Skip to main content

Disgaea 2 : Dark Hero Days

Disgaea_2_Psp.jpg Un “nou­veau” T-RPG sur PSP ? Il n’en fal­lait pas moins pour faire mon bon­heur. C’est aussi l’occa­sion pour la PSP de se poser véri­ta­ble­ment en incon­tour­na­ble pour tout ama­teur du genre.


  • Édi­teur : Nip­pon Ichi Soft­ware
  • Déve­lop­peur : Nip­pon Ichi Soft­ware
  • Type : T-RPG
  • Sup­port : PSP, PS2
  • Date de sor­tie : 17 novem­bre 2006 (PS2), 4 février 2010 (PSP)
  • Clas­si­fi­ca­tion : 12+

D’emblée, il serait bon de rec­ti­fier mes pro­pos. Dis­gaea 2 n’est pas si nou­veau que ça, puisqu’il s’agit là du remake de la ver­sion PS2. Hor­mis qua­tres nou­veaux cha­pi­tre et de nou­vel­les clas­ses, rien qui pour­rait pous­ser le sim­ple ama­teur à reten­ter l’aven­ture. Pour les fans, c’est une autre his­toire. Et pour les autres, c’est l’occa­sion de s’essayer à un T-RPG vrai­ment mons­trueux…

disgaea-2-dark-hero-days-1.jpg

Mons­trueux ou démo­nia­que ?

Malé­dic­tion ! Depuis le début de son règne malé­fi­que, Over­lord Zenon a trans­formé tous les humains en démons.
Tous ?
Non, un petit vil­lage un jeune homme, Adell résiste à ce mal étrange.
Et je vous le donne en mille : il désire vain­cre Zenon pour bri­ser la malé­dic­tion.

Encore un énième RPG japo­nais nous refour­guant le même scé­na­rio ?
Oui & Non.
Adell réponds au sté­réo­type du héros-RPG-Jap’. Ado­les­cent fou­gueux imberbe se démar­quant par son cou­rage et sa déter­mi­na­tion sans borne, con­fi­nant par­fois à la sot­tise. %% Un coeur pur et cou­ra­geux : la cari­ca­ture même !

Cepen­dant NIS a doté notre héros de per­son­na­ges secon­dai­res tous plus lou­fo­ques les uns que les autres, dont les apar­tés ridi­cu­li­sent notre sté­réo­type. On pour­rait citer une Rock-Star has been deve­nue pré­sen­ta­teur télé sur une chaîne de tou­risme, des frè­res et sœurs aussi naïfs que cruels… Bref, l’humour est omni­pré­sent, et fait mou­che pre­nant ainsi à con­tre-pied les pon­cifs du RPG japo­nais.
Mal­gré tout, on regret­tera le ton moins irré­vé­ren­cieux que dans le pre­mier opus.

disgaea-2-dark-hero-days-5.jpg

L’his­toire on s’en fout, c’est le game­play qui compte…

Aucune inquié­tude à avoir. Celui pro­posé dis­pose d’une richesse et d’une pro­fon­deur assez fan­tas­ti­que. On retrouve tou­jours les sta­ges, véri­ta­ble échi­quier géant. Mais trois ou qua­tre points m’ont par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué :

  • Pos­si­bi­lité de sou­le­ver des uni­tés, amies ou enne­mies, puis de les lan­cer. Oui, je sais, ça a l’air vrai­ment très bidon. Mais l’uti­li­sa­tion de ce con­cept sim­ple peut se mon­trer obli­ga­toire afin de s’extir­per d’une mau­vaise situa­tion ou pour pren­dre l’ennemi à revers !
  • Les com­bos : lors d’une atta­que de base, si des alliés sont sur des cases adja­cen­tes et en fonc­tion de leur classe et/ou entente avec l’atta­quant, ils peu­vent se join­dre pour un combo assez dévas­ta­teur ! Ainsi, même s’ils sont inac­tifs, il con­vient de pla­cer judi­cieu­se­ment ses com­bat­tants.
  • Autre point à ne pas négli­ger : les Geo Panels et Geo Sym­bol. Dans cer­tains sta­ges, des cases colo­rées con­fé­rent des bonus : pour les annu­ler, il suf­fit de détruire le Geo Sym­bol cor­res­pon­dant. Mais atten­tion aux réac­tions en chaî­nes pou­vant affec­ter à une cou­leur un autre bonus ! En somme un casse-tête bien sym­pa­thi­que avec lequel il faut com­po­ser !

