Skip to main content

[E3] Les trois à l’E3

e3.jpg Et voilà ! L’événement de moins en moins majeur dans le monde du jeu vidéo qu’est l’E3 Media & Business Summit s’est achevé.. Comme chaque année, elle a été l’occasion de voir s’affronter les trois constructeurs rivaux du marché par conférences interposées.

Retour sur trois jours de joutes verbales acérées comme une pelle à tarte, de surprises qui n’en sont pas vraiment et d’annonces que personne n’attendait.

Microsoft : fourni mais peu surprenant

La conférence de Microsoft s’est révélée particulièrement riche en informations. Certes, les gros jeux étant déjà connus, nous avons surtout eu le droit à des démos jouables et à des dates de sortie. La période septembre-décembre sera chargée chez Microsoft, puisqu’elle verra la sortie de Fable 2, Fallout 3, Gears of War 2… exactement comme l’année dernière, une approche peu spectaculaire mais très pragmatique, très concrète : tout ce que vous voyez (à l’exception de Resident Evil 5, prévu pour 2009) sortira avant la fin de l’année.

Microsoft_fable2.jpg

Cependant, et c’est une petite nouveauté, Redmond en profite pour renforcer son offre de social games, dans une optique très sonyienne, mais toujours avec une petite valeur ajoutée. You’re in the movies est ainsi un Eyetoy-like, qui génère de petits films à l’aide des images des joueurs capturées préalablement. Lips est un karaoké tout comme Singstar, mais propose quand à lui d’utiliser les morceaux de son choix à l’aide de son lecteur mp3 !

A cheval entre ces deux marchés, le Xbox Live Arcade qui semble décidément se porter très bien. Si des annonces de jeux comme Galaga Legends ou South Park ne nous font ni chaud ni froid, on sera particulièrement heureux de retrouver deux suites. L’une attendue, Geometry Wars : Retro Evolved 2, toujours développée par Bizarre Creations. L’autre est une surprise, puisqu’il s’agit de Portal: Still Alive, suite directe du célèbre FPS-réflexion de Valve, en exclusivité sur Xbox Live Arcade !

La plus grosse annonce de cette conférence n’est finalement pas un jeu, mais bien un ensemble de services proposés sous le nom New Xbox Experience. Concrètement, il s’agit d’une mise à jour de la console, qui viendra complètement chambouler votre Xbox 360. L’interface habituelle laisse place à une toute nouvelle, qui n’est pas sans rappeler les interfaces de la PSP et de la PS3 (pour ce qui est de l’ergonomie) ou encore WIndows Media Center (pour l’aspect graphique).

Microsoft_avatar.jpg

Les Avatars sont un des aspects de cette mise à jour. Il s’agit ni plus ni moins des Mii de Nintendo, à la sauce Microsoft (on nous précise que c’est les petits gars de Rare qui se sont chargés de leur développement). Ici, le concept est simple : un joueur = un gamertag = un Avatar. Il s’agira d’une continuation de la politique online menée par Microsoft sur le Xbox Live depuis sa création en 2002. Ceux-ci pourront être intégrés aux jeux, tout comme chez Nintendo.

Parmi d’autres fonctionnalités (d’ordre pratique notamment), on signalera les possibilités de groupe jusqu’à 8 (chat et parties online), ou encore Primetime, une fonction étrange transposant le concept des jeux télévisés à votre console sur le Live (1 contre 100 est montré en guise d’exemple).

Microsoft_ffxiii.jpg

Enfin, la conférence se termine avec un soutien appuyé de Square-Enix. Outre la réaffirmation de la sortie de titres pour la Xbox 360 (Star Ocean, Infinite Undiscovery, The Last Remnant…), celui-ci officialise également la disponibilité future de Final Fantasy XIII sur Xbox 360… portant un coup dur au catalogue d’exclusivités de la PlayStation 3.

Nintendo : les sourires sont vendus séparément

Côté Nintendo, le moins qu’on puisse dire est que la conférence aura été moins dense en informations. C’est ainsi que Cammie Dunaway, de Nintendo of America, ouvre le bal en nous parlant de son fils, fier d’avoir une maman travaillant chez Nintendo et le lui rappelant régulièrement, des sourires que cela provoque sur son visage… le ton est donné : Nintendo est investi d’une mission divine, apporter des smiles to faces 🙂

Plus sérieusement, on pourrait croire à une mauvaise blague, mais ce n’est pas le cas. Enchaînant les anecdotes familiales, la bonne mère de famille en arrive au sujet de ses dernières vacances et des difficultés de faire du snowboard. On n’y croyait plus, mais c’est l’occasion d’introduire un premier jeu : Shaun White Snowboarding, jouable à la Wii Balance Board, présenté (très) brièvement par Shaun lui-même. Dur de tirer des conclusions.

