Skip to main content

Ninja Gaiden II

Mercredi dernier, une partie de la fine équipe de Café Gaming (Kendo et moi-même) était à Paris afin de tester le très attendu Ninja Gaiden II. Premières impressions…

La première chose que nous avons remarqué, c’est que la version mise quelques heures à notre disposition était une version preview presque complète. Globalement, à part quelques bugs mineurs de dernière minute, surtout d’ordre graphique (bugs de sang, de textures), le jeu était quasiment terminé.

Toujours aussi hardcore

Une fois le pad en main, les vieux réflexes refont vite surface. Ninja Gaiden II est toujours aussi nerveux et exigeant. Pour ceux qui auraient la malchance d’être passés à côté de Ninja Gaiden sur Xbox, sachez simplement que tout le gameplay repose sur des attaques rapides, des attaques fortes, des ninpo (ninja power, magies à exécuter), des sauts, et une garde. Basiquement, toutes les figures du jeu peuvent s’effectuer en combinant ces actions de base, la régle élémentaire étant : si tu oublies ta garde, t’es mort !

Car oui, Ninja Gaiden était un jeu difficile, hardcore même. C’est d’ailleurs un des aspects qui l’a rendu populaire auprès des gamers les plus exigeants, mais qui a aussi frustré bon nombre de joueurs moins doués.

Après l’apparition de la version Sigma sur PlayStation 3 (simple adaptation) qui voyait la difficulté du jeu se réduire sensiblement, on craignait le pire pour ce nouvel opus exclusif Xbox 360. Nous avions tort ! Nos essais nous ont prouvé que la série n’avait rien perdu de sa difficulté… avec un boss du 2è niveau particulièrement coriace (n’est-ce pas Kendo !).

Pour être plus précis, Jade Berri, de Microsoft France, nous a assuré que la gamme de difficultés avait été simplement étendue pour s’adapter au plus grand nombre. Selon ses dires, on aura donc droit à quatre niveaux de difficulté : le plus simple, complètement absent du précédent opus, est adapté aux joueurs occasionnels, ceux-là même qui s’étaient retrouvés rapidement bloqués dans le premier volet ; et le plus difficile, qu’il nous promet plus difficile encore que dans Ninja Gaiden Black. Alléchant non ? A noter que sur la version preview, seules deux difficultés étaient sélectionnables (visiblement les deux niveaux intermédiaires).

Du sang, des tripes…

Si vous suivez l’actualité du jeu, vous savez probablement déjà que Ninja Gaiden II sera extrêmement sanglant. Les screenshots ne mentent absolument pas : en jeu, le sang gicle à gros bouillons, repeint les murs, les bras et jambes volent dans tous les sens… une véritable boucherie graphique. Un tournant dans la série, assurément.

Intrigués, nous nous sommes renseignés sur ce choix esthétique. Vous en saurez plus dans l’interview de Jade Berri que vous pourrez retrouver très prochainement sur Café Gaming.

Ce que nous avons vu

A part ça, globalement, le jeu ne surprend pas vraiment. On est certes impressionné par sa qualité graphique (le premier niveau notamment, mélange entre des habitations traditionnelles japonaises et de grands buildings lumineux, est splendide et très détaillé), le tout dans une fluidité sans faille… mais l’univers ne surprend pas tellement.

Ryu Hayabusa se bat toujours contre des hordes de ninjas étranges, mais aussi, et c’est plus étonnant, contre des chiens en armure, sabre à la bouche ! Ca nous a pas mal fait rire, mais ils sont redoutables, alors méfiez-vous. En dehors de ça le bestiaire semble varié, avec des boss colossaux (si vous voulez vous la jouer Shadow of the Colossus style, vous trouverez votre bonheur dans Ninja Gaiden II !).

Mêmes qualités, et mêmes défauts

Mais s’il y a bien une chose contre laquelle nous avons pu pester dans cette soirée, c’est bien la caméra du jeu ! Ce défaut inhérent à la série est toujours aussi présent et agaçant. Si par moments on se bat sans la moindre difficulté, il arrive tout à coup que la caméra se place derrière une horde d’ennemis, ou pire derrière un pan de mur, vous empêchant de voir ce que vous faites et même où vous vous situez. C’est extrêmement handicapant dans un jeu où la moindre baisse de vigilance est synonyme de mort…

Certes, il ne s’agissait pas d’une version complètement définitive, mais vu le stade avancé de développement, il y a de fortes chances pour que ce défaut ne soit pas corrigé d’ici là. On regrettera qu’il n’y ait pas eu de réelle amélioration à ce sujet…

Mais ne vous y trompez pas : pendant cette trop courte soirée, nous avons pris notre pied comme pas possible. Ninja Gaiden II s’annonce réellement énorme… tant et si bien que nous vous donnons rendez-vous dans quelques jours pour de nouvelles impressions sur le jeu, pour l’interview promise et pour quelques surprises… Stay tuned 😉

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

One thought to “Ninja Gaiden II”

Laisser un commentaire