Pour une poignée d’images par seconde… (1/2)

vieille_tele.jpg Il est des sujets qui, s’ils ne néces­si­tent aucune expli­ca­tion pour les gamers assi­dus, res­tent par­ti­cu­liè­re­ment opa­ques à la plu­part des uti­li­sa­teurs lambda.

Dans la pre­mière par­tie de ce dos­sier, nous allons voir ce qu’est le 60Hz et ce que ça change con­crè­te­ment dans le monde du jeu.

His­to­ri­que des for­mats d’affi­chage

A l’ori­gine et pour bien com­pren­dre, il faut savoir qu’il existe plu­sieurs stan­dards vidéo anciens, à l’ori­gine choi­sis pour la télé­vi­sion. Le pre­mier, défini aux USA et repris dans de nom­breux pays (dont le Japon) est le NTSC. En Europe, nous dis­po­sons du for­mat PAL (ver­sion amé­lio­rée du NTSC), et en France plus spé­ci­fi­que­ment nous avons éga­le­ment le SECAM.

Mais ça veut dire quoi tout ça ?

Il s’agit ni plus ni moins de nor­mes d’image. Cel­les-ci sont majo­ri­tai­re­ment incom­pa­ti­bles entre elles, mais ce n’était pas con­si­déré comme un pro­blème lors de leur créa­tion, car on ne pen­sait qu’à la dif­fu­sion télé qui est bien répar­tie par pays.

Con­crè­te­ment, si on prend le for­mat NTSC, celui-ci défi­nit une image de 480 ou 525 lignes, en 60Hz. Le PAL, quand à lui, per­met d’obte­nir une image de 576 ou 625 lignes, mais en 50Hz.

Je com­prend tou­jours rien à ton cha­ra­bia !

Le nom­bre de lignes, c’est ce qui défi­nit la net­teté de l’image. Plus il y en a, mieux l’image est défi­nie. Pour vous don­ner une idée, la Haute Défi­ni­tion con­siste à ajou­ter des lignes pour obte­nir une image beau­coup plus fine qu’aupa­ra­vant… mais la HD n’appa­raî­tra que beau­coup plus tard, nous n’en par­le­rons pas ici.

La fré­quence d’affi­chage (50 ou 60Hz) exprime le nom­bre d’ima­ges par seconde. Vous n’êtes pas sans savoir qu’un signal vidéo est cons­ti­tué d’une suc­ces­sion d’ima­ges fixes, pas vrai ? C’est donc 50 ou 60 ima­ges par seconde qui seront affi­chées par votre télé­vi­seur selon la norme.

En fait, c’est un peu plus com­plexe que cela. Les signaux NTSC et PAL sont dits “entre­la­cés”, ce qui signi­fie qu’il faut 2 “tra­mes” pour cons­ti­tuer une image com­plète. Ce qui fait qu’en 50Hz on aura en réa­lité 25 ima­ges par seconde, cha­cune s’affi­chant en 2 par­ties. Vous sui­vez tou­jours ?

OK mais pour­quoi uti­li­ser un for­mat dif­fé­rent selon les régions ?

worldmap.png Tout sim­ple­ment parce qu’à l’épo­que on ne pen­sait qu’à la dif­fu­sion télé­vi­suelle ! Le for­mat NTSC est arrivé en pre­mier mais la qua­lité d’image est assez exé­cra­ble à cause du fai­ble nom­bre de lignes (et de quel­ques autres cri­tè­res qui ne nous inté­res­se­ront pas ici).

En Europe nous som­mes par­tis du prin­cipe que les films de cinéma et tou­tes les camé­ras en géné­ral cap­tu­rent 24 ima­ges par seconde, donc qu’une fré­quence de 60Hz ne ser­vait à rien. Pour obte­nir le taux de rafraî­chis­se­ment idéal, nous avons pris cette base de 24 ima­ges par seconde, ce qui nous donne 48 tra­mes par seconde vu qu’il en faut 2 par image, et en arron­dis­sant on est par­venu à une fré­quence de 50Hz. En uti­li­sant une fré­quence infé­rieure et avec d’autres astu­ces, on a pu obte­nir une image de bien meilleure qua­lité que le for­mat NTSC adopté aux US et au Japon.

