Skip to main content

Gran Turismo PSP

jaquette.jpeg

Annoncé en 2004 pour la sor­tie de la PlayS­ta­tion Por­ta­ble, l’impres­sion d’avoir affaire à une arlé­sienne n’a jamais quitté nos têtes. Après moult reports et une absence totale de com­mu­ni­ca­tion de la part de Poly­phony Digi­tal et de Sony, il aura fallu cinq ans pour le voir enfin débar­quer chez nous. En atten­dant l’épi­sode Gran Turismo 5 tant attendu sur PlayS­ta­tion 3, que vaut cette mon­ture por­ta­ble ?

  • Édi­teur : Sony Com­pu­ter Enter­tain­ment Europe
  • Déve­lop­peur : Poly­phony Digi­tal
  • Genre : Course/Simu­la­tion
  • Plate-forme : PlayS­ta­tion Por­ta­ble
  • Sor­tie : 1er octo­bre 2009
  • Clas­si­fi­ca­tion : 3+

Wel­come in Gran Turismo Next Gen World !

Pre­mière cons­ta­ta­tion et pas des moin­dres, le jeu peut s’ins­tal­ler sur la Memory Stick pour réduire les temps de char­ge­ment qui sont un peu lon­guets par moment ; un com­ble pour une por­ta­ble. Tou­te­fois, si le jeu pré­cise que cette ins­tal­la­tion dure approxi­ma­ti­ve­ment quinze minu­tes, lors de mon essai, ça a mis au bas mot soixante-sept minu­tes soit plus de qua­tre fois ce qui était prévu… Bien sûr, je radote pour évi­ter tout malen­tendu, on peut pas­ser outre l’ins­tal­la­tion mais atten­tion aux temps de char­ge­ment sou­vent bien longs.

01.jpg

Wel­come in GT world…

Un Gran Turismo fidèle à lui-même com­mence par nous appren­dre à pilo­ter. Les ancien­nes épreu­ves per­mis sont deve­nus des défis pilo­tage. Neuf caté­go­ries sont dis­po­ni­bles, de A à I, afin de maî­tri­ser sa voi­ture comme un pro. Cepen­dant, ces défis ne sont pas obli­ga­toi­res pour com­men­cer le mode solo. En fait, dans ces défis pilo­tage, vous gagnez des cré­dits et êtes récom­pen­sés par une coupe d’or à bronze sui­vant votre temps. Ces épreu­ves rei­nes dans les anciens GT per­dent de leur saveur… je veux bien qu’on soit sur une mon­ture PSP mais était-ce néces­saire d’allé­ger le chal­lenge ? Je ne pense pas.

02.jpg

… Ou pas.

Car une autre héré­sie vient assom­brir le tableau. Point de mode car­rière alias GT. Le mode solo con­siste donc à choi­sir son cir­cuit, son nom­bre de tours et sa voi­ture, et ensuite de se dis­pu­ter con­tre seu­le­ment trois autres voi­tu­res (sic ! Où sont les deux der­niers con­cur­rents ?). Le but est sim­ple, gagner afin de rem­por­ter des cré­dits mais de mon­ter en rank, pour la dif­fi­culté et accroî­tre donc le butin à gagner par la même occa­sion. Et voilà c’est tout. Je pour­rai m’arrê­ter là et con­clure en disant que ce Gran Turismo PSP est frus­trant et déce­vant au pos­si­ble mais ce serait mal me con­naî­tre. Après avoir passé un petit paquet d’heu­res sur le jeu, j’ai pu déce­ler quel­ques sub­ti­li­tés assez inté­res­san­tes.

La dif­fi­culté des défis est car­ré­ment bidon ! Pour ces pseudo-per­mis, il m’a été aisé d’acqué­rir tou­tes les cou­pes en or, sans trop trans­pi­rer. Dans les anciens épi­so­des, on galé­rait quand même net­te­ment plus pour avoir tout en or, je veux bien avoir du skill mais là je mets ça sur le compte d’une dif­fi­culté rabais­sée cer­tai­ne­ment dans le but de ne pas se faire bou­der du joueur occa­sion­nel.

