Skip to main content

MadWorld

jaquette Madworld Mad­World fait parti de ces jeux Wii qu’on regarde d’un œil tou­jours dif­fé­rent des autres jeux. Pour­quoi ? Car leur level-design par­ti­cu­lier, leur ambiance et leur game­play lais­sent sou­vent per­plexe. Et c’est uni­que­ment le jeu entre les mains que l’on peut dire si ces jeux sont bons ou mau­vais. Dans quelle caté­go­rie Mad­World se classe-t-il ?

  • Edi­teur : Sega
  • Déve­lop­peur : Pla­ti­num Games
  • Type : Beat’em all
  • Sor­tie France : 20 mars 2009
  • Clas­si­fi­ca­tion : Inter­dit aux – de 18 ans

Sega, c’est plus fort que toi !

Et oui il sem­ble­rait que Sega soit le maî­tre d’œuvre de toute une série de jeux dits gamers sur Wii. On comp­tera parmi eux The House of The Dead Over­kill, Sonic Unlea­shed, The Con­duit (on l’oublie celui-là) et donc Mad­World. Cha­cun a une ambiance dif­fé­rente de l’autre car issus de licen­ces dif­fé­ren­tes et de stu­dios dif­fé­rents. Car Sega ne déve­loppe pas, Sega édite!

C’est le stu­dio Pla­ti­num Games qui a la chance d’avoir un super logo qui est à l’ori­gine de Mad­World et qui a donc choisi d’opter pour un uni­vers si par­ti­cu­lier. Un uni­vers, mais quel uni­vers ? Un uni­vers qui dépote Robert, avec du sang et du fer, ça ferait pleu­rer ta mère! Oui car Mad­World c’est du sang, du sang, du sang et encore du sang. Pla­ti­num Games a tel­le­ment voulu insis­ter sur le fait que ça devait gicler que le stu­dio a sim­ple­ment choisi d’ôter tou­tes les cou­leurs pour faire res­sor­tir le rouge.

Et oui, Mad­World, c’est tout en noir et blanc. Est-ce beau pour autant ? Oui c’est tout sim­ple­ment magni­fi­que. Les effets sont de toute beauté, la patte gra­phi­que est tota­le­ment assu­mée et va jusqu’au bout de ses ambi­tions. C’est joli, par­fai­te­ment détaillé, bien que très fouillis par endroit dès qu’il y a pro­fu­sion d’ani­ma­tion. Et ce choix va exac­te­ment dans le sens du game­play…

logo Madworld Le ton est donné: ça va sai­gner!

Un scé­na­rio Secret Story !

Bien sûr ce titre est iro­ni­que, enfin pas tota­le­ment. Mad­World, comme je l’ai déjà expli­qué, c’est du sang, du sang et vous con­nais­sez la suite. Mais comme tout jeu digne de ce nom un scé­na­rio par­vient à trou­ver à sa place.

Dans un monde ravagé par la crise éco­no­mi­que, un groupe de ter­ro­ris­tes cap­ture une ville entière et y lance une bombe bac­té­rio­lo­gi­que qui con­ta­mine tous ses habi­tants. Entre temps des camé­ras sont dis­po­sées un peu par­tout, ainsi que des jeux mor­tels igno­bles. Lors­que les gens empoi­son­nés se réveillent enfin, un mes­sage enre­gis­tré dif­fusé sur de grands écrans leur expli­que la situa­tion et leur pro­pose un dilemme.

Vous êtes fil­més, et con­ta­mi­nés. Nor­ma­le­ment cer­tains d’entre vous devraient déjà être morts. Mais les plus résis­tants d’entre vous ont encore une chance. Mon orga­ni­sa­tion dis­pose de l’anti­dote, mais vous com­pren­drez qu’il se trouve en quan­tité limité, et nous le dis­tri­bue­rons seu­le­ment aux der­niers sur­vi­vants. A vous de voir si vous dési­rez atten­dre une mort iné­luc­ta­ble et croire en votre bonne étoile qui vous tien­dra vivant le plus long­temps pos­si­ble, ou si vous pré­fé­rez for­cer le des­tin en vous octroyant une place parmi les sur­vi­vants. Vous l’aurez com­pris: pour sur­vi­vre, vous devrez tuer les autres.

Ce dilemme maca­bre devient alors un jeu de télé réa­lité dif­fusé mon­dia­le­ment, d’où les camé­ras. Parmi tous les com­bat­tants, un homme nommé Jack saura peut-être tiré son épin­gle du jeu en tuant tous ceux se dres­sant devant lui. Mais s’il dis­pose de la force néces­saire pour vain­cre ses enne­mis, pourra-t-il lais­ser sa cons­cience de côté en tuant de sim­ples inno­cents apeu­rés?

Ce scé­na­rio n’est pas ori­gi­nal mais il se laisse aller au fur et à mesure et reste très plai­sant à sui­vre. Jack ne fait pas parti de la ville con­ta­mi­née mais y est envoyé en tant qu’agent spé­cial pour sau­ver la fille du pré­si­dent, bien entendu. C’est très cli­ché mais c’est inté­res­sant quand même et c’est assez rare pour le noter dans ce genre de jeu.

Jack Madworld Jack et son humour rava­geur !

Un game­play barré !