En France uni­que­ment, nous uti­li­sons le for­mat SECAM (encore un peu dif­fé­rent) pour la récep­tion télé, mais les films en VHS étaient con­çus pour s’affi­cher en PAL comme dans tout le reste de l’Europe. C’est pour­quoi nos télé­vi­seurs sont qua­si­ment tous com­pa­ti­bles avec les deux nor­mes (la fameuse men­tion “PAL/SECAM”). Le SECAM n’étant prin­ci­pa­le­ment uti­lisé que pour la télé­vi­sion en France, on n’en par­lera pas plus.

Arri­vée des jeux vidéo

nesfamicom.jpg Bien évi­dem­ment, ce que n’avaient abso­lu­ment pas prévu nos ingé­nieurs, c’est l’arri­vée d’un nou­veau genre de péri­phé­ri­ques sur nos télé­vi­seurs : le jeu vidéo !

Si l’adap­ta­tion de films en VHS ne posait pas de sou­cis (dans le sens où les films sont tour­nés à l’ori­gine en 24 ima­ges par seconde comme on l’a vu plus haut, et donc sont bien plus pro­ches du 50Hz que du 60Hz)… il en était tout autre­ment pour les jeux vidéo.

Les pre­miers TV game ainsi que les con­so­les de jeux (Odys­sey, puis Intel­li­vi­sion, Cole­co­vi­sion, Atari…) furent déve­lop­pés aux USA, avant que le mar­ché ne glisse vers le Japon en 1983. Con­trai­re­ment à un film, il n’y avait pas de for­mat source, celui-ci res­tait à inven­ter. Comme le for­mat NTSC en vigueur dans ces deux régions était en 60Hz, les jeux furent donc tous con­çus pour tour­ner en 60 ima­ges par seconde.

Et en Europe alors ?

Ce qui pour­rait paraî­tre ano­din s’est vite révélé beau­coup plus pro­blé­ma­ti­que. Les déve­lop­peurs et cons­truc­teurs de l’épo­que se retrou­vaient con­fron­tés à deux sou­cis :

  • la plu­part des télé­vi­seurs euro­péens sont inca­pa­bles de recon­naî­tre un signal en 60Hz
  • la majo­rité des pays euro­péens ont de toute façon des lois impo­sant la com­pa­ti­bi­lité des péri­phé­ri­ques avec le for­mat PAL.

On sait le peu de cas que l’indus­trie a long­temps fait de notre mar­ché. Ainsi, pen­dant de très nom­breu­ses années, les adap­ta­tions PAL furent désas­treu­ses. Tous les vieux joueurs ont ainsi connu des jeux écra­sés, ralen­tis au pos­si­ble. Des con­so­les aussi mythi­ques que la SNES ou la Mega­drive sont com­plè­te­ment con­cer­nées par ce pro­blème ! Regar­dez cette vidéo de démons­tra­tion sur Sonic the Hed­ge­hog 2

Ce genre de résul­tat, vous pou­vez le retrou­ver dans tous les vieux jeux que vous avez sûre­ment chez vous. La perte de vitesse est dûe au fait qu’on fait tour­ner un jeu à un nom­bre d’ima­ges par seconde pour lequel il n’était pas prévu, sans aucune réa­dap­ta­tion du code ; quand aux ban­des, elles tra­dui­sent le chan­ge­ment de nom­bre de lignes, encore une fois sans aucune opti­mi­sa­tion.

Et ça s’est arrangé ?

Dans la deuxième par­tie du dos­sier, nous ver­rons com­ment la situa­tion a pu s’amé­lio­rer pour nous-aut’ pau­vres euro­péens !

Accé­der à la deuxième par­tie

Yoann Ferret

J'ai créé Café Gaming lors d'un moment d'égarement, la décennie passée. J’aime SEGA, Tetsuya Mizuguchi et Rock Band ; je fais de la musique sous le pseudonyme Lucifer Cedex.

6 thoughts to “Pour une poignée d’images par seconde… (1/2)”

  1. C’est là qu’on regrette amèrement qu’une uniformisation des normes n’est et n’était et ne sera sûrement pas possible.

    Duh.

    ET MARIO 64 EN PAL CA SUXXE (n)

  2. \o/ j’ai bien aimé l’article 🙂
    Ca aide pas mal à comprendre la situation et le tout est très clair.
    Continue comme ça petit scarabé 😉

Répondre à Max of S2D Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.