[PGW 12] Reportage : notre avis sur la Wii U
nov04

[PGW 12] Reportage : notre avis sur la Wii U

Cette année encore, l’équipe Café Gaming était présente au Paris Games Week. L’occasion de vous ramener notre avis parfaitement objectif et incontestable sur les principaux jeux présentés lors du salon.

Pour la première vidéo de ce reportage (en deux parties), on se penchera sur l’organisation générale du salon et sur la Wii U ainsi que ses jeux les plus intéressants : Rayman Legends, ZombiU, New Super Mario Bros. Wii U, Nintendo Land, Pikmin 3…


Retrouvez tous nos articles et vidéos sur le Paris Games Week

Lire la suite
Notre sélection de Noël 2011
déc26

Notre sélection de Noël 2011

Noël ! Cette période de l’année où tout le monde s’offre des cadeaux en famille et tâche de donner l’impression d’être très heureux. Au milieu du foie gras et de la bûche, une tradition est devenue immanquable. Vous l’avez réclamée : c’est le retour de notre sélection des jeux de l’année pour Noël ! Et pour ne pas déroger à la tradition, elle est en retard.

Cette année, chaque membre de l’équipe a choisi pour vous un jeu marquant de l’année 2011, à découvrir ou (re)découvrir. L’occasion de vous ruer dans les magasins et de dépenser à bon escient les bons cadeaux Fnac durement taxés à mère-grand…

Le choix d’Eldroth

Uncharted 3: L’illusion de Drake

Après un second opus mémorable, Nathan Drake vous entraînera cette fois dans le désert à la recherche une mystérieuse cité perdue. Un scénario prétexte à une débauche de scène d’actions intenses et épiques. Cependant après la claque infligée par Among Thieves, difficile de surprendre autant le joueur surtout avec un schéma quasi-identique : via les traces laissées par son ancêtre Sir Francis Drake, Nate part à la recherche d’une citée perdue qui renferme, une nouvelle fois un pouvoir dangereux.

On change le lieu, on change le pouvoir, on met un train à la place de l’avion et on obtient… Uncharted 2 ! Je regretterai par ailleurs la mise à l’écart d’une partie des personnes lors de l’aventure, et des parcours d’escalades un peu trop guidés : il suffit de suivre les gouttières ou bloc de roche de couleurs différentes… Ou encore au sujet de la disposition des éléments de décors servant de couvert : ceux-ci spoilent parfois un chapitre, car en entrant dans une pièce, on sait à un moment ou un autre qu’il y aura intrusion des ennemis… Cependant, malgré ces quelques défauts, j’ai pris beaucoup de plaisir sur cet opus et ne l’ai pas lâché. Outre des environnements magnifiques dans lesquels on prends un réel plaisir à évoluer, on en apprend un peu plus sur la relation entre Nate et Sully et ce, de manière plutôt sympathique !

J’ai également aimé…

Fifa 12 : Chaque année, on y a droit : une nouvelle mouture de Fifa qui comme, chaque année est une true révolucheune de la mort. Et cette année un coup de gueule. Concrètement qu’est ce qu’on a ? Un nouveau moteur physique bien plus réaliste mais qui donne parfois lieu à des mouvements un tantinet acrobatiques ainsi qu’un nouveau système de défense assez déstabilisant mais pas mauvais. On notera une certaine progression au niveau des graphismes, aux teintes plus réalistes, mais certains joueurs plutôt connus ne ressemblent pas du tout à leur homologue réel… De nouveaux modes de jeu font leur apparition dont une très sympathique saison en ligne. Le principe : on choisit une équipe et on affrontera un adversaire (malheureusement, il se peut que ce soit la même équipe) d’un niveau similaire à votre équipe. En fonction des divisions, le quota de points pour être promu, maintenu ou relégué varie. Un système de coupe est aussi mis en place sur le même principe. On notera par ailleurs que les déconnexions sont bien moins fréquentes qu’en face-à-face classique, l’ombre de la relégation planant sur le joueur. Le mode carrière subit lui-aussi de nouvelles modifications avec une gestion assez intéressante d’un centre de formation, et des transferts notamment le dernier jour ce qui permet de faire monter les enchères. Malheureusement, je prends assez peu de plaisir en mode solo, la faute à une IA complètement cheatée. Grosso modo, d’un coup Brest va se mettre à jouer comme le Barca dans les dernières minutes en interceptant toutes des passes. Makonda va maîtriser à l’aise Bale ou Valencia. Problème lié à la nouvelle défense : des joueurs médiocres, mais rapides vont facilement passer une bonne défense. Je peste aussi contre les tacles glissés qui sont maintenant complètement inutiles. Environ 9 fois sur 10, l’adversaire tombera pas alors qu’on tacle comme un boucher. On pourrait aussi parler des problèmes de placement des joueurs, qui ne réagissent pas alors que la balle est à un mètre… Problème dont ne sont pas atteints ceux contrôlés par l’ordi. Ah, et j’ai failli oublier l’arbitre et ses supers décisions : c’est un peu le 12ème homme de l’équipe adverse. Celui qui va siffler la faute pour l’adversaire alors que celui-ci fait obstruction sur votre joueur. Pour résumer, si l’IA a décidé de marquer, et vous rejoindre au score : c’est souvent quasi-impossible à arrêter. Je suis vraiment partagé entre le plaisir pris contre un adversaire réel et la frustration crée par les incohérence de jeu… Bref, vous pouvez vous laisser tenter, mais ne vous étonnez pas si Evian TG revient au score après un 3-0 en 5 minutes, ou si Valbuena maîtrise à la lutte Vidic. Bref, EA, travaille ta putain d’IA.

