Skip to main content

Resident Evil 4 Wii Edition

Jaquette de Resident Evil 4 Wii Edition Sorti pré­cé­dem­ment sur la cube, le célè­bre jeu d’hor­reur vous replonge dans l’aven­ture san­glante de Léon et de son petit vil­lage d’Espa­gne pour sau­ver la douce Ash­ley. La sauce se voit agré­men­tée de la wii­mote pour l’occa­sion…

Plu­sieurs années se sont écou­lés depuis l’hor­ri­ble acci­dent de Racoon City et un sou­ve­nir âpre hante, s’il on peut dire, le cou­ra­geux Léon chargé d’une nou­velle mis­sion: sau­ver Ash­ley la jeune fille du pré­si­dent.

L’his­toire est sim­ple mais pleine de rebon­dis­se­ment et les mys­tè­res entou­rant cer­tains per­son­na­ges sont énor­mes. L’intri­gue est excep­tion­nelle et avancé dans l’aven­ture est un plai­sir renou­velé lors­que l’une des magni­fi­ques ciné­ma­ti­ques se met en route. Je ne peux vous racon­ter toute l’his­toire tel­le­ment elle est riche et il est meilleur pour vous que vous décou­vriez tout cela par vous même.

L’esprit Resi­dent Evil est pré­sent à 100%. Peu de sang et de chair mais une angoisse énorme sou­te­nue par une bande-son adé­quate. Avan­cer dans l’incon­nue est incroya­ble­ment stres­sant et les enne­mis vous pren­dront par­fois par sur­prise pour tes­ter vos talents de tireur.

ResidentEvil4_Wii_Editeur_007.jpg

Viser la tête: un bon moyen de tuer sans per­dre énor­mé­ment de muni­tions.

La wii­mote est la prin­ci­pale nou­veauté du soft étant donné sa simi­li­tude par­faite avec l’opus game­cube mais la dif­fé­rence est de taille.

Les con­trô­les pour­ront vous paraî­tre dérou­tant au début de l’aven­ture, B pour acti­ver la visée, A pour tirer et le stick pour diri­ger la vue de haut en bas, de gau­che à droite. Le viseur est extrê­me­ment pré­cis et tuer les enne­mis banals tels que les vil­la­geois n’est pas véri­ta­ble­ment un chal­lenge de peu que vous ayez un peu de jugeote. Il vous fau­dra en effet faire preuve d’un sang froid à toute épreuve pour espé­rer vain­cre une troupe armé et san­gui­naire. Les enne­mis tels que les tron­çon­neurs sont coria­ces et vous don­ne­ront du fil à retor­dre et une peur indes­crip­ti­ble. Le bruit de l’allu­mage de la machine est, croyez-moi, un véri­ta­ble cal­vaire!

Les boss sont variés et gigan­tes­ques par­fois. Là aussi, l’arme­ment ainsi que l’esprit seront néces­sai­res pour gagner face à ces mons­tres.

Par­lons-en un peu de l’arme­ment. Vous débu­te­rez avec des armes sim­ples tels que le pis­to­let ou le fusil à pompe. Lors­que vous tue­rez un ennemi il pourra lais­ser der­rière lui des plan­tes gué­ris­san­tes, des muni­tions et sur­tout de l’argent ou pénis dans le jeu. Ces mêmes objets seront aussi cachés dans des boi­tes à l’inté­rieur de bâti­ments ou dans des endroits dif­fi­ci­le­ment acces­si­bles. Les armes ainsi que tous ces objets seront ran­gés dans votre mal­lette, votre inven­taire en quel­que sorte et tout ce que vous récol­te­rez se ran­gera dans cette mal­lette. Il fau­dra d’ailleurs pen­ser à en chan­ger pour une autre d’une con­te­nance plus impor­tante si vous dési­rez ache­ter lance-roquette, fusil mitrailleur ou muni­tions.