C’est au tour d’Iwata de nous asséner le même discours que l’année dernière, à quelques mots près. Il est question de ces deux catégories de personnes : les joueurs et les non-joueurs. Il existe un fossé fort entre ces personnes et tel le messie, Nintendo souhaite réunir tout ce joli monde au sein d’un nouveau paradigme. Depuis le temps qu’ils nous le disent, on se demande pourquoi ce n’est toujours pas fait… et pourquoi les joueurs se sentent finalement tellement laissés pour compte. Mais soit.

Nintendo_wiisportsresort.jpg

On passera en accéléré les nombreux passages inintéressants de la conférence pour en arriver aux véritables annonces de jeux. Une seule réelle surprise : l’annonce d’un GTA sur DS : GTA: Chinatown Wars (dont on ne sait rien par ailleurs). Pour le reste, c’est un concentré de Newtendo dans toute sa splendeur…

Wii Sports ressort (euh non pardon, Wii Sports Resort). Il s’agit d’une suite au célèbre jeu fourni avec toutes les consoles Wii, contenant des épreuves de plage telles que le jet, le volley, ou encore le kendo (?). Ce jeu nécessitera l’apport d’un accessoire, le Wii MotionPlus, qui se connecte sous la wiimote et qui améliore sa précision. Oui, vous lisez bien, après nous avoir rebattu les oreilles sur la supériorité sans faille de sa wiimote, Nintendo avoue déjà son imprécision et sort un palliatif. Voilà qui n’a pas de quoi rassurer ceux qui trouvaient déjà que la Wii était trop dispendieuse en accessoires (manette compartimentée wiimote/nunchuk, Wii Zapper, Wii Wheel, Wii Balance Board, et autres manettes GC/classiques).

Nintendo_animalcrossing.jpg

Animal Crossing : City Folk. Pas de surprises non plus, on assiste à une petite démonstration d’un jeu qui date de la Nintendo 64, vaguement mis au goût du jour sur GC, vaguement mis au goût du jour sur DS, vaguement mis au goût du jour sur Wii… tant sur le plan graphique que sur celui du principe, rien ne bouge d’un iota. C’est encore une fois l’occasion d’annoncer un nouvel accessoire, le WiiSpeak. Il ne s’agit que d’un micro, mais qui fonctionnera différemment de ses concurrents puisqu’il viendra se poser n’importe où dans la pièce. Celui-ci pourra être utilisé pour diriger le jeu à la voix, ou bien pour communiquer en online (il était temps !). Malgré tout, l’enthousiasme ne nous étreint toujours pas, et on a du mal à ressentir l’effet smile.

Nintendo_wiimusic.jpg

Wii Music ! C’est sans doute l’annonce la plus préparée de Nintendo. Comme de coutume, c’est Shigeru Miyamoto qui vient faire la démonstration du jeu. Contrairement à ce qu’on pouvait penser lors des premières apparitions du jeu, Wii Music ne fera finalement pas de vous un chef d’orchestre, mais bien un musicien. On nous annonce la possibilité de jouer à 4, la disponibilité de plus de 50 instruments, chacun avec un gameplay différent, et un accent mis sur la batterie qui bénéficiera d’un gameplay très spécifique et plutôt ardu à prendre en main à première vue. On nous fait voir un magnifique concert bidonné (les musiciens sur scène sont plus nombreux que le nombre maximum de joueurs autorisés par le jeu…), et on remballe. Comment, vous n’avez toujours pas le sourire ?

La conférence s’achève et on se demande réellement quel était la fameuse annonce de jeu gamer tant attendue. Après coup il s’avère que c’était Animal Crossing, et que notre brave Reggie Fils-Aime est tout triste dedans son corps quand il entend que la conférence était merdique[1], à tel point qu’elle est devenue un objet de blagues récurrentes sur le net…

Sony fait de la Resistance

Il serait de mauvaise foi de dire que la conférence Sony était ratée. Surtout après avoir enduré celle de Nintendo. Mais tout de même, certains choix étaient pour le moins surprenants.

Sony_resistance2.jpg

Le premier point qui m’intrigue est cette faculté à se focaliser sur des franchises qui ne semblent pourtant pas vraiment dans le coeur des joueurs, à commencer par la licence Resistance. Ainsi, une longue présentation de Resistance 2 sur PlayStation 3 nous dévoilà un FPS sans réel charme ni réelle originalité, toutefois techniquement impressionnant. La perspective de jouer en ligne à 60 simultanément semble intéressante de la part de l’éditeur de Planetside. Il y eut également l’annonce d’un opus PSP, Resistance: Retribution, prévu pour 2009 et comprenant également un mode multijoueurs online. A noter que cette fois le jeu est transposé à un TPS, à la Gears of War ou Lost Planet.