Tactics Ogre : Let us Cling Together est un vrai régal pour tout fan de T-RPG avec un scénario prenant, et un chara-design de qualité. Je vous invite à lire le test précédemment publié.

Si vous avez envie de jouer avec le petit cousin, votre copine, votre grand-mère… je me suis pas mal amusé en cette fin d’année avec Mario & Sonic au JO de Londres. Autant en solo le titre a un intérêt assez limité en solo, autant c’est vraiment fun en multi. De nombreuses épreuves proposées, de quoi satisfaire tout le monde. Néanmoins, quelques regrets, outre l’absence de reconnaissance du Wiimotion + : les explications des commandes spécifiques au mini-jeu sont souvent assez peu claires… Leur qualité est assez inégale : certains sont vraiment très sympa à jouer, alors que d’autres sont un peu plombé par la présence de coups spéciaux : je pense notamment aux sports de raquette tels que Tennis de table ou Badminton. Malgré tout, c’est un jeu qui pourra faire passer excellent moment en famille et pour tout âge.

Le choix de Jaycota

Minecraft

Mon jeu de l’année, celui sur lequel j’ai passé le plus d’heures et celui sur lequel je passerai encore un paquet d’heure en 2012, c’est sans conteste Minecraft. Ce jeu sandbox créé par Markus Persson (alias Notch) sur ordinateur (PC,Mac, Linux) ainsi que sur mobile (Android et iOS), déchaine les passions sur Internet depuis de nombreux mois maintenant (1ère recherche Google France en 2011). En France, il a été démocratisé par les vidéos Youtube de TheFantasio974 et BobLennon du serveur Minefield.fr ainsi que par les news incessantes de Jeuxvideo.com. La version « finale » est sortie le 18 Novembre avec un show, MineCon, retransmis depuis Las Vegas (excusez du peu).

Dans ce jeu vous pouvez créer … à peu près tout ce qui vous passe par la tête à vrai dire, des bateaux à des buildings en passant par des iles volantes ou des arbres géants, l’imagination sera souvent votre seule limite d’un point de vue architecturale. Vous « craftez » vos outils et vos objets de manière intuitive en les mettant dans les bonnes cases : Besoin d’une pioche ? 2 morceaux de bois l’un sur l’autre pour le manche et 3 blocs de pierre, fer, or ou diamant alignés horizontalement au-dessus pour le pic. ! Depuis la version 1.0, le jeu évolue vers une dimension plus « survival » avec gestion de la faim et de l’xp, de l’élevage, des enchantements d’objets ainsi que l’apparition de nombreux nouveaux monstres à tuer.

J’ai également aimé…

Marvel vs Capcom 3, jeu de combat où on peut réaliser des prises avec effets pyrotechnique dignes de Fantavision en appuyant sur n’importe quel bouton (poke Kendo) et ça fait super plaisir de revoir des héros de son enfance se taper sur la tronche !

Mario Kart 7 : même si on s’éloigne du concept « jouer rapidement » des premiers MK avec du tuning, du deltaplane, du sous-marin, de la vue cockpit et de la détection de mouvement *gerbe*, ce Mario Kart est un must have sur 3DS(le seul). Le streetpass sert enfin à quelque chose : échanger ses fantômes (temps) !