Les armes vous seront ven­dus par un drôle de per­son­nage qui sera votre ange-gar­dien tout le long de l’aven­ture en quel­que sorte car de toute manière il vous sera impos­si­ble de réus­sir l’aven­ture sans amé­lio­rer vos armes ou en ache­ter des nou­vel­les plus per­for­man­tes.

Les points de sau­ve­garde sont assez fré­quents dans l’aven­ture et sau­ve­gar­der est loin d’être un pro­blème.

resident_evil_4.jpg

L’un des enne­mis les plus dif­fi­ci­les à abat­tre: le tron­çon­neur.

L’ori­gi­na­lité de la manette nous donne la pos­si­bi­lité de par­ti­ci­per plei­ne­ment à l’aven­ture et ce grâce à des cute scè­nes extrê­me­ment bien réa­lisé qui vous deman­de­ront réflexe et atten­tion. Ces scè­nes seront géné­ra­le­ment accom­pa­gner d’une ciné­ma­ti­ques et la sur­prise est totale lorsqu’on com­prend qu’on doit agi­ter la wii­mote à pleine vitesse pour échap­per à la pierre qui nous pour­chasse. Pire lorsqu’on croit que le boss est mort et qu’on se rend compte que sa noyade va nous emporté à tra­vers le fond; il vous fau­dra donc cou­per fré­né­ti­que­ment la corde qui vous relie au mons­tre pour espé­rer sur­vi­vre. De tels évè­ne­ments don­nent au tout de super­bes effets de jeu et l’ambiance s’ajou­tant aux cute scè­nes don­nent l’entrée par­faite dans l’hor­reur.

ResidentEvil4_Wii_Editeur_006.jpg

Cou­rir est votre seule chance!

L’aven­ture est lon­gue et riche et en plus de l’action non-stop, de nom­breu­ses énig­mes plus ou moins ardus vien­dront ponc­tuer le tout. Au cours du jeu vous aurez éga­le­ment la pos­si­bi­lité de con­trô­ler Ash­ley que vous aurez déli­vrer. Celle-ci est un véri­ta­ble far­deau et une vigi­lance de tous les ins­tants sera néces­saire si vous dési­rez res­ter en vie et qu’elle reste en vie.

Une fois l’aven­ture prin­ci­pale bou­clée, une seconde joua­ble avec la belle Ada sera dis­po­ni­ble et vous décou­vri­rez de nou­veaux bonus cachés tels que des armes sur-puis­san­tes ou des options un joueur iné­di­tes.

2ab77672f8.jpg

Vous vivrez une aven­ture paral­lèle avec Ada.

Pour con­clure: Ce jeu est tout sim­ple­ment un indis­pen­sa­ble si vous n’avez pas joué à la ver­sion game­cube. Super­be­ment réa­lisé c’est l’une des bom­bes de la wii et il serait tout bon­ne­ment incon­ce­va­ble de pas­ser à coté.

Gra­phis­mes: 15/20
Les décors sont grands et bien détaillés. Les ani­ma­tions sont par­fai­te­ment retrans­cri­tes.

Joua­bi­lité: 18/20
La wii­mote fait des mer­veilles et avec un peu d’entraî­ne­ment vous devien­drez un pro de la gâchette. Les cute scè­nes rajou­tent à l’inté­rêt déjà énor­mes.

Durée de vie: 18/20
Les deux aven­tu­res sont lon­gues et les bonus sont d’une grande quan­tité ce qui vous occu­pera un bon moment.

Bande-son: 18/20
La bande sonore nous plonge dans l’aven­ture et con­tri­bue gran­de­ment à l’angoisse du joueur. Le bruit des armes et des mons­tres est par­fai­te­ment rendu.

Scé­na­rio: 17/20
Très bon. Je vous laisse décou­vrir le tout par vous même.

Note Glo­bale: 17/20

Kyubi

Je suis l’éternel mec qu’on ne voit jamais IRL pour entretenir le mythe. Tout le monde est jaloux de mon pseudo et je les comprend. Il n’est pas rare qu’on adule mes goûts musicaux et mes compétences à Mario Kart. Sinon j’aime mater des films, l’informatique et manger équilibré.

Laisser un commentaire