Skip to main content

DeathSpank : Thongs of Virtue

Deux mois après la sortie du premier DeathSpank, le second délicatement nommé Thongs of Virtue – littéralement les Strings de la Vertu– a pointé le bout de son nez sur le PSN & XBLA. Orphans of Justice, bien qu’imparfait avait été une très bonne surprise cet été… Qu’en sera-t-il avec cette suite ?

  • Éditeur : Electronic Arts
  • Développeur : Hothead Games
  • Type : Aventure/RPG
  • Support : Xbox 360 & PS3 (XBLA & PSN)
  • Date de sortie : 22 septembre 2010
  • Classification : 12+

Testé sur PS3
Screenshots éditeur
Avant propos : ce jeu s’inscrivant dans le sillage de son prédécesseur, je n’ai pas pris la peine d’en expliquer une nouvelle fois les principes, ici identiques. De ce fait, je vous encourage à vous reporter à cette précédente critique si vous désirez plus d’informations.

Thongs of Virtue reprends là où le précédent s’était arrêté : les retardataires auront droit quant à eux à un petit résumé vidéo… Lord Von Prong a été défait, et Sandy -« the mysterious woman with red hair » vous révèle la source de son pouvoir… Ce dernier porte un des Thongs of Virtue ! Ces derniers au nombre de six, forgés il y a bien longtemps dans les flammes de la montagne du bacon (je n’invente rien, c’est tel quel !) auraient corrompu leurs porteurs. Votre mission sera donc de traquer ces porteurs et de les éliminer, la menace ultime n’étant autre que… le Père Noël !

DSTOV_Screenshot11.jpg

Vous l’aurez compris l’esprit loufoque et la touche de Ron Gilbert sont encore présents ! Cela passe notamment par les anachronismes dont le jeu regorge : vous quittez le château Von Prong pour tomber sur un champs de bataille du XXème siècle. Les environnement s’en trouvent chamboulés, mais aussi l’arsenal ! Bien que l’on retrouve toujours les habituelles épées, DeathSpank pourra par exemple massacrer de l’orque à coup de pelle de poilus. Mais la plus grande modification intervient pour les armes à distance. Relativement peu nombreuses dans le premier épisode -j’ai du trouver eux arbalètes et un pétard à poulet-, elles sont omniprésentes ici, contexte oblige !

DSTOV_Screenshot18.jpg

Les grenades, bazookas, mitraillettes et autres pistolets foisonnent et se trouvent facilement ! Chose qui m’a un peu déstabilisé : le périmètre des explosions a augmenté. Il n’est donc pas rare de perdre bêtement à cause de cette modification. Côté gameplay : aucune modification par rapport au précédent. Il était simple et efficace (pour plus d’informations, je vous redirige ici) mais je lui avait trouvé certaines lourdeurs, notamment dans l’accès au menu qui défile linéairement grâce aux gâchettes. Un menu « boîte » similaire à celui de Ocarina of Time (au maximum deux « parcours » pour changer de fenêtres) aurait été plus pratique. Mais le plus gros point noir selon moi se trouve encore et toujours au niveau de la carte du monde. Comme j’en avais déjà parlé, il y a la version globale, et un zoom sur la zone de jeu. Cependant, il n’est possible de zoomer que la zone dans laquelle on se trouve…

DSTOV_Screenshot04.jpg

Se pose naturellement la question : Pourquoi cela n’a-t-il pas été corrigé entre temps ? Tout simplement parce que ces deux épisodes ne devaient former qu’un seul et même jeu ! Aucune révolution à prévoir de ce fait dans l’ossature du jeu. De même, les missions se révèlent être assez souvent similaire : aller dégommer du monstre pour le compte d’un Général de la Navy/Shérif/Agriculteur (rayez la mention inutile) et lui ramener des Plaques de soldats/morceaux de métal/Bouses de licornes (pareil ici). Bien que la mise en situation soit souvent hilarante et pleine de second degré je regrette qu’il n’y ait pas de quêtes un peu plus originales.

DSTOV_Screenshot15.jpg

Je me souviens d’une mission où il fallait créer un sandwich pour un vieux guerrier. Impossible de le trouver en magasin ! Il fallait en fait simplement acheter la version simple du plat puis le mélanger à des herbes ramassées. Là où cela pouvait constituer un obstacle dans le premier opus (non traduit, pas d’indications), le travail est ici complètement mâché avec les fortunes cookies. Ces derniers, en nombre très limités dans Orphans of Justice permettaient de déverrouiller des indices pour les quêtes. J’ai du en avoir une vingtaine grand maximum. Quand on sait qu’il y a plus d’une centaine de quêtes et que chacune d’elles disposent en général de trois indices à déverrouiller avec un cookie chacun… On apprenait à les utiliser avec parcimonie !

DSTOV_Screenshot10.jpg

J’en ai récolté ici près d’une centaine et il est regrettable que les indices dévoilés soient parfois bien trop précis, n’aiguillant pas simplement mais donnant directement une solution. Autre promesse de développeur : une carte bien plus grande ! Promesse tenue avec des environnements assez variés -comme on peut le voir sur les screens proposés ici- mais qui s’enchaînent parfaitement. Néanmoins, je modère quelque peu ces propos : une des nouveauté réside dans le fait de pouvoir utiliser un bateau de pirates pour se déplacer ! Mais quelle ne fut pas déception, lorsqu’arrivant au dernier quart de l’aventure de découvrir que près du tiers encore inexploré de la carte correspondait à un malheureux océan et une petite dizaine d’île, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Zelda Wind Waker, les quelques évènement survenant en mer en moins…

DSTOV_Screenshot17.jpg

Tout serait-il donc à jeter devant de critiques ? Absolument pas ! Thongs of Virtue est dans la veine d’Orphans of Justice que j’avais adoré : je me suis autant amusé sur celui-ci mais une légère déception flotte après toutes les promesses faites… Ceux n’ayant pas accroché au premier peuvent donc passer leur chemin sans regret ! Pour les autres, il mérite largement qu’on lui porte attention , pour sa durée de vie assez satisfaisante -une dizaine d’heures- mais aussi et surtout pour son humour et son univers loufoque !

À noter : Le jeu -d’ores et déjà disponible sur PC via Steam- le sera aussi sur Mac OS pour 15$, toujours sur Steam. Comme sur XBLA & PSN, deux DLC -un donjon & un personnage jouable en coopération- seront gratuits les premiers jours.

On retiendra surtout…

  • Univers plus étendu
  • Durée de vie améliorée
  • Toujours aussi drôle

Mais on regrettera… :

  • Initialement, un seul et même jeu…
  • Défauts non corrigés : carte, non traduit, inventaire…
  • Musique quelques peu répétitives

Avis final : 16/20

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

Laisser un commentaire