Skip to main content

Video Games Live, deuxième acte !

logovgl.jpg L’année der­nière, la joyeuse troupe du Video Games Live, por­tée par les talen­tueux com­po­si­teurs Jack Wall et Tommy Tal­la­rico, fai­sait ses pre­miers pas en France, avec les musi­ciens du Star Pop Orches­tra. Après le suc­cès de la pre­mière édi­tion, il était temps de remet­tre le cou­vert ; ça s’est passé la semaine der­nière, tou­jours au Palais des Con­grès de Paris.

Comme pour une sorte de pèle­ri­nage annuel, une bonne par­tie de l’équipe de Café Gaming (tous amou­reux de musi­que de jeux vidéo) s’y était donné ren­dez-vous. C’était éga­le­ment l’occa­sion de croi­ser pas mal de per­son­nes qui font bou­ger la recon­nais­sance de la musi­que de jeux en France : les gens de DoReMi Game & Cie (que vous devez finir par bien con­naî­tre), ou encore Jarel de Game­Play­list. Bref, le VGL c’est véri­ta­ble­ment le lieu fédé­ra­teur d’une cer­taine com­mu­nauté qui s’y con­naît autant, si ce n’est plus, que cer­tains “pro­fes­sion­nels” auto­pro­cla­més, sans pour autant se la péter et essayer de faire du fric sur sa pas­sion. Cette petite remar­que pure­ment rageuse étant faite, entrons dans le vif du sujet 😉

Comme l’année pré­cé­dente, le con­cert était pré­cédé d’ani­ma­tions diver­ses à l’entrée. L’asso­cia­tion MO5 per­met­tait tou­jours de pren­dre le pad et jouer un peu en atten­dant le début du con­cert, mais cette fois-ci c’était aussi toute l’expo­si­tion 20 ans de Game­boy (Fes­ten) qui avait été ame­née sur place. Outre les habi­tuels stands mer­chan­di­sing, per­met­tant de se rui­ner en t-shirts et autres goo­dies VGL à des som­mes indé­cen­tes, on retrou­vait enfin le con­cours Gui­tar Hero déjà orga­nisé l’année der­nière (on y revien­dra).

003.JPG

N’oublions pas de men­tion­ner la pré­sence de Vaga­bontu ! La fan­fare tzi­gane ayant été choi­sie par Ubi­soft pour inter­pré­ter la bande ori­gi­nale de The Lapins Cré­tins : La Grosse Aven­ture était là pour jouer avant le con­cert, mais aussi à l’entracte et à la fin… l’idée était sym­pa­thi­que mais on aurait aimé que leur pré­sence soit moins mar­quée à cer­tains moments où on aime se retrou­ver dans un endroit plus silen­cieux pour dis­cu­ter un peu… Les joyeu­ses mélo­dies de la bande réson­naient non-stop dans le hall du Palais des Con­grès !

007.JPG

Le con­cert en lui-même s’est ouvert sur un peu de Vagan­bontu, puis sur la pres­ta­tion des gagnants du con­cours orga­nisé sur Dai­ly­mo­tion : Yume­duo, qui ont inter­prété une ver­sion piano+vio­lon du thème de Metal Gear Solid… Dif­fi­cile de res­ter insen­si­ble, le résul­tat est sublime, les deux gars ne se lais­sent pas démon­ter mal­gré la foule qui s’amasse dans la salle et livrent un mor­ceau sans fausse note ni stress appa­rent. Que dire, si ce n’est… GG les mecs !

022.JPG

On entre ensuite dans le vif du sujet avec le con­cert, tou­jours animé de main de maî­tre par Tommy Tal­la­rico. Ce der­nier nous avait annoncé l’année der­nière vou­loir trou­ver le bon équi­li­bre entre mor­ceaux habi­tuels (et par­fois iné­vi­ta­bles), et nou­veau­tés, afin de ne pas déce­voir ceux qui venaient pour la deuxième fois. A mon sens, c’est plu­tôt réussi. Les grands clas­si­ques étaient tou­jours là : le med­ley arcade (un peu modi­fié, avec l’absence remar­quée de Ras­tan !), Metal Gear Solid, les mor­ceaux de Mar­tin Leung, Mario, Final Fan­tasy, Halo, War­craft, Cast­le­va­nia, etc. C’est typi­que­ment le genre de mor­ceaux dont tous les nou­veaux spec­ta­teurs auraient regretté l’absence, s’ils n’avaient pas été joués. On me souf­fle tout de même l’omni­pré­sence de mor­ceaux Square-Enix, et la quasi-absence de jeux “assi­mi­lés SEGA” au pro­fit de jeux plus orien­tés Nin­tendo… cer­tes, je ne peux pas dire le con­traire. Mais le résul­tat final ne m’a pour­tant pas déplu, loin de là.

Au rang des nou­veau­tés, on a eu droit au med­ley Myst (un clas­si­que du VGL, d’ailleurs pré­sent sur leur album), mais éga­le­ment à des mor­ceaux aux­quels on s’atten­dait moins, parce qu’ils n’avaient jamais été joués par la troupe aupa­ra­vant : Sha­dow of the Colos­sus (un moment épi­que), un med­ley Mega Man (rien que ça), et pour clore le con­cert, le très demandé med­ley Chrono Trig­ger/Cross (s’ache­vant sur le célé­bris­sime Time’s Scar… avec un Jack Wall qui des­cend de son pié­des­tal pour s’empa­rer d’une gui­tare). Du très beau et du très grand, aux­quels on pourra ajou­ter une belle inter­pré­ta­tion d’un thème d’Assas­sin’s Creed 2 en par­te­na­riat avec Ubi­soft.

