Skip to main content

Riff : Everyday Shooter

Le développement des plateformes de téléchargement a vu l’émergence des productions indépendantes. Parmi ces dernières, certains ovni vidéoludiques tel Riff : Everyday Shooter -sorti il y a près de 2 ans- qui se pose en hommage aux productions de Tetsuya Mizuguchi et Kanta Matsuhisa notamment.

  • Éditeur : Sony Computer Entertainment
  • Développeur : Queasy Games
  • Type : Shoot them up musical
  • Support : Steam, PlayStation 3 & PSP (PlayStation Store)
  • Date de sortie : 14 février 2008
  • Classification : 3+

Riff : Everyday Shooter est un shoot à la croisée entre Rez, Geometry Wars et Every Extend Extra. A Rez, il emprunte ses formes abstraites et son côté musical. De Geometry Wars, on retient les contrôles, les formes géométrique et de Every Extend Extra : le principe de chaînes.

REZ7.jpg

A la manière d’un Geometry Wars, le joueur se déplace dans un plan rectangulaire avec un petit vaisseau. Ce dernier, disposant d’un seul mode de tir se dirige à l’aide des deux sticks analogiques : le gauche pour bouger, et le droit pour faire feu et orienter son tir. De par ses tirs le joueur influera sur les pistes musicales.

RES2.jpg

En effet, le jeu se compose de 8 niveaux aux tons pastel, chacun possédant un morceau qui lui est propre. De ce fait, un niveau dure le temps de la piste : sur l’image ci-dessus, la barre horizontale en bas indique la progression de lecture. Pendant ce temps le joueur sera confronté à différents ennemis, et devra les détruire afin de scorer, comme dans tout bon shoot qui se respecte. Cependant ici le principe est un peu différent.

RES3.jpg

Détruire un ennemi ne rapporte généralement pas de point. Pour ce faire, il faut créer des chaînes, si possible importantes afin de générer un maximum de points. A chaque niveau correspondra une réaction en chaîne différente et initialement cachée. Ce sera au joueur de la découvrir !

RES5.jpg

Par exemple, dans le premier niveau, il suffit de trouver le vaisseau ennemi créant les réactions en chaînes. Une fois détruit, celui explose et laisse apparaître une onde de choc circulaire. Si le joueur se place dans celle-ci et incline le stick analogique droit, il ne tirera pas mais augmentera l’aire de l’explosion avant qu’elle ne disparaisse. Si un ennemi pénètre alors dans l’aire de l’explosion, il sera détruit et accompagné lui aussi par une explosion et ainsi de suite, créant des réactions en chaîne multipliant alors les points.

RES4.jpg

Outre l’impact sur le score du joueur, ces réactions en chaînes influent également sur l’environnement sonore, rendant chaque partie unique : tirer sur un ennemi, le détruire ou encore créer une chaîne aura un impact sonore unique à chaque niveau. Comme on peut s’en douter, le jeu propose des sonorité de guitares électriques très agréables qui rendent l’expérience extrêmement addictive. Les points cumulés servent ensuite à débloquer des extras : vie supplémentaire, niveau ou mode d’affichage différent. De quoi renforcer une durée de vie un peu faiblarde. Néanmoins, on revient très facilement faire une partie de temps en temps.

RES1.jpg

Bien que le principe soit assez bon et addictif l’expérience de jeu se trouve quelque peu compromise à cause de petits soucis techniques. Si il n’y a pas grand chose à redire quant à l’aspect visuel simple, épuré et coloré, il n’en est pas de même du côté audio… En effet, le jeu sature horriblement dans les aigus, ce qui oblige à baisser le volume pour ne pas être trop gêné… Un comble pour un shoot musical ! Et pour finir, soulignons le manque de précision des directions de tirs. On est bien loin d’un Geometry Wars Retro Evolved 2. Le nombre de positions angulaires du stick détectées ne sont pas assez nombreuses et oblige le joueur à déplacer son vaisseau de quelques millimètres à l’écran pour atteindre sa cible.

RES1.jpg

Malgré tout, il faut relativiser tout ceci puisque le jeu a été développé par une seule personne, et n’en demeure pas moins une expérience très sympathique, et surtout addictive que je conseille d’essayer à tout fan de shoot musical.

On retiendra surtout… :

  • Originalité du gameplay
  • Addictif

Mais on regrettera… :

  • Imprécision du gameplay
  • Saturation des aigus

Avis final : 14/20

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

Laisser un commentaire