Mad­World part déjà avec de nom­breux atouts, c’est sans comp­ter son game­play tota­le­ment barré et uni­que. L’idée ? Vous avan­cez dans des maps fer­mées de façon libre ou linéaire selon les cas en tuant tout ce qui bouge. Les camé­ras vous octroient un total de points au fur et à mesure de vos mas­sa­cres et ce sont ces points qui déblo­quent peu à peu les fonc­tion­na­li­tés de cha­que niveau. Notons le car je ne l’ai pas encore dit, ce jeu se joue à la troi­sième per­sonne pour bien appré­cier la puis­sance de notre per­son­nage. Car en plus de pou­voir uti­li­ser qua­si­ment tous les objets du décor pour tuer ses adver­sai­res, de l’arbre aux bran­ches acé­rées aux pan­neaux de signa­li­sa­tion en pas­sant par les ven­ti­la­teurs, Jack pos­sède un outil plus qu’appré­cia­ble pour sur­vi­vre dans cet envi­ron­ne­ment hos­tile: une tron­çon­neuse au bras.

Cette tron­çon­neuse est le cen­tre même du jeu, per­met­tant un panel d’actions con­tex­tuel­les nom­breu­ses ou des coups sim­ples mais rava­geurs. Les coups sim­ples rap­por­tent peu de points mais faî­tes preuve d’ima­gi­na­tion! Pour­quoi ne pas com­men­cer par étour­dir l’ennemi en le coin­çant dans un vase ou un pneu, pour ensuite le lacé­rer avec un poteau et le finir en le lan­çant sur des pics acé­rés ou en le tron­çon­nant de part en part en réa­li­sant le geste adé­quate à la Wii­mote ? A moins que vous pré­fé­riez ne pas vous salir les mains et sim­ple­ment le lan­cer dans un four ou une broyeuse. C’est à vous de voir, vous avez total liberté dans vos choix de jeu et, même si le tout devient rapi­de­ment répé­ti­tif, le plai­sir est tou­jours là et on s’étonne à essayer les com­bos les plus dévas­ta­teurs.

Pour renou­ve­ler l’expé­rience, si vous attei­gnez un nom­bre de points don­nés, des jeux mor­bi­des feront leurs appa­ri­tions et s’ils ne sont pas tou­jours obli­ga­toi­res, je vous con­seille de les faire tel­le­ment ils sont poi­lants. Que ce soit “La cible de la mort” ou le “Pétard” le plai­sir et le renou­veau est tou­jours là et ça, c’est vrai­ment agréa­ble. Dans le pre­mier par exem­ple, pre­nez une batte de base­ball et frap­pez vos enne­mis de toute votre force pour les envoyer sur le cen­tre de la cible et gagner un max de points! Dans le second étour­dis­sez vos enne­mis avant de les met­tre dans des lan­ceurs de pétards et obser­ver le résul­tat! C’est beau!

Et une fois que vous avez ter­miné tout ceci, et que vous avez raflé un max de points, la cham­bre du boss appa­raît avec son clas­se­ment. Vous pou­vez alors venir le défier et leur design est tel­le­ment poi­lant et les ciné­ma­ti­ques tel­le­ment bien fichues qu’on est à cha­que fois ébahi. Je vous laisse pro­fi­ter vous même de toute la classe dont fait preuve Jack pour les ache­ver, c’est à pleu­rer de rire tel­le­ment c’est cli­ché, mais c’est tel­le­ment bon!

Madworld mode tuerie Il y a ceux qui font les cho­ses à moi­tié, et ceux qui n’ont plus qu’une moi­tié…

Tout est bon dans le cochon ?

Mal­heu­reu­se­ment non. Outre son côté répé­ti­tif à sou­hait qui en soit n’est pas vrai­ment gênant vu le con­cept du jeu, il sera plus dif­fi­cile de fer­mer les yeux sur sa durée de vie plus que moyenne. 8 heu­res pour le ter­mi­ner, c‘est peu. Mais encore une fois on pourra le par­don­ner allé­gre­ment vu sa rejoua­bi­lité excel­lente.

Autre point néga­tif, le mode multi joueur offline 2 joueurs. Il a le mérite d’être là mais est clai­re­ment à évi­ter. Ennuyeux et rébar­ba­tif, on le quit­tera très rapi­de­ment pour reve­nir sur une map solo où l’on pourra à notre guise déve­lop­per de nou­vel­les tech­ni­ques de tue­rie. Et puis en soi, le meur­tre est un plai­sir que l’on déguste seul non ?

Comme dit plus haut, c’est très beau et très agréa­ble à l’oeil. Les qua­tre cou­leurs pré­do­mi­nan­tes pren­nent par­fai­te­ment place dans cet uni­vers et c’est un plai­sir pour les yeux… comme pour les oreilles. Les cris des enne­mis sont tor­dants, leurs mena­ces éga­le­ment, sans comp­ter le son de la tron­çon­neuse qui est énorme! Bref du grand art!

madworld mode multi A deux, on est pas for­cé­ment plus heu­reux !

Avis géné­rale: Mad­World est un jeu ori­gi­nal. Nou­velle licence, nou­vel uni­vers, nou­veaux per­son­na­ges, nou­velle intri­gue, mais pour­tant tout ceci repose sur des bases plus que soli­des! Pourvu d’un game­play soi­gné, d’une joua­bi­lité Wii­mote bien dosée, et sur­tout d’une dose de fun incroya­ble, il serait dom­mage de pas­ser à côté même si Mad­World n’est pas exempt de défauts. Pla­ti­num Games nous offre ici la mort sur un pla­teau d’argent, et c’est bon !

Note géné­rale: 15/20

Kyubi

Je suis l'éternel mec qu'on ne voit jamais IRL pour entretenir le mythe. Tout le monde est jaloux de mon pseudo et je les comprend. Il n'est pas rare qu'on adule mes goûts musicaux et mes compétences à Mario Kart. Sinon j'aime mater des films, l'informatique et manger équilibré.

Laisser un commentaire