Skip to main content

Le match de la rentrée

Alors que les championnats et les ligues européennes reprennent progressivement, un autre affrontement se prépare, cette fois-ci sur terrains virtuels, opposant les habituels rivaux que sont Fifa et PES. A ma gauche, Fifa, qui remporte les suffrages depuis plusieurs années, se doit de confirmer mais surtout d’évoluer. Et à ma droite, PES : annoncé comme étant de retour à chaque nouvelle mouture, force est de constater qu’il demeurait à la traîne sur de nombreux points.

Aperçu à partir des démos version PS3.
Screenshots éditeurs. 

[box]

PES 2012

  • Éditeur : Konami
  • Développeur : Konami
  • Type : Football
  • Support : PS3, Xbox 360
  • Date de sortie : 29 septembre 2011
  • Classification : +3

[/box]

C’est PES qui a tout d’abord ouvert le bal des hostilités en proposant une démo issue d’une version non finale dès le mois d’août. Après une (très) longue vidéo d’introduction, il nous est proposé de nous essayer à un match classique avec les formations suivantes : FC Porto, Manchester United, AC Milan, Naples, Penarol ou encore Santos. Première surprise : les statistiques des clubs avec celles du Milan AC bien supérieures à celles de Man U. Assez étonnant je dois dire, d’autant plus si on s’intéresse par exemple aux statistiques de Falcao -encore au FC Porto sur la démo- qui hérite d’un petit 77.


Vient ensuite le match à proprement parler. On retrouve le menu de gestion d’équipe classique des PES avant la rencontre. D’un point de vue graphique, ce qui frappe à première vue ce sont les couleurs bien plus vives qu’un Fifa. Le jeu est très détaillé et réaliste, tout comme les animations, mais je suis assez dubitatif parfois au sujet de certaines textures. C’est assez difficiles à expliquer, mais certaines -maillots, peaux- semblent lissent, non texturées, ce qui casse l’impression de réalisme dont je parlais précédemment. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une démo issue de la version finale, l’ambiance dans les stades laisse à désirer : elle est un peu glaciale.


Je n’ai jamais été un grand fan des PES, et je dois avouer que le gameplay de ce dernier ne m’a pas vraiment convaincu. Je ne suis peut être pas habitué, mais j’ai trouvé les actions quelques peu hachées, notamment au niveau des passes. J’avais l’impression qu’elle ne s’enchaînaient pas avec fluidité, comme si il y avait un temps d’arrêt marqué à chaque fois qu’un joueur la reçoit, ralentissant le jeu de l’équipe. Outre cette impression de jeu entrecoupé, les frappes ne m’ont pas vraiment convaincue, assez mollassonnes, tout comme le bruit du choc entre le cuir et les poteaux. Pas mal de difficulté à organiser une défense correcte, à stopper l’adversaire, et donc construire une action correcte… Je crois que PES n’est définitivement pas fait pour moi.

[box]

FIFA 12

  • Éditeur : EA Sports
  • Développeur : EA Canada
  • Type : Football
  • Support : PS3, Xbox 360 & PC
  • Date de sortie : 29 septembre 2011
  • Classification : +3

[/box]

Passons maintenant à Fifa 12. Inutile de cacher que c’est surtout ce dernier que j’attendais, en grand fan de la série. La première chose qu’on remarque concerne la disposition des menus : ils défilent maintenant de gauche à droite. J’espère qu’ils seront plus réactif et moins lourds que ceux de Fifa 11. Comme pour la démo de PES, la seule option proposée est un match opposant les équipes suivantes : AC Milan, Arsenal, Borussia Dortmund, FC Barcelone, Manchester City et Olympique de Marseille. Les rencontres ont lieu dans un nouveau stade, Etihad Stadium de Manchester City.


On note cependant l’arrivée de quelques nouveautés dans les menus de gestion des équipes. Tout d’abord, lors du choix du maillot, un joueur le portant apparait : on retrouve cette même présentation chez son rival PES. Je dois avouer ne pas être très fan de cette organisation qui fait -je trouve- un peu grossière. Il en est de même dans le menu de gestion d’équipe. Les points représentant la position d’un joueur sur le terrain ont été grossi. Petit détail qui pourrait sembler insignifiant, mais… c’est moche, ça donne un aspect amateur. A part cela, je n’y ai pas remarqué de nouveautés.


Un petit sur les statistiques des joueurs… Je crois que cette nouvelle édition ne va rien changer au fléau de l’expérience Fifa en ligne : le FC Barcelone (et dans une moindre mesure le Real Madrid). Certes, l’équipe a remporté la dernière C1, mais ces stats sont exagérées et vont une nouvelle fois gâcher le plaisir de jeu en ligne avec des adversaires choisissant systématiquement Barcelone et se déconnectant dès qu’il sont menés 3 à 0. Quelques exemples : Valdès, Pique à 87, Puyol à 88, Iniesta et Xavi à 92, Messi à 95, Villa à 91, Pedro à 85. Sérieusement ?


On notera tout d’abord une certaine amélioration graphique avec des couleurs plus vives, moins ternes. Un bon point en terme de réalisme. Cependant si les visages des stars sont pour la plupart bien modélisés, certains -Villa ou Gervinho- sont pour le moins étranges.
Au niveau du gameplay, quelques nouveautés assez déstabilisantes et qui nécessiteront un certain temps d’adaptation. Tout d’abord la défense : on pouvait défendre efficacement en pressant « carré » (dans ma configuration) dans Fifa 11. L’attaquant adversaire était à la lutte entre deux défenseurs qui suivaient automatiquement le porteur de balle.
Bien plus de subtilités dans cette nouvelle mouture : en effet, en pressant « carré » le joueur tentera de mettre le pied sur la balle, mais verra donc sa course stoppée… pendant que l’attaquant file au but. La défense demandera donc plus de concentration et un timing précis. Il est à noter qu’il est possible de désactiver cette nouvelle gestion de la défense. Une possibilité sympathique, mais qui me laisse assez perplexe pour le jeu en ligne…
Il m’a par ailleurs semblé que les passes demandaient plus de précision lors du dosage.

Si le match de la démo finit sur un match nul, une séance de pénalty s’ensuit directement. On retrouve le même système qui a fait ses preuves dans Fifa 11. Un bémol toutefois : la jauge de puissance a vu sa taille être considérablement réduite, et il en est de même pour celle des passes qui manquent un peu de visibilité (c’est peut être aussi juste une question d’habitude). Autre nouveauté, le nouveau moteur physique : les chutes et les coups gagnent en réalisme. Il y a vraiment une impression de contact. Mais j’attends une version finale pour en juger.


Après avoir essayé ces deux démos, je pense -encore une fois- me tourner vers Fifa. J’ai vraiment du mal à maîtriser PES au niveau de la fluidité, étant habitué à celle d’un Fifa. La nouvelle gestion de la défense demande un nouvel apprentissage du jeu : une évolution plus qu’une révolution à mon sens. J’attends aussi beaucoup du mode carrière qui semble ici plus complet avec des gestions de déclarations de presse, des contrats et transferts plus réalistes… Rendez-vous le 29 septembre !

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

One thought to “Le match de la rentrée”

Laisser un commentaire