Skip to main content

Coupe du Monde de la FIFA – Afrique du Sud 2010

FIFA10_CoupeDuMonde_360_Jaquette.jpg Tous les deux ans, à l’occasion de chaque compétition majeure de football arriven sur nos consoles un Fifa spécialement dédié. L’occasion pour chacun de faire briller sa nation sur les terrains virtuels, mais aussi pour EA de se remplir les poches grâce au fan un peu trop bonne poire. A 70€ le jeu d’un été, l’investissement vaut-il le coup ?

  • Éditeur : EA Sports
  • Développeur : EA Canada
  • Type : Football
  • Support : Xbox 360,PS3
  • Date de sortie : 29 avril 2010
  • Classification : 3+

Testé sur Xbox 360

Coupe.jpg

Après un excellent FIFA 10, EA Sport remet le couvert à l’occasion de la Coupe du Monde. Le soft part donc de solides bases. Mais qu’en est-il du contenu ? Ici, pas de clubs ! Uniquement des sélections nationales : ces dernières -au nombre de 199- vous permettront de sauver l’honneur de votre pays. Abordons ainsi le sujet qui fâche : on reprochait beaucoup à Fifa 10 de ne pas disposer d’un nombre conséquent d’équipe nationale. Côte d’Ivoire, Maroc, Japon ou encore Nigeria sont par exemple absents (seulement 2 sélections nationales africaines sont disponibles !) mais bien présents sur l’édition estivale de Fifa. De quoi laisser dubitatif !

Intéressons nous maintenant à ce que nous propose le jeu en terme de contenu. Tout d’abord, un bref aperçu du menu principal. Comme à l’accoutumée on retrouve le mode classique, permettant l’affrontement (aux paramètres configurables), seul ou à plusieurs de deux équipes. Aucun bouleversement de ce côté.Passons maintenant aux modes plus spécifiques :

  • Coupe du monde de la Fifa 2010 : Comme son nom l’indique, ce mode permet de participer à la phase finale de compétition. Au choix, la possibilité ou non de respecter le tirage des poules pour mener sa nation à la victoire. On regrettera cependant un menu très carré rappelant PES 6.

4c00d1445b590.jpg

On a vu plus flatteur comme comparaison. Tout commence par l’établissement de la liste des 23 joueurs. A vous de les guider vers la victoire (si possible…), et c’est ensuite à vous de gérer l’effectif en fonction de la fatigue accumulée ou des blessures ! Notons qu’un autre mode permet quant à lui de jouer aussi les phases de qualifications !

Poules.jpg

  • Deviens Capitaine : Devenue récurent des Fifa, ce mode propose de créer son propre joueur (ou alors d’en utiliser un déjà existant, mais l’intérêt est moindre). Tous les postes sont accessibles, si ce n’est celui de gardien. On commence par évoluer dans l’équipe A’ et c’est au joueur de faire ses preuves afin de gagner une place de titulaire, voire de capitaine dans l’équipe nationale. On retrouve les différentes personnalisations possibles et la possibilité d’utiliser un GameFace depuis le site d’EA Sports. Il suffit de se munir de deux photos (face et profil) afin de les appliquer sur le skin d’un joueur. On regrettera cependant la lourdeur et surtout la lenteur de l’outil (30 minutes de traitement chez moi !). Le point le plus important de ce mode concerne bien évidemment la progression de notre joueur. Les matchs en sélection nationale étant moins nombreux que ceux en club, l’évolution du joueur est bien plus rapide ! Le système de progression de Fifa 10 a été repris mais est assoupli. Un première passe décisive augmente les attributs, et de même lorsque le palier de 5 a été franchi et…. c’est tout ! De ce fait, on se retrouve avec un joueur avec des stats de 80-82 avant le début de la phase finale de la Coupe du Monde. Il fallait environ deux saisons, voire trois dans Fifa 10 puisque les paliers des attributs étaient de l’ordre : 15, 25 voire 50 passes, tacles ou buts !