Resistance n’était pas forcément un mauvais FPS, mais j’ai l’impression que Sony cherche à créer une sorte de grosse franchise très vendeuse autour de ces titres, à la Halo. Je doute sincèrement de la capacité de la série à atteindre un tel succès…

On attendait plutôt Sony dans les suites de vrais gros hits. Malheureusement, aucune nouvelle de la team d’ICO (responsable d’ICO et Shadow of the Colossus sur PS2). Et un maigre trailer sans véritables infos sur le pourtant très attendu God of War III.

La conférence s’est également attardée sur le sort de la PlayStation 2. Bien que ça paraisse surprenant, ça n’a rien d’illogique : on imagine mal Sony laisser tomber une console ayant un tel parc d’utilisateurs. Si parler de la PS2 à l’heure où nous avions soif de nouveautés peut paraître saugrenu, c’est aussi une belle marque du soutien inconditionnel de Sony à sa bécane, lui conférant une longévité exceptionnelle là où la Gamecube et la Xbox ont été abandonnées depuis bien longtemps déjà.

Sony_powerpointmytho.jpg

La véritable grosse orientation de Sony pour cette conférence fut le online pour PS3, et ce à tous les niveaux. La console accueillera ainsi des MMO : outre Resistance 2, on retiendra le peu enthousiasmant DC Universe Online et l’intriguant MAG. Le très attendu et très rafraîchissant Little Big Planet était de la partie, sous une forme originale puisqu’il servit de « PowerPoint » improvisé aux chiffres de Sony !

L’aventure PlayStation Home n’en finit quand à elle plus de prendre du retard, mais refait tout de même parler d’elle. Déjà disponibles, les Trophées (équivalents des Succès de Microsoft) sont un premier pas vers Home, puisqu’ils apparaîtront sous forme physique dans cet univers virtuel. Peu d’autres précisions à son sujet, c’est assez inquiétant après l’annonce de New Xbox Experience par Microsoft.

D’autres fonctions rappelant le Xbox Live sont dévoilées, à commencer par la vidéo à la demande. Tout comme sur Xbox 360 il sera donc possible de louer des films sur PlayStation Video Store, avec l’atout indéniable de pouvoir transférer un film acheté sur sa PSP pour pouvoir le regarder partout. C’est aussi l’occasion d’affirmer la fonctionnalité qu’est Life with PlayStation. Aucun rapport avec les jeux vidéo : celle-ci est en quelque sorte l’équivalent des chaînes news et météo sur la Wii (en plus « ambitieux » toutefois). Toutes ces annonces démontrent que Sony cherche à affirmer le caractère polyvalent et multimédia de sa machine, chose qui était mis en avant dès sa sortie et qui pourrait bien faire la différence face à la concurrence…

Terminons avec la PSP : la Nintendo DS étant en chute dans les charts (et quasiment absente des annonces de Nintendo), Sony avait une carte importante à jouer. On sait qu’au Japon des titres comme Dragon Quest Monsters: Joker ont permis à la portable de Sony de passer devant la Dual Screen. Malheureusement, là encore les annonces se montrent intéressantes (et notamment en ce qui concerne Loco Roco 2 et Patapon 2) mais pas suffisamment incisives. Il faut dire que Sony semble être le plus gros développeur sur sa propre console…

En bref.

Sony nous propose une conférence pas totalement dénuée d’intérêt, mais qui manque cruellement de punch ; l’annonce-surprise de la perte d’exclusivité de FFXIII n’y est sans doute pas pour rien. Néanmoins, une stratégie claire se dessine, et les chiffres de ventes tendent à mettre Sony en position de force face à Microsoft pour les années à venir… un duel intéressant en perspective.

Quant à Nintendo, leur position de leader les conforte dans une politique qui plaît à un vaste public, mais qui a bien du mal à satisfaire les joueurs, notamment ceux ayant suivi la firme depuis des années. Les accessoires se multiplient sur Wii, allant jusqu’au culot de vendre un accessoire permettant à la wiimote de faire ce qu’elle était censée faire depuis sa sortie. Pendant ce temps la Nintendo DS est complètement oubliée. Dire que la conférence a déçu est un doux euphémisme… mais un fait est clair : Nintendo est très à l’aise en se mettant ainsi autant à l’écart des deux autres constructeurs, car il se creuse tout seul son propre marché, dont on se demande s’il s’agit encore réellement de jeux vidéo…

Nintendo_blingbling.jpg

Yoann Ferret

Directeur de la publication, fondateur de Café Gaming, et plein d'autres titres pompeux qui ne veulent rien dire. J'aime la bière, le chiptune bien fat, SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band. Quand je n'écris pas sur Café Gaming, j'écris... sur Freenews — il paraît même que c'est mon job.

Laisser un commentaire