Skip to main content

PS3 « Slim », PSP Go, jeux Sony : une soirée au Sony Style

IMGA0753.JPG Nous étions hier au Sony Style George V (à quel­ques pas des Champs-Ely­sées) où les équi­pes de Sony nous avaient invité à venir (re)décou­vrir la PS3 Slim, mais éga­le­ment la PSP Go. Néan­moins, la plus grosse sur­prise se situait du côté des jeux, puis­que nous avons pu nous défou­ler l’espace de quel­ques heu­res sur des ver­sions joua­bles de deux bom­bes : God of War III et Unchar­ted 2 : Among Thie­ves !

PS3 Slim & PSP Go

On com­men­cera avec ce que vous savez sans doute déjà. Dans un cadre tech­no­phile fort agréa­ble plein d’écrans LCD de haute qua­lité et autre beau matos élec­tro­ni­que, Sony Style oblige, nous furent pré­sen­tées la PS3 Slim et la PSP Go.

Si la PS3 Slim est déjà con­nue de (pres­que) tous, et de toute façon déjà dis­po­ni­ble depuis le début du mois, on ne s’attar­dera pas des mas­ses des­sus. La PS3 Slim vient rem­pla­cer la PS3 que nous con­nais­sions, elle dis­pose d’un dis­que dur de 120 Go, elle est plus petite, con­somme moins, coûte 299€, etc. Plu­sieurs exem­plai­res étaient expo­sés dans le maga­sin pour que nous puis­sions les obser­ver sous tou­tes les cou­tu­res. Sim­ple avis per­son­nel : la PS3 Slim ne perd pas en gueule mal­gré un pas­sage à une sur­face mate et un design peut-être plus “com­mun” que les cour­bes géné­reu­ses de la PS3 ori­gi­nelle.

ps3slim01.jpgps3slim02.jpg

Du côté de la PSP Go, on sait à quel point l’annonce de cette con­sole a été entou­rée de con­fu­sion sur le web. Les deux plus grands points de dis­corde étant la déma­té­ria­li­sa­tion (typi­que­ment mal-aimée des jour­na­lis­tes) et le fait de sor­tir une PSP “alter­na­tive” con­sa­crée au mul­ti­mé­dia (il ne s’agit pas d’un modèle rem­pla­çant la PSP-3000).

De mon côté, je suis un fer­vent défen­seur de la déma­té­ria­li­sa­tion des jeux vidéo, comme vous le savez sans doute déjà. C’est d’autant plus vrai pour les con­so­les por­ta­bles, car cela leur per­met d’être d’autant plus mobi­les, débar­ras­sées de leurs vali­ses de car­tou­ches, UMD… Mes prin­ci­pa­les crain­tes con­cer­naient l’ergo­no­mie de la con­sole… et ils ont été rapi­de­ment dis­si­pés, mais sur ce point, une vidéo de pré­sen­ta­tion vaut mieux qu’un long dis­cours !

Réca­pi­tu­lons donc : pour 250 euros envi­ron, la PSP Go est une des con­so­les por­ta­bles les plus peti­tes et fines qu’il m’ait été donné de voir. Les con­so­les por­ta­bles se glis­sant réel­le­ment dans la poche sont rela­ti­ve­ment rares… dans les con­so­les grand public je ne me sou­viens guère que de la GB Micro à l’avoir fait aupa­ra­vant.

Cer­tes, si vous ne comp­tez que jouer, le prix est plu­tôt dis­sua­sif. Si vous la voyez comme un ter­mi­nal mul­ti­mé­dia (et on sait que la PSP est douée en ce domaine), lec­teur mp3 etc., à l’ins­tar d’un Archos, Cowon… le prix de 250 euros pour un appa­reil de ce type, avec 16 Go de mémoire flash inté­grée et fonc­tion PSP (!), est plu­tôt com­pé­ti­tif.

On joue, on joue, on joue !

C’était une fois encore la jolie sur­prise de la soi­rée. Plu­sieurs block­bus­ters étaient joua­bles, et pas des moin­dres ! Nous n’avons pas pu vous rame­ner nous-mêmes de nou­vel­les ima­ges ou vidéos, mais c’est déjà pas mal, pas vrai ?