disgaea-2-dark-hero-days-4.jpg

  • Autre élé­ment qui m’a par­ti­cu­liè­re­ment plu : le sys­tème d’upgrade des objets. N’importe quel objet est sucep­ti­ble d’être amé­lioré en aug­men­tant son niveau. Pour ce faire, il suf­fit de péné­trer dans l’objet après avoir ren­con­tré le per­son­nage appro­prié. Cha­que stage réussi aug­mente le niveau d’une unité.

Avec un telle pro­fon­deur, et un nom­bre con­sé­quent de cha­pi­tres, la durée de vie se mon­tre assez satis­fai­sante : il faut comp­ter une cin­quan­taine d’heure pour bou­cler la trame prin­ci­pale.

J’allais pas­ser à côté de la tech­ni­que… Comme cha­cun le sait, cela ne sert à rien, puisqu’il y a 20 ans on fai­sait de super jeux avec 3 pixels (merci AHL67 pour cette remar­que 😉 ). La réa­li­sa­tion se mon­tre assez vieillotte, mais l’ensem­ble reste clair. Cepen­dant j’ai noté une dif­fi­culté de dépla­ce­ment du cur­seur sur la grille à l’aide de la croix. Les direc­tions choi­sies me sem­blaient peu natu­rel­les. Heu­reu­se­ment on peut se rabat­tre sur le stick. Enfin der­nier détail inhé­rent au genre : la ges­tion des camé­ras. On tâtonne par­fois pour cher­cher un per­son­nage caché par un élé­ment de décor…

disgaea-2-dark-hero-days-2.jpg

Il est bien dif­fi­cle de résu­mer en si peu de lignes toute la richesse et la pro­fon­deur de ce Dis­gaea. Je le décon­seille­rais cepen­dant aux novi­ces du genre tant il déborde de pos­si­bi­lité. Le moin­dre faux pas peut s’avé­rer fatal.
Il reste pour moi un cran en des­sous de Final Fan­tasy Tac­tics, qui reste mon chou­chou du genre. Pour­quoi donc ? La faute à cet humour. Ce n’est pas un incon­vé­nient, loin de là, mais on perds le côté épi­que et le cha­risme !
Mal­gré tout, cha­que ama­teur se doit au moins de s’y essayer tant l’expé­rience est riche ! Je serais même tenté de vous con­seiller de l’ache­ter tête bais­sée, le jeu étant assez peu dis­tri­bué.
Une nou­velle fois, la PSP accueille un excel­lent T-RPG. Mais il pour­rait être appré­cia­ble de béné­fi­cier d’autres cho­ses que des rema­kes, aussi excel­lents soient-ils…

disgaea-2-dark-hero-days-3.jpg

On retien­dra sur­tout…:

  • Sys­tème de com­bat riche
  • Humour omni­pré­sent
  • Durée de vie

Mais on regret­tera… :

  • Tech­ni­que­ment un peu vieillot
  • Encore un remake
  • Caméra capri­cieuse

Avis final : 17/20

Eldroth

Je suis là pour apporter une touche fashion dans ce monde de geek. Que tu veuilles prendre une raclée sur Fifa ou des infos sur la dernière chemise bûcheron Saint Laurent : c'est ici qu'il faut s'adresser. Sinon j'aime Hedi Slimane, Kate Moss, Karlie Kloss et Cara Delevingne, The Kills, et faire des photos avec Jean-Claude Larue.

2 thoughts to “Disgaea 2 : Dark Hero Days”

  1. Pas traduit. Ils n’ont pas jugé cela utile !
    Aucun T-RPG n’est traduit sur PSP en fait (quand ils sortent en Europe déjà)…

    Je suis passé dans plusieurs Fnac, Game ou Micromania : au maximum 3 exemplaires par magasin (si le jeu est distribué vu les faibles ventes du premier opus).
    Malgré tout, il est aussi disponible sur le PlayStation Store : au même prix que la version boîte.
    Le premier opus quant à lui, quasi impossible à trouver est aussi sur le PS Store pour un peu moins de 20€.

    Avis aux amateurs 😉

Laisser un commentaire