026.JPG

Du côté du con­cours Gui­tar Hero, les lec­teurs les plus assi­dus savent peut-être que c’est votre ser­vi­teur qui était monté sur scène l’année pré­cé­dente (et qui s’était lamen­ta­ble­ment planté à cause du lag… huez-moi !). Comme Café Gaming ne pou­vait res­ter sur un échec, c’est notre rédac­teur à nous qu’on a, Nadrien, qui est monté sur scène cette année. Sans aucune latence et avec un niveau de malade, celui-ci a tout déchiré et a rem­porté le con­cours haut-la-main, met­tant le public en transe (lit­té­ra­le­ment). SWEET EMO­TION. Rien à dire, Café Gaming con­querra la pla­nète, un jour… vous ver­rez !

023.JPG

En ter­mes d’ani­ma­tions, on a éga­le­ment eu droit à du nou­veau ; le petit con­cours Space Inva­ders a été rem­placé par un con­cours Frog­ger en 1 con­tre 1, où le meilleur score rem­por­tait le prix. L’orches­tre s’adap­tait (plus ou moins) aux actions réa­li­sées in-game, une bonne idée ! Et une sor­tie mémo­ra­ble de Tal­la­rico qui a fait rire tout le monde en décla­rant au per­dant : in real life, you kick his ass. So true.

Notons enfin l’inter­ven­tion de deux légen­des du jeu vidéo en direct via Skype : Ralph Baer (un des pères fon­da­teurs du jeu vidéo, ayant notam­ment mis au point la pre­mière con­sole de jeux : l’Odys­sey) et Jes­per Kyd (com­po­si­teur mythi­que : demos­cene, Hit­man, Assas­sin’s Creed…). Une autre nou­veauté de cette édi­tion, pas for­cé­ment des plus uti­les. Je pense que j’aurais pu m’en pas­ser, pour ma part, car même si l’aura irra­diant de ces deux per­son­na­li­tés a de quoi faire griller une super­nova, ils n’avaient pas grand-chose d’inté­res­sant à dire. Peut-être une idée à creu­ser un peu…

A part ça… l’ambiance était démen­tielle, meilleure encore que l’année der­nière (où ce n’était pas mal non plus mais où la salle avait ten­dance à man­quer d’enthou­siasme et de spon­ta­néité). Cette fois le public avait ten­dance à être bien plus réac­tif (par­fois trop !), j’en veux pour preuve le pas­sage où tout le monde doit gueu­ler pen­dant Cast­le­va­nia, l’année der­nière le public n’avait même pas réagi… je m’étais retrouvé comme un con à crier dans le vent, étant donné que je con­nais­sais la ver­sion album. Zut !

J’ai pu lire ça et là que de nom­breu­ses per­son­nes se plai­gnaient de l’absence de nou­veau­tés de ce con­cert (rien de moins vrai, pour­tant, et on le cons­tate aisé­ment à la lec­ture de cet arti­cle). En vérité, elles se plai­gnaient plu­tôt de la pré­sence de trop gran­des simi­li­tu­des avec l’année pas­sée. Pour­tant, qu’y a-t-il de plus nor­mal qu’une troupe ayant des mor­ceaux pha­res rejoués à cha­que con­cert ? Soyons hon­nê­tes : ima­gi­ne­rait-on un con­cert de Deep Pur­ple sans Smoke on the Water ? Ou bien un show des Scor­pions sans un gros Still Loving you ? De la même manière, il est nor­mal que le VGL inter­prète cha­que année ses mor­ceaux star. C’est ainsi que je le per­çois, et c’est de toute façon nor­mal, sur­tout que beau­coup de visi­teurs ne sont là que pour la pre­mière fois… non ?

En musi­que, c’est tou­jours le cap du “deuxième” qui est le plus dur à pas­ser… le deuxième album, la deuxième for­ma­tion d’un groupe… Pour sa deuxième édi­tion en France, le VGL a dû faire un gros tra­vail d’équi­li­brage entre grands clas­si­ques et nou­veau­tés. Pari brillam­ment réussi, si vous vou­lez mon avis. Et même au-delà de mes espé­ran­ces, tant je n’ima­gi­nais pas que les créa­teurs du show réser­ve­raient tant de mor­ceaux en pri­meur à la France. Pour tout cela, merci à eux ainsi qu’au Star Pop Orches­tra de ren­dre un tel évé­ne­ment pos­si­ble en France (mal­gré, il faut bien l’avouer, des pla­ces au coût assez pro­hi­bi­tif). C’est avec plai­sir que j’y retour­ne­rai pour l’édi­tion 2010 !

Merci à tous ceux qui ont pu venir et en par­ti­cu­lier à Shi­noise qui m’a rendu un bien gros ser­vice \o/

027.JPG

001.JPG 002.JPG 003.JPG 004.JPG 005.JPG 006.JPG 007.JPG 008.JPG 009.JPG 010.JPG 011.JPG 012.JPG 013.JPG 014.JPG 015.JPG 016.JPG 017.JPG 018.JPG 019.JPG 020.JPG 021.JPG 022.JPG 023.JPG 024.JPG 025.JPG 026.JPG 027.JPG 028.JPG

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

5 réponses à “Video Games Live, deuxième acte !

  1. Une très bonne soirée ce VGL !

    Tallarico m’a dit dans les coulisses qu’ils allaient travailler sur Earthworm Jim l’an prochain… Rien que pour ça je serais présent !
    Et c’était l’occasion de voir du monde bien sur !
    L’an prochain, à qui le tour pour GH ?

Laisser un commentaire