de son charme rétro. Tout d’abord, de par son aspect graphique. Des décors et personnages volontairement pixelisés, mais propres et aux couleurs vives. Mais aussi grâce aux musiques 8 bits qui rappelleront de bons souvenirs à tous ceux qui n’ont commencé pas commencé le jeu vidéo avec Halo.


001 Jump! joue aussi la carte du minimalisme au niveau du gameplay, puisque hormis la croix directionnel, c’est en général une seule touche qui sera utilisée.
On dirige ici un petit personnage -Jumpboy, clin d’oeil à Super Mario Bros- qui ressemble grosso modo à un Lego. Dans des niveaux en 2D, ce dernier doit éviter les obstacles et collecter les bombes semées dans le niveau avant que leur compteur n’atteigne zéro, synonyme d’explosion et d’échec du niveau. Une fois toutes les bombes collectées, la porte vers le niveau suivant s’ouvre. Simple, mais efficace.


Si les premiers niveaux semblent d’une facilité déconcertante, les suivants s’étoffent et leurs mécanismes gagnent en complexité. On y croise différents types d’ennemis, crabes, chauves-souris ou squelettes lançant des os comme des boomerang (ça me rappelle certaines tortues ça…), mais aussi les pièges classiques, pieux, sol qui se dérobe sous les pas du personnage ou éperons rocheux se décrochant du plafond. Une fois encore, l’influence de plombier moustachu se fait sentir.
Différents bonus sont disponibles dans les niveaux, à savoir des pièces, diamants, coeur de vie supplémentaire ou couteaux de lancer. Pièces et diamants trouvent leur utilité dans les niveaux plus avancés où le pécule engrangé permet d’ouvrir des tirelires et de récupérer des bombes. Une manière de corser le jeu dans la récupération des bombes et le chemin à emprunter.


Chaque choc étant fatal, on se met parfois à râler envers certains points. Trois ont retenu mon attention : le timing des sauts est assez différent de ce à quoi j’étais habitué jusque la. Il faut vraiment sauter une fois son personnage au sol et rien de sert de matraquer la touche de saut. Enfoncer la touche quelques dixièmes de secondes avant qu’il n’atteigne le sol, ne le fera pas sauter dès qu’il le touchera et au contraire retardera son saut. Néanmoins, c’est un détail auquel on s’habitue très vite.
Deuxièmement, certaines collisions laissent perplexe, voire agacent complètement. Il m’est arrivé qu’une chauve souris descende sur mon personnage à la moitié de sa hauteur, sans pour autant le tuer, et au contraire, dépasser d’un millimètre sur une flamme fait directement perdre une vie. Assez rageant.
Le dernier point sur lequel je souhaite revenir est un certain archaïsme. Alors certes, c’est sympa de se la jouer rétro, mais il ne faut pas oublier un certain confort. Par exemple, le menu de pause n’affiche aucune option. De ce fait, impossible de revenir au menu principal depuis l’écran pause : on est obligé de repasser par le XMB ou dashboard.

Autre aspect « rétro », l’impossibilité de sauvegarder une fois l’aventure lancée. Cependant, le jeu se boucle rapidement donc ce détail m’a moins gêné : en effet, il suffit d’une heure ou deux pour se familiariser avec le jeu et boucler les 30 niveaux. A noter qu’une fois fini, est débloqué un mode challenge proposant de rejouer indépendamment chaque niveau et d’y récupérer tous les bonus avant de découvrir un 31ème niveau.


Mention spéciale pour l’humour dont fait preuve le jeu à chaque Game Over. « La faute de la manette », « Non, mais j’essayais un truc… », « Vous avez perdu 346 calories », « Lave toi les mains s’il-te-plait ». De quoi faire passer la pilule quand on échoue.

J’ai trouvé ce jeu assez addictif, et surtout très plaisant. Pas forcément très difficile dans le mode aventure, un peu plu ardu en challenge, 001 Jump! fait passer un moment très sympa -mais bref- pour un coût modique.
Si vous avez 2€ à dépenser, plutôt que d’encourager la mendicité roumaine, achetez ce jeu : c’est du bon temps garanti.

[box type= »info »]

On retiendra surtout… :

  • Simple mais efficace
  • Charme Rétro
  • Humour des game over

Mais on regrettera… :

  • Menu pause archaïque
  • Court

Avis final : 15/20

[/box]

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

Laisser un commentaire