Skip to main content

Critique musicale : Relics of the Chozo

Ow ow ow, il fait twop chaud pour twa­vailler ! Heu­reu­se­ment, Café Gaming est là pour vous pro­po­ser une rubri­que esti­vale : la revue musi­cale de l’été ! Le prin­cipe en est tout sim­ple, pour peu que vous con­nais­siez le site OC ReMix. Il s’agit d’un site héber­geant des remixes de musi­ques de jeux vidéo, mais pas n’importe les­quels : seu­le­ment les meilleurs, après sélec­tion de la part d’un jury.

chozo_cover.jpg Il se trouve que ce site pro­pose éga­le­ment, depuis 2003, des pro­jets d’albums cohé­rents autour d’un jeu ou d’une saga. Le tout der­nier album vient d’ailleurs juste de sor­tir (Final Fan­tasy IV: Echoes of Betrayal, Light of Redemp­tion), por­tant le total d’albums pro­po­sés à 14. Vous me voyez venir ? Tout au long de l’été, je vous pro­po­se­rai des cri­ti­ques de cha­cun de ces albums, afin de vous per­met­tre de les (re)décou­vrir en dou­ceur.

Et on com­mence avec le pre­mier album sorti en sep­tem­bre 2003 : Relics of the Chozo, repri­ses de musi­ques de Super Metroid (Super NES) !

Relics of the Chozo com­porte 19 pis­tes cou­vrant la plu­part des thè­mes musi­caux inclus dans Super Metroid. Comme la plu­part des pro­jets d’OC ReMix, il tente de pro­po­ser une ambiance bien spé­ci­fi­que. L’inten­tion des artis­tes était ici de faire en sorte que les mor­ceaux s’ “enchaî­nent” pour fina­le­ment créer une lon­gue séquence, un peu comme une séquence de game­play.

C’est ainsi que les pis­tes débu­tent et s’achè­vent tou­tes par un effet très pro­gres­sif, des silen­ces, des brui­ta­ges ins­pi­rés de l’ambiance du jeu (vent, etc.)… tout comme dans le véri­ta­ble Super Metroid, les silen­ces pesants entre­cou­pent les séquen­ces musi­ca­les, tan­tôt épi­ques (Bra­ving the Fla­mes (Nor­fair 2)), tan­tôt stres­san­tes (A Change And A Pas­sing (Chozo/Tou­rian)).

Une cer­taine unité musi­cale est con­ser­vée puis­que tout le CD arbore une atmo­sphère très élec­tro­ni­que, à mi-che­min entre le drum n’bass et l’indus­trial, avec donc des per­cus­sions lour­des et omni­pré­sen­tes. A vrai dire, c’est à la fois la plus grosse qua­lité et le plus gros défaut de cet album. Qua­lité car cette musi­que froide, par­fois mini­ma­liste, rejoint par­fai­te­ment l’esprit du jeu et incite volon­tiers à la rêve­rie lorsqu’écouté, seul, dans la pénom­bre… Mais aussi défaut car cela nuit un brin à la variété des pis­tes dis­po­ni­bles. Cer­tes, des efforts sont à remar­quer de ce côté (Nou­me­non (Mari­dia 2) part dans un trip vio­lons+piano, dans un style pro­che de Phan­tasy Star Online, tan­dis qu‘Esca­ping Retri­bu­tion (Escape) tente une incur­sion plus rock) sans pour autant détruire l’unité musi­cale pro­po­sée sur le dis­que.

Pro­blème : à moins d’être un mini­mum ini­tié à ce type de musi­que (ambient, drum n’ bass, expé­ri­men­tal…), on pourra s’ennuyer ferme sur cer­tains mor­ceaux (Metal Fati­gue (Wre­cked Ship Theme), par exem­ple…). C’est tout bête, mais… il ne faut pas être pressé pour écou­ter ce CD !

Par moments, l’album s’imprè­gne clai­re­ment du style musi­cal ini­tié par Metroid Prime (sorti l’année pré­cé­dant la sor­tie de Relics of the Chozo). Notam­ment, Ebb Tide Mani­fest (Mari­dia1), qui me fait énor­mé­ment pen­ser à Tal­lon’s Over­world voire à Phen­drana Drifts ! Syn­thés, bat­te­rie, piano, tout y est.

Pour ter­mi­ner, la qua­lité est au ren­dez-vous (et ce mal­gré le peu d’artis­tes ayant col­la­boré), il n’y a aucun doute là-des­sus. Pour un pre­mier album, Relics of the Chozo reste tou­jours d’actua­lité et n’a pas à rou­gir face à ses cadets, loin de là ! Néan­moins, il pourra se révé­ler dif­fi­cile d’accès, sur­tout pour ceux qui s’atten­daient à des remixes “techno” voire “rock” plus pro­ches de ce qu’on entend d’habi­tude sur la thé­ma­ti­que Metroid. Relics of the Chozo est clai­re­ment à écou­ter comme un tout et non comme une accu­mu­la­tion de pis­tes à écou­ter par-ci par-là, il exi­gera éga­le­ment de bon­nes con­di­tions d’écoute (de pré­fé­rence, du calme autour de vous, pour pou­voir pro­fi­ter des nom­breux petits ins­tru­ments col­lés ça et là). C’est à ce titre-là qu’il pren­dra réel­le­ment toute sa saveur…

Relics of the Chozo

Tra­ck­list

  1. Pro­tri­city – Pre­mo­ni­tion On Fell Pur­pose (Title)
  2. Vigi­lante – So It Begins… (Intro Theme)
  3. Suzu­me­ba­chi and Pro­tri­city – Hos­tile Abduc­tion (First Bat­tle Theme)
  4. Pro­tri­city – Put­ting Down On Zebes (Cra­te­ria Rai­ning)
  5. Pro­tri­city – Evil Arou­sed (Cra­te­ria Under­ground)
  6. Pro­tri­city – Full Of Life (Brins­tar 1)
  7. Pro­phecy – Unset­tling Nature (Mini­boss Theme)
  8. Daniel Bara­nowsky and Pro­tri­city – Tra­ver­sing The Beyond (Cra­te­ria Sur­face)
  9. Pro­tri­city – Vast Inner Depths Of Brins­tar (Brins­tar 2)
  10. Pro­tri­city – Sud­den Death (Second Bat­tle Theme)
  11. Pro­tri­city – A Change And A Pas­sing (Chozo/Tou­rian)
  12. Chil­dren of the Mon­key Machine – Metal Fati­gue (Wre­cked Ship Theme)
  13. Avien – Nou­me­non (Mari­dia 2 Theme)
  14. Pro­tri­city – Ebb Tide Mani­fest (Mari­dia 1)
  15. Chil­dren of the Mon­key Machine – Pyro­clas­tica (Nor­fair 1)
  16. Adhe­sive Boy – Bra­ving The Fla­mes (Nor­fair 2)
  17. Pro­tri­city and Zyko – Per­cei­ved By Cold Intel­li­gence (Mother Brain)
  18. Pro­tri­city – Esca­ping Retri­bu­tion (Escape)
  19. Daniel Bara­nowsky – The Galaxy Is At Peace… (Ending)

Jeu : Super Metroid

  • Pla­te­forme : Super NES
  • Com­po­si­teurs : Kenji Yama­moto, Minako Hamano

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

Laisser un commentaire