Domenech_planning.jpg

#VTFESFDP

  • Défi : Voici un mode qui a particulièrement retenu mon attention. Il propose en effet de rejouer différents scénarios des phases de qualifications ! Exemple tout simple : France – Roumanie : La France est menée 2 – 0 à la 22 minutes. Le match commence pour le joueur à ce moment, sur un corner de Gourcuff. A vous de renverser la vapeur ! Un certain nombre de points vous sera attribué en fonction du résultat final. C’est assez jouissif de se battre contre le chrono, de remonter au score, pour au final l’emporter ! Dans le même genre, France – Irlande est rejouable (mais j’ai fait exprès de perdre avec l’Irlande 🙂 )… Les points accumulés permettent ensuite de débloquer les scénarios de la Coupe du Monde 2006 ! Par ailleurs, EA a promis d’offrir aux joueurs les scénario de la CdM 2010 quand celle-ci sera finie. Une initiative appréciable (si elle est gratuite…) et l’assurance d’avoir du boulot avec l’Équipe de France.

Stade.jpg

  • Coupe du Monde en ligne : Outre les modes en ligne habituels, un nouveau fait son apparition : la Coupe du Monde en ligne ! Choisissez votre équipe, faites votre liste des 23, et c’est parti pour la conquête virtuelle du trophée ! Le jeu vous oppose à d’autres joueurs qui en sont au même stade de progression (poule, 8ème, etc…). Petit point noir : plus on progresse, plus la recherche d’adversaire prend de temps. En effet, le jeu respecte les logiques des grilles d’affrontements : on ne peut donc croiser deux fois la même équipe. Or ce sont souvent les meilleures équipes qui sont choisies et que l’on rencontre… Il devient donc difficile de trouver un adversaire qu’on a pas encore affronté une fois le stade des demi-finale atteints. On a souvent droit à des groupes de la mort. Je me suis retrouvé dans une poule : France, Angleterre, Espagne, Allemagne. Heureusement, il n’est pas si difficile d’en sortir.

butribery.jpg

Malgré tout, la difficulté se montre aléatoire puisqu’aucun système de classement des adversaires n’intervient. Le nombre d’adversaires potentiels en serait trop réduit. Notons que les déconnexions des adversaires sont comptabilisées comme un forfait, soit une victoire 3 – 0 à moins que le score ne soit supérieur. Dans ce cas ce dernier est conservé, ainsi que les statistiques pour les passes décisives et les buts ! Petit coup de gueule dans le choix des équipes : on croise bien trop souvent l’Espagne, l’Argentine ou le Brésil. Des stats un peu gonflés, notamment pour l’Espagne font que nombre de joueurs choisissent ces équipes. Généralement, ce sont aussi ceux qui se déconnecte au bout d’un petit 3-0… Les matchs les plus conviviaux que j’ai effectué avaient lieu contre l’Angleterre et l’Allemagne, les adversaires allant même jusqu’à envoyer des messages de félicitations ! Une convivialité que je n’avais guère connue dans Fifa 10

fifacdm.JPG

D’un point de vue technique, le jeu poursuit sur la lancée de Fifa 10 tout en abandonnant l’effet de flou absolument immonde sur les replays. La modélisation des joueurs a encore été améliorée. La cicatrice de Ribery est plus vraie que nature. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne. Nasri par exemple semble à peine remis d’une opération des dents de sagesse. Moralité : jouez avec la Corée du Nord. Ils sont tous pareils. Le gameplay est la suite directe de l’opus 2010. Du très très bon en somme, avec quelques améliorations bien appréciables. On notera une légère augmentation de la vitesse du jeu, le rendant un peu plus spectaculaire, pour rester dans l’esprit festif de l’évènement d’ailleurs souligné par les nouvelles célébrations de but ! La physique de la balle a été revue. Cette dernière est plus lourde. Exit les tirs en finesses des 25 mètres pour tromper le gardien : voilà de quoi faire de bonheur des amateurs de Lampard ou Gerrard ! Correction d’un défaut pour le moins agaçant de Fifa 10 : les gardiens ne se font plus avoir comme des débutants sur les balles piquées. Malheureusement, lorsqu’il balle retombe dans la surface après avoir heurté un poteau par exemple les gardiens la capteront dans tous les cas même si un de vos joueurs tente de la jouer. Un automatisme qui nuit un peu au réalisme : j’aimerais bien voir des gardiens qui font des boulettes à la manière d’un Landreau.

screengame.jpg

Malheureusement, ce Fifa n’est pas très réaliste… Gourcuff joue contre le Mexique.

