Skip to main content

[GC] Le grand absent

peace.jpg Ce n’est pas un scoop, cette année, Nintendo a décidé de déserter la Games Convention. Ce n’est certes pas surprenant lorsqu’on constate que la firme de Kyoto n’a finalement que très peu de jeux à présenter.

Subsiste tout de même une question : comment réussir à faire parler de soi sans être là ?

Le meilleur ennemi

La première réponse, sans aucun doute la plus importante, tient en un mot : Sega.

Lardé de difficultés financières de plus en plus pesantes, l’ex-ennemi juré de Nintendo ne jure désormais plus que par la Wii et la DS, n’hésitant pas à ressortir des licences tombées dans l’oubli pour l’occasion (NiGHTS, Samba de Amigo…), voire même carrément à faire des rééditions bêtes et méchantes d’anciens succès (House of the Dead). Et là, je ne vous parle même pas de la surexploitation sans limites et à toutes les sauces (indigestes) de notre pauvre petit hérisson bleu (Mario & Sonic aux Jeux Olympiques, Sonic Unleashed, Sonic Chronicles, Sonic and the Black Knight, Sega Superstars Tennis, Sonic Brain Training… ah non, celui-là n’est pas encore officiellement annoncé).

sonic_mariosonicauxjeuxolympiques.jpg sonic_chronicles.jpg sonic_segasuperstarstennis.jpg sonic_blackknight.jpg

Le signe qui ne trompe pas : Sega choisit de créer l’événement autour d’un jeu Wii, en concentrant sa communication du Day 1 autour d’un « nouveau » House of the Dead exclusif à la machine : House of the Dead Overkill. L’ambition affichée semble être de bouleverser complètement la série et ses habitudes ; pourtant, au vu des premiers screenshots, on ne voit guère qu’un shooter zombifique sans originalité particulière…

houseofthedead.jpg

D’autre part, Samba de Amigo, bien que très sympathique (un tel concept ne vieillit pas vraiment, et l’ambiance du titre est unique), reste une mise à jour d’un titre Dreamcast. La seule véritable différence se situe au niveau des morceaux de la playlist ; par rapport à Samba de Amigo ver.2000 sur Dreamcast, des morceaux ont été supprimés (surtout les morceaux « fun » comprenant des thèmes de jeux vidéo Sega), et ils ont été remplacés par des morceaux de samba/mambo/pop divers, dans la plus pure tradition du jeu. Au final le nombre total de morceaux est sensiblement identique (une quarantaine).

sambadeamigo.jpg

Néanmoins, on aurait tort de résumer Sega à cette avalanche de remakes et ces jeux sans prises de risque. Ce serait oublier Mad World, un des titres les plus intrigants du salon et, à n’en pas douter, une prise de risque sur une console au public réputé jeune et/ou peu « gamer » dans l’âme. Doté d’une patte graphique intéressante, celui-ci se rélève aussi, selon les premiers retours, assez fun et jouissif… violent, mais surtout vraiment adapté à la Wiimote et au Nunchuk (c’est suffisamment rare pour être souligné). Une des bonnes surprises du salon, en quelque sorte.

madworld.jpg

Party-games et accessoirisme

Malheureusement, en dehors de ça, on est un peu obligés de constater que l’ambition n’est pas très présente sur les consoles de Nintendo. En dehors de Sega, on note deux éditeurs soutenant Nintendo, de près ou de loin : Ubisoft et EA.

Ubisoft continue à exploiter sa licence Lapins crétins sans vergogne, avec un 3ème volet Wii, The Lapins Crétins Show. Le deuxième épisode n’avait pas particulièrement brillé de par ses qualités, mais on a l’impression qu’Ubisoft se contente très bien de cette recette. Cette fois-ci, c’est la compatibilité avec la Wii Balance Board et une thématique « show télévisé » qui sont censés assurer un renouveau suffisant pour justifier l’achat. Peu convaincant…

thelapinscretinsshow.jpg

Cette Wii Balance Board qui semble définitivement être le nouveau fer de lance, puisque leur autre titre phare sur Wii est Shaun White Snowboarding. Un jeu que Nintendo lui-même avait décidé de mettre en avant lors de sa conférence E3, mais qui peine à convaincre. La jouabilité spécifique à la Wii ne semble pas remporter les suffrages, et pour le reste, cette version pâtit en tous points de la comparaison avec son homonyme sur Xbox 360 et PlayStation 3… Ubisoft ne se foule pas.

shaunwhitesnowboarding.jpg

Quant à EA, ils ne font malheureusement pas beaucoup plus de cas de la petite console blanche. Outre Skate It (qui est une adaptation de .skate, déjà sorti sur Xbox 360 et PS3 il y a un bon paquet de mois), on aura droit à un jeu de tennis spécialement conçu pour le Wii MotionPlus (ce fameux accessoire se connectant sur la Wiimote et censé en décupler les capacités). Sobrement baptisé EA Sports Tennis, ce jeu se veut être une simulation particulièrement immersive, grâce aux capacités de la Wiimote next-gen. Il aura fort à faire face à un Top Spin 3 particulièrement ingénieux dans le domaine…

easportstennis.jpg

Ailleurs…

D’une manière générale, la convention n’aura pas manqué de jeux dédiés aux consoles Nintendo. La quantité est bien là : de nombreux jeux n’ont pas pu être cités dans ce petit bilan, tant il y en a… mais, qualitativement, à l’exception de Sega, on a l’impression que les éditeurs se contentent de rééditions, de portages au rabais, et ne cherchent plus à développer des jeux spécifiquement conçus pour la Wii. La DS, quant à elle, semble en perte de vitesse… aucune annonce marquante, on aurait aimé voir GTA DS mais il faudra visiblement encore attendre.

Après la conférence E3, la déception Nintendo se confirme…

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

Laisser un commentaire