Kendo s’est immé­dia­te­ment jeté sur la démo de God of War III. Peu de sur­pri­ses, la tue­rie atten­due sera bien au ren­dez-vous ; avec un game­play tou­jours aussi agréa­ble, GOW III se paye le luxe d’être encore plus impres­sion­nant que ses pré­dé­ces­seurs PS2 et PSP. La PS3 est ici exploi­tée à plein régime : le sang gicle à grands bouillons, écla­bous­sant Kra­tos, per­met­tant des mini-scè­nes d’une inten­sité gore rare­ment atteinte ; le sens du spec­ta­cu­laire est bien mis en avant avec des colos­ses gigan­tes­ques, une scène où Kra­tos se jette dans un puits par­couru de météo­res en feu… Le tout dans des décors par­ti­cu­liè­re­ment bien modé­li­sés. Un must, vous dis-je ! Com­ment pour­rait-il en être autre­ment ? Bilan lors de sa sor­tie, au prin­temps 2010. Eh oui, il va fal­loir encore être patient…

godofwar3_01.jpggodofwar3_02.jpg

L’autre gros mor­ceau de la soi­rée : Unchar­ted 2 ! Le pre­mier volet était un des tous meilleurs jeux de la période de lan­ce­ment de la PS3… Naughty Dog réci­dive, en mieux. On con­serve bien évi­dem­ment tous les ingré­dients du pre­mier opus : les pha­ses à la Tomb Rai­der, entre­cou­pés de gun­fights. L’IA n’est pas par­ti­cu­liè­re­ment pous­sée en des ter­mes tac­ti­ques (on est loin d’un F.E.A.R. par exem­ple) et con­ti­nuera à vous cou­rir des­sus sans réflé­chir. Elle n’en est pas moins tout aussi redou­ta­ble que pré­cé­dem­ment, d’une pré­ci­sion redou­ta­ble même de loin et d’une force inouïe. Pour les accros au pre­mier épi­sode, oui, les pas­sa­ges ardus où l’on reprend 10 fois du même check­point sont tou­jours de mise.

Plus nota­ble encore ; avec Unchar­ted 2, une nou­velle étape dans la vie de la PS3 me sem­ble atteinte. Pour la pre­mière fois, la supé­rio­rité tech­ni­que théo­ri­que de la PS3 sur la Xbox 360 com­men­çait à se faire vrai­ment sen­tir. Gra­phi­que­ment, Unchar­ted 2 est magni­fi­que et n’a plus à rou­gir face aux ténors de voi­si­nage, Gears of War com­pris. La cla­que est bien pré­sente, d’autant que les pay­sa­ges ont un charme par­ti­cu­lier un rien indes­crip­ti­ble…

uncharted2_01.jpguncharted2_02.jpg

Fina­le­ment, le nou­veau Rat­chet & Clank (auquel je me suis trop rapi­de­ment essayé pour don­ner un véri­ta­ble avis) et Motors­torm Artic Edge (la ver­sion PSP de la licence de course ini­tiée sur PS3). Pour ce der­nier, un test sera sans doute dis­po­ni­ble bien­tôt ; res­tez à l’écoute !

Cadeau BONUX

Vous l’aurez com­pris, cette pré­sen­ta­tion a été par­ti­cu­liè­re­ment enthou­sias­mante. Qua­li­ta­ti­ve­ment, Sony place la barre haut, en prou­vant qu’il peut faire jeu égal avec Micro­soft (met­tant un terme à l’idée per­sis­tante selon laquelle la PS3 n’aurait pas d’exclu­si­vi­tés inté­res­san­tes pour elle) et se posi­tion­ner loin devant Nin­tendo sur le sec­teur des jeux d’action à ten­dance Jouis­sive/spec­ta­cu­laire (oui, ce genre existe ; je viens de l’inven­ter).

Pour ceux d’entre vous ayant eu le cou­rage de lire cet arti­cle jusqu’au bout, les gen­tils petits gars du Sony Style George V nous ont filé une petite promo à vous faire par­ta­ger : pour tout achat d’une PS3 Slim ou d’une PSP Go chez eux, don­nez-leur de notre part le mot de passe I Win ! (inu­tile de crier). Vous aurez pro­ba­ble­ment l’air idiot mais que ne ferait-on pas pour 20€ de réduc­tion immé­diate ? 😉

(Cette offre est vala­ble uni­que­ment dans ce maga­sin et dans la limite des 100 pre­miers clients)

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

4 thoughts to “PS3 « Slim », PSP Go, jeux Sony : une soirée au Sony Style”

  1. Ce qui m’a frappé avec les vidéos d’Uncharted 2 disponibles, c’est aussi l’extrême fluidité du jeu. Le héros donne vraiment l’impression de bouger naturellement et de réagir au quart de poil près aux actions du joueur. Super travail d’animation, donc 😉

  2. Votre reportage est très bon mais un truc m’a choqué : l’arrogance prononcé du gars de chez Sony dans la vidéo !

    Les gens de chez Sony sont devenus vraiment différents de ceux qui lançaient la première Playstation à l’époque… dommage

  3. Ce n’est pas de l’arrogance, c’est du marketing (leur métier, quoi). Eux ils sont là pour vendre leurs produits et nous on est là pour tester et modérer leurs propos.

    Et ce n’est pas propre à Sony ni “au Sony de maintenant”, toutes les firmes ont été et sont comme ça 🙂 pour être honnête c’est régulièrement pire ! Là par exemple il ne cache pas que le nouveau port de connexion est propriétaire. Beaucoup l’auraient occulté volontairement.

Laisser un commentaire