Skip to main content

Sonic & SEGA All-Stars Racing

Il y a quel­ques semai­nes, SEGA nous a fait le plai­sir de nous lais­ser essayer son der­nier né : Sonic & SEGA All-Stars Racing. Un jeu qui a la lourde tâche de suc­cé­der à la dynas­tie des jeux de course met­tant en scène Sonic et ses potes… alors, avec SUMO Digi­tal aux com­man­des (déjà à la tête du très hon­nête SEGA Super­stars Ten­nis), et plu­sieurs licen­ces pres­ti­gieu­ses à faire valoir, le pari est-il réussi ?

  • Édi­teur : SEGA
  • Déve­lop­peur : SUMO Digi­tal
  • Genre : Course
  • Plate-forme : Xbox 360, PlayS­ta­tion 3, Wii, Nin­tendo DS
  • Sor­tie : 2010
  • Clas­si­fi­ca­tion : TBA

Si on ne peut pas vrai­ment par­ler de licence Sonic en jeux de course, il y a quand même une cer­taine con­ti­nuité dans les ten­ta­ti­ves à tra­vers l’his­toire de SEGA. Sonic Drift 1 & 2 (Game Gear), Sonic R (Saturn), et enfin les deux récents Sonic Riders… . Sonic & SEGA All-Stars Racing tente de bri­ser la malé­dic­tion sans pour autant la renier. Le choix de faire figu­rer Sonic direc­te­ment dans le nom du jeu, qui aurait très bien pu s’appe­ler sim­ple­ment SEGA All-Stars Racing, n’est sans doute pas ano­din à cet égard.

Nous avons pu tâter du jeu pen­dant plu­sieurs par­ties sur tou­tes ses ver­sions (PS3, Xbox 360, Wii et DS). Sur PS3 et Xbox 360, le jeu est le même, si l’on excepte cer­tai­nes dif­fé­ren­ces d’ordre gra­phi­que en faveur de la PS3 : le jeu y sem­ble sen­si­ble­ment plus détaillé tan­dis que la ver­sion 360 souf­fre de quel­ques chu­tes de fra­me­rate. Néan­moins, rap­pe­lons qu’il s’agis­sait comme d’habi­tude de ver­sions de déve­lop­pe­ment ins­ta­bles ; il est plus que pro­ba­ble que ces con­si­dé­ra­tions s’effa­cent sur la ver­sion défi­ni­tive du jeu.

Il faut tout de même dire que, tech­ni­que­ment par­lant, le jeu est une vraie réus­site. C’est coloré, ça brille, ça fla­she et ça pète de par­tout. On est très loin du mini­ma­lisme Game­cu­bien d’un Mario Kart ; ici, ça four­mille de reflets et de détails, l’ambiance légè­re­ment “car­toon” n’en étant que ren­for­cée. Les cir­cuits thé­ma­ti­ques, repre­nant plu­sieurs uni­vers SEGA, les com­bi­nant par­fois (Sonic, Super Mon­key Ball, Billy Hat­cher, House of the Dead…), font dans la déme­sure totale ! Ils sont géné­ra­le­ment rem­plis d’objets aux pro­por­tions impres­sion­nan­tes, qui s’ani­ment, rebon­dis­sent dans tous les sens… pour vous faire obs­ta­cle ou juste pour le plai­sir des yeux. Men­tion spé­ciale au cir­cuit du casino et ses lumiè­res… un vrai petit fes­ti­val !

img0032.jpg Dans le casino, vous vous sen­ti­rez tout petit

La ver­sion Wii par­tage son game­play avec les ver­sions PS360. On pourra jouer dans une con­fi­gu­ra­tion clas­si­que wii­mote+nun­chuk, à la manière d’un pad clas­si­que, ou bien pro­fi­ter de la détec­tion d’incli­nai­son de la wii­mote seule en la tenant à l’hori­zon­tale (ce qui per­met aussi de jouer avec un Wii Wheel). L’aspect gra­phi­que y est revu à la baisse – évi­dem­ment – même si le résul­tat final, tout à fait satis­fai­sant bien que légè­re­ment aliasé, change agréa­ble­ment des immon­di­ces visuel­les qu’on a mal­heu­reu­se­ment trop sou­vent ten­dance à retrou­ver sur la con­sole de Nin­tendo. Le cli­vage n’est pas que visuel, puis­que sous des noms et des thè­mes visuels iden­ti­ques, les cir­cuits ont en réa­lité un tracé com­plè­te­ment dif­fé­rent de la PS360 ! Sous des habits iden­ti­ques, S&SASR Wii a donc néces­sité un tra­vail bien à part, pro­ba­ble­ment pour s’adap­ter aux spé­ci­fi­ci­tés tech­ni­ques rédui­tes de la con­sole.

