Skip to main content

C.R.A.X 11 : Perfect Dark

Si les FPS (First Per­son Shoo­ter) sont désor­mais un genre connu et reconnu sur con­so­les de salon, ce n’était pour­tant pas une évi­dence à une épo­que où les PC étaient bien plus puis­sants et plus adap­tés pour accueillir ce genre de jeux.

Plu­sieurs déve­lop­peurs ont con­tri­bué à abo­lir cette fron­tière, notam­ment Bun­gie et son célè­bre Halo ; mais avant lui, il y avait bien entendu Rare et ses deux FPS phare de la période N64 : Gol­de­nEye007 et sa suite spi­ri­tuelle, Per­fect Dark !

A l’ori­gine pensé comme un jeu James Bond, Per­fect Dark a su repren­dre pour lui une bonne par­tie des codes de l’espion­nage pro­pre à l’agent 007, tout en ins­tau­rant un uni­vers futu­riste et tech­no­lo­gi­que beau­coup plus pro­che d’un Blade Run­ner, avec des relents de cons­pi­ra­tion gou­ver­ne­men­tale dignes de X-Files. Pour cou­ron­ner le tout, en guise d’espion gominé et machiste de ser­vice, on incarne une femme, Joanna Dark… Une réus­site !

Note : ce C.R.A.X est par­ti­cu­liè­re­ment pau­vre en ter­mes tech­ni­ques. Le son comme l’image sont déplo­ra­bles, et je vous prie de m’en excu­ser ; les pro­blè­mes et autres bugs ont par­semé sa créa­tion. J’ai même pensé un moment ne jamais vous le pro­po­ser, mais le voici en fin de compte… Nous ferons mieux la pro­chaine fois, c’est pro­mis, zut de flûte !

 

[box]

Infos sur le jeu

  • Per­fect Dark
  • Edi­teur : Nin­tendo
  • Déve­lop­peur : Rare
  • Sor­tie : 30 juin 2000
  • Testé sur : Nin­tendo 64
  • Recom­man­da­tion à la vente : N/C

[/box]

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

2 réponses à “C.R.A.X 11 : Perfect Dark

Laisser un commentaire