On pestera cependant contre cet enculé d’arbitre qui se trouve être ni plus ni moins le 12ème homme de l’équipe adverse. On a souvent le sentiment d’être sanctionné injustement alors que l’ordinateur commet des fautes 10 fois pires… Petit changement, l’arbitre sort plus facilement la double peine tant décriée, rouge & penalty que dans la précédente édition. Bouleversement de gameplay, et pas des moindres : les pénaltys. C’était au départ une bonne idée, mais c’est totalement raté. Les développeurs ont voulu faire jouer le stress du joueur lié notamment à l’importance de la rencontre, au score, etc… A priori une bonne idée. Cependant on se retrouve avec une jauge comportant plusieurs zones du rouge au vert en passant par le jaune. Pour tirer correctement, il faut se situer dans la zone verte. Bien entendu son étendue dépends du tireur et de son habileté à l’épreuve. On peut par ailleurs tenter de tromper le gardien en marquant un pas d’arrêt, tel un Christiano Ronaldo. Malheureusement les tirs se montrent souvent hasardeux, et on ne parvient pas à viser la zone voulue (ou alors la balle part à côté…). J’espère qu’un tel système ne sera pas repris dans Fifa 11, car les Tirs au Buts n’ont jamais mieux porté le surnom de loterie…

Penalty.jpg

Pour finir, le point par lequel ce semi-opus innove vraiment et se montre très appréciable : c’est son ambiance. Tout commence avec la bande son. Je suis pas spécialement fan des musiques choisies en dehors du contexte, mais force est de constater qu’elles correspondent bien à l’ambiance festive et estivale ! On avait rarement vue une telle atmosphère dans un stade. Hymnes nationaux, feux d’artifices, chants des supporters sont bien entendus présents.

supporter.jpg

Depuis quand les punk vont voir des matchs ? Ou quand EA recycle Rock Band…

Pour augmenter le réalisme quelques plans sont effectués vers les supporters dans les tribunes, maquillés aux couleurs de leur équipe ou encore vers les entraîneurs donnant leurs consignes tactiques pendant le match (que l’on voit un peu trop souvent à mon goût). Cependant la modélisation des supporter n’est pas exempte de défaut : peau trop lisse, et surtout maquillage impeccable, et surtous tous identiques ! L’ensemble est trop propre pour être réaliste.

Dom-feat-Low.jpg

Hallo, Fick dich in den Arsch, du Hurensohn 😉

Coupe du Monde de la Fifa – Afrique du Sud 2010 est difficile à conseiller. Dispensable si on dispose de Fifa 10, il trouve son intérêt dans la Coupe du Monde en Ligne. Mais pour combien de temps ? Si le jeu s’avère excellent, savoir qu’il sera remplacé dès septembre par Fifa 11 peut aussi rebuter surtout à 70€. Quel intérêt alors ? Voir Domenech une dernière fois, et la France gagner.

DedicaceMega.jpg

Coucou, Nicolas

Champiooon.jpg

Lol

On retiendra surtout… :

  • « L’équipe de France va gagner la Coupe du Monde © MegaLuigi » peut devenir réalité
  • Gameplay
  • Ambiance

Mais on regrettera… :

  • Un Fifa 10.5
  • Online délaissé un fois l’été passé ?
  • Le prix

Avis final : 16/20

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

One thought to “Coupe du Monde de la FIFA – Afrique du Sud 2010”

Laisser un commentaire