03.jpg

Après tous ces blâ­mes, un peu de points posi­tifs. Le jeu est agréa­ble, hor­mis le man­que de vibra­tions, la joua­bi­lité Gran Turismo, un mélange de simu­la­tion et d’arcade, est bien pré­sente. Enfin du moins sur asphalte, parce que la con­duite ral­lye est par­ti­cu­liè­re­ment glis­sante. Il est dom­mage que les voi­tu­res datent un peu. Ca man­que de réel­les nou­veau­tés, tant au niveau des cir­cuits (tou­jours les mêmes depuis trop long­temps) qu’au niveau des voi­tu­res même si elles sont nom­breu­ses.

Avec près de huit cents voi­tu­res dis­po­ni­bles, il y a de quoi pas­ser des heu­res de jeu afin de tou­tes les avoir. Mais la mono­to­nie nous guette compte-tenu de l’IA qui fait pen­ser au pre­mier GT. Pas du tout cré­di­ble et ne fai­sant pas d’erreur, on n’y croit pas une seconde. Voilà pour­quoi la durée de vie du jeu est plus ou moins lon­gue sui­vant l’inté­rêt que vous por­tez à la col­lecte des voi­tu­res. Et chose mar­rante, on peut même les échan­ger avec un autre joueur à la manière d’un Poke­mon, par le biais d’une con­nexion wifi en local néan­moins. Etait-il judi­cieux de don­ner un nom­bre aussi grand de voi­tu­res quand on voit le bâclage dont a béné­fi­cié le jeu ?

Mal­gré une remar­qua­ble réa­li­sa­tion, il sub­siste quel­ques défauts à l’écran comme de l’alia­sing et quel­ques para­si­tes sur cer­tains cir­cuits. Rien de grave cepen­dant mais ces quel­ques détails sont trop visi­bles. Le jeu tourne bien cepen­dant, c’est très fluide mais la frus­tra­tion est trop pré­sente pour qu’on kiffe aveu­glé­ment le jeu. Plu­sieurs vues sont dis­po­ni­bles et per­son­nel­le­ment je pré­fère la vue pleine, juste on voit la route. Celle du cock­pit est hon­teuse, on voit la car­casse de la voi­ture et un fond noir dégueu­lasse en guise de tableau de bord, du jamais vu.

05.jpg

Je passe rapi­de­ment sur le mode mul­ti­joueur du jeu qui n’est pas en ligne… Sim­ple­ment un mode ad-hoc donc du réseau local entre des psp. Ca fonc­tionne pareil que pour les cour­ses solo avec quel­ques bonus et malus pour équi­li­brer les par­ties. Rien de bien foli­chon, on peut aussi échan­ger et ven­dre ses voi­tu­res his­toire de ral­lon­ger très légè­re­ment la durée de vie mais entre nous, qui joue en local sur PSP ?

Un GT en demi-teinte ?

Le Gran Turismo PSP s’est fait atten­dre et un arrière-goût de décep­tion se fait sen­tir. A pre­mière vue, le jeu régale avec plus de huit cents voi­tu­res dis­po­ni­bles et sa réa­li­sa­tion au poil qui fait cra­cher les tri­pes de la con­sole por­ta­ble mais ça man­que cruel­le­ment d’un vrai mode Gran Turismo pour nous don­ner envie de nous défon­cer. Glo­ba­le­ment, je peste con­tre le con­tenu qui me laisse très clai­re­ment sur ma faim même si j’adore la licence. Rajou­tons à ça, la sim­pli­cité à laquelle on acquière des cré­dits et ça donne un Gran Turismo pure­ment casual. Néan­moins, le plai­sir de jeu est là et ce jeu est clai­re­ment des­tiné aux ama­teurs des Gran Turismo. Pour les nou­veaux venus, pas­sez votre che­min, sau­tez sur les anciens épi­so­des où atten­dez patiem­ment la venue du cin­quième épi­sode sur PlayS­ta­tion 3.

04.jpg

Kendo

Joueur de jeux vidéo depuis très très longtemps, partisan du si tu ne sais pas, ce n'est pas grave mais apprends au lieu de raconter des salades. Mon Shin vous guidera.

5 réponses à “Gran Turismo PSP

  1. J’ai pas accroché du tout au GT Portable 🙁
    J’aurais préféré un truc plus “construit”, et moins “choix course, choix voiture, choix mode”.
    Il est comme le Soul Calibur PSP, une bonne version portable mais sans mode principal.

Laisser un commentaire