En ter­mes de game­play, jus­te­ment, qu’est-ce que ça donne ? On a là affaire à un jeu de course misant sur les items et les déra­pa­ges, ‘à la’ Mario Kart. On retrou­vera faci­le­ment les items équi­va­lents aux bon­nes viel­les cara­pa­ces, cham­pi­gnons… Néan­moins, pour mar­quer le coup, les déve­lop­peurs ont clai­re­ment apposé une patte uni­que au jeu. La ges­tion des déra­pa­ges, pri­mor­diale dans un jeu du genre, fonc­tionne très dif­fé­rem­ment de ce qu’on a l’habi­tude de voir. Si vous vous atten­dez à voir le cul du véhi­cule se met­tre à dou­ce­ment par­tir de côté pour bien pré­pa­rer votre tour­nant, détrom­pez-vous ! C’est l’ensem­ble du véhi­cule qui va bon­dir et amor­cer un virage assez bru­ta­le­ment (à plus de 45°). Vous devrez donc com­men­cer à déra­per plus tard que dans une con­duite “façon ral­lye”. Si j’ai été com­plè­te­ment sur­pris par cette appro­che dans un pre­mier temps, elle per­met un jeu plus rapide et sans doute plus tech­ni­que, tout en éli­mi­nant les pos­si­bi­li­tés d’exploi­ta­tion outran­cière de failles de game­play (de type “sna­king”). Dans la caté­go­rie “dif­fé­ren­ces avec Mario Kart”, on notera aussi que le jeu sem­ble beau­coup moins injuste dans sa répar­ti­tion d’items, en ne pri­vi­lé­giant pas à outrance les der­niers de la course. On retrouve néan­moins un sys­tème de boost très pro­che, qui récom­pen­sera les déra­pa­ges les plus longs ainsi que les figu­res aérien­nes (une sim­ple pres­sion sur le bou­ton suf­fit à en exé­cu­ter une lors­que vous êtes en plein saut).

D’une manière géné­rale, la con­duite se dis­tin­gue d’un Mario Kart par un plus grand dyna­misme des véhi­cu­les. Com­pre­nez par là qu’ils sont plus réac­tifs à vos ordres (ce qui s’avè­rera par­fois indis­pen­sa­ble sur des cir­cuits plus com­plexes), ils don­nent beau­coup moins l’impres­sion d’être mon­tés sur des rails soli­de­ment arri­més à la chaus­sée. En ce sens, il se rap­pro­che peut-être plus d’un Crash Team Racing, d’ailleurs.

img0083.jpg La mode bling-bling a même tou­ché cer­tains héros de SEGA !

On l’a déjà dit, en ter­mes d’ambiance, les visuels léchés du jeu sont un plus. On retrou­vera dans la ver­sion finale, avec un plai­sir non-dis­si­mulé, des per­son­na­ges aussi emblé­ma­ti­ques qu’Alex Kidd, Ryo Hazuki (Shen­mue), Beat (Jet Set Radio), Billy Hat­cher… en plus de la famille habi­tuelle du héris­son bleu (Sonic, Tails, Knu­ck­les, Amy…). Cha­cun des per­sos laisse par­ler son uni­vers avec son item spé­cial… Sonic se trans­forme en Super Sonic, Beat bon­dit sur ses rol­lers pour une course effré­née, et Amy assène des coups de mar­teau à tout le monde ! Peu de sur­pri­ses de ce côté, c’est fun et bien vu sans pour autant être très ori­gi­nal.

Les musi­ques dis­til­lent leur dose de fan­boyisme régle­men­taire, avec des thè­mes repris de la vaste ludo­thè­que de la firme. Les habi­tués de SEGA Super­stars Ten­nis ne seront pas dépay­sés, la nos­tal­gite aigüe n’a pas épar­gné ce jeu ! Toute plai­san­te­rie mise à part, cela con­tri­bue à l’ambiance, même si on aurait bien aimé un peu plus d’iné­dit éga­le­ment. Sur le plan sonore, on ne déno­tera qu’un vrai bémol : la pré­sence d’un com­men­ta­teur insup­por­ta­ble en per­ma­nence. On dirait un peu celui de Street Figh­ter IV… si ce n’est qu’il est encore plus bavard ! Une plaie, mais qu’on pourra sans doute désac­ti­ver.

Si Sonic & SEGA All-Stars Racing n’est peut-être pas LE plus gros jeu à venir en 2010, il n’en pro­pose pas moins une relec­ture inté­res­sante des racing game con­vi­viaux, dou­blée d’une ambiance gra­phi­que et sonore clas­sieuse, quoi qu’un peu fan-ser­vice. SUMO Digi­tal con­firme son sta­tut de stu­dio à sur­veiller de près dans le domaine, après un SEGA Super­stars Ten­nis enthou­sias­mant.

ryo.jpg Ryo Hazuki et Billy Hat­cher font leur retour vidéo­lu­di­que après pas mal d’années d’absence

N.B. : très impor­tant ! Craig Dun­can, res­pon­sa­ble du déve­lop­pe­ment chez SUMO Digi­tal, était éga­le­ment pré­sent. Nous avons pu l’inter­vie­wer, en col­la­bo­ra­tion avec Pla­nète-Sonic. La vidéo arri­vera dans les pro­chains jours. Désolé pour le petit con­tre­temps !

(Screen­shots édi­teur)

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

4 thoughts to “Sonic & SEGA All-Stars Racing”

  1. Ah, j’espère qu’il sera bon celui là, j’avais déjà vu des trailers en me disant qu’il serait sympa, et si vous confirmez ça, c’est une bonne nouvelle 😀

Laisser un commentaire