Rayman Origins parce qu’il a le pouvoir de convertir les gens qui disent en être rebutés au premier abord : « il a l’air nul ton jeu »… 5min plus tard, manette en main « han mais c’est trop cool en fait ! ». Et aussi c’est un jeu français et il est bon comme du bon pain, comme une baguette encore chaude qui sort du fournil du boulanger.

Le choix de Kendo

Sonic Generations

Pour les 20 ans de la mascotte de SEGA, la Sonic Team s’est donné les moyens de séduire aussi bien les anciens fans que les nouveaux-venus. Pour la recette, on reprend les meilleures choses de chaque épisode, on fait mijoter en rajoutant deux éléments fondamentaux, l’ancien Sonic et le Sonic récent puis on mélange le tout et on obtient un jeu plutôt tourné vers le fan-service.

Les derniers jeux avaient du mal à séduire la majorité malgré de bonnes idées mais le jeu anniversaire des 20 ans est à la hauteur de ce qu’on attendait même si certains choix de niveau peuvent laisser à désirer. Outre les niveaux tous connus, tout l’univers du hérisson est representé, les musiques remixées sont de toute beauté (mention spéciale pour Rooftop Run Modern), pleins de clins d’oeil tous plus stylés les uns les autres, bref le jeu tue et fait enfin plaisir. On espère maintenant qu’on n’attendra pas 10 ans pour avoir un prochain jeu Sonic de cette qualité.

J’ai aussi kiffé…

Rayman Origins : le petit Rayman qui ces dernières années était dans l’ombre de ces lapins crétins revient sur le devant de la scène sans les rongeurs moches. Et Quel travail de l’équipe de développement mené par le grand Michel Ancel, on a un jeu intelligemment réfléchi pour nous proposer un gameplay parfait, un sans faute que bon nombre d’éditeurs devrait analyser en profondeur. Je pourrai vous en parler encore longtemps mais il va falloir que vous utilisiez votre sens de curiosité pour goûter à cette merveille, et dernier mot, merci de l’avoir sorti en galette.

Child of Eden : merci Mizuguchi d’avoir sorti cette suite spirituelle de Rez 2. Un jeu beaucoup plus mature et avancé, une expérience de jeu encore plus somptueuse et une utilisation de Kinect qui séduit, le jeu est encore un véritable trip à faire.

Pour finir, je rajouterai Batman Arkham City qui est grandiose (j’ai enfin commencé !!!) et c’est le pied !

Pour 2012 on rentre certainement dans le dernier cycle des consoles actuelles, en attendant la PS Vita (bientôt bientôt) mais surtout les prochaines consoles de Microsoft et pourquoi pas une arme secrète de Sony ? La Wii-U de Nintendo agit selon moi comme un pétard mouillé, on verra en 2013 ce qu’elle a dans le ventre à part des Mario et des Zelda.

Le choix de Nadrien

Portal 2

Bien que sorti en Avril, impossible d’oublier Portal 2 ! La suite du jeu révolutionnaire de Valve n’a pas déçu les fans en proposant une aventure toujours plus fun et bien pensée. Le scénario tient la route, la durée de vie est honnête (tout comme son replay value!) et ses personnages sont géniaux. Mention spéciale au mode coopération, la véritable cerise sur le gâteau. Alors avec la jolie enveloppe que votre mamie préférée aura placée sous votre sapin, n’hésitez pas si ça n’est pas déjà le cas à craquer pour Portal 2, qu’on peut d’ailleurs trouver à un prix réduit aujourd’hui.

J’ai également aimé… : Cette année, je me suis aussi régalé avec Rayman Origins, Uncharted 3 et Beyond Good & Evil HD … en attendant de me procurer deux valeurs sûres de 2011 : Batman Arkham City et Skyrim !

Le choix de Yoann

The Elder Scrolls V: Skyrim

Sans grande surprise, mon choix se portera sur un des jeux les plus en vogue de cette fin d’année. Après deux épisodes confidentiels pour pécéistes ayant du poil sous les bras et deux volets plus modernes à l’origine de la réputation de la saga The Elder Scrolls, que pouvait apporter Skyrim de plus ?

TOUT. Outre un nombre de bugs en baisse significative depuis Oblivion (et en chute libre par rapport à Morrowind), Skyrim se paie le luxe de proposer un univers proprement gigantesque avec des quêtes qui ne le sont pas moins et des combats (enfin) convaincants. Le tout saupoudré d’une ambiance nordique bienvenue et d’une intrigue principale plus alléchante, et autrement moins répétitive, que la pénible quête des portails dædras d’Oblivion : qu’y a-t-il de plus engageant que de casser du dragon ?

Outre la beauté et la variété des décors rencontrés, ce qui fait la force d’un jeu comme Skyrim, c’est son immensité. On sent véritablement qu’on ne pourra pas faire le tour de la map en quelques minutes, et qu’il faudra prendre quelques RTT pour espérer voir le bout de toutes les quêtes proposées. Pour une fois, on soulignera d’ailleurs que les quêtes annexes ne sont plus les parents pauvres de la quête principale : on ne vous demandera plus seulement d’accomplir des tâches répétitives ou d’aller d’un point A à un point B. La variété est de mise !

Certes, Skyrim n’est pas exempt de défauts : l’évolution des compétences du personnage est simplifiée à l’excès, le choix de votre race n’influe finalement que peu sur les capacités de votre personnage, et les bugs restent de mise (Bethesda oblige). Les esprits grincheux pourront arguer que c’est le signe d’une simplification des aspects les plus « statistiques » de la licence, au profit d’un plaisir de jeu immédiat et de combats plus directs. Mais qu’ils aillent se faire sucer par un Khajiit, la qualité du titre est telle qu’on ne peut décemment pas le bouder pour des raisons aussi idiotes !

J’ai également aimé… : Child of Eden, un véritable Rez 2 que l’on n’espérait plus ; Rayman Origins pour ses visuels 2D hors du commun et son gameplay aux petits oignons ; Sonic Generations qui remplit parfaitement son office en proposant le jeu ultime des 20 ans de Sonic, totalement bourré de références et de fan service ; Portal 2 quoiqu’un peu trop facile et dans la droite lignée du premier ; et pour tricher un peu, Rock Band 3 (sorti en 2010 mais toujours bien d’actualité). Ah et puis un peu Skyward Sword aussi.

Lire la suite
Rayman Origins
nov20

Rayman Origins

Nous avions déjà parlé de Rayman Origins avec enthousiasme à l’occasion du Paris Games Week le mois dernier. Il est maintenant temps de vérifier si ces espoirs étaient fondés. Pour ma part j’étais plutôt circonspect : nous nous étions essayés uniquement au mode multijoueur, et bien que très fun, j’avais trouvé l’action relativement confuse.

Lire la suite
[PGW] PS Vita : notre avis
oct22

[PGW] PS Vita : notre avis

La PlayStation Vita, console portable Sony de nouvelle génération, est sans doute une des plus importantes exclusivités que le Paris Games Week 2011 permet d’essayer cette année. Il est donc possible pour tout un chacun d’aller poser ses doigts gras sur le double écran tactile OLED de la console, dont la sortie reste prévue pour le 22 février 2012 dans nos contrées.

La petite équipe de Café Gaming s’est prêtée au jeu lors d’une session de 10 minutes (chacun) et donne son avis à chaud sur la machine, sa prise en main, et quelques-uns de ses jeux : Uncharted: Golden Abyss, WipEout 2048, Rayman Origins et Reality Fighters.

Lire la suite
[PGW] Présentation de Rayman Origins
oct21

[PGW] Présentation de Rayman Origins

Vous avez pu en avoir un aperçu dans notre reportage sur la soirée d’inauguration du PGW 2011, Michel Ancel était hier à Paris pour présenter son nouveau bébé, Rayman Origins, à la presse et aux invités présents.

Nous vous proposons de retrouver l’intégralité de cette présentation, effectuée sur un écran plasma Panasonic, « le plus grand du monde » dixit le constructeur (368 cm de diagonale !). La prise d’image étant plus difficile face à un écran plasma qu’un LCD, la vidéo présente un désagréable effet de scintillement contre lequel nous n’avons pas pu faire grand-chose.

Que cela ne vous empêche pas de profiter de la beauté incroyable du jeu en HD malgré tout, ainsi que du mini-concert improvisé donné par le compositeur du jeu, Christophe Heral (que vous connaissez peut-être déjà pour son travail sur Beyond Good & Evil et qui composera également l’adaptation vidéoludique de Tintin et le secret de la Licorne